Les suites de la mort d’Aaron Swartz ne se font pas attendre. D’ores et déjà Obama aurait annoncé que tous les résultats de recherche financées par des fonds publics seront désormais librement accessible par internet.

Le mouvement de protestation monte néanmoins. Taren, la compagne d’Aaron, demande le licenciement du procureur Steven Heyman, responsable des poursuites contre Aaron Swartz. On sait aussi qu’il agissait sous l’autorité de la ministre de la justice du Massachusetts, Carmen Cruz.

Est avancée aussi la revendication de réformer la loi de 1986, d’avant l’apparition d’internet, au nom de laquelle Aaron Swartz était poursuivi. Une loi est proposée au Parlement sous le nom d’Aaron’s law, la loi d’Aaron, qui empêcherait qu’à l’avenir des individus soient abusivement poursuivis comme il a pu l’être.

Et sinon, se développe le combat contre la CISPA, la nouvelle loi de censure d’internet qui doit être présentée au Parlement américain. Les activistes de Demand progress, le groupe fondé par Aaron Swartz pour lutter contre les précédentes lois de censure du net, avec le succès que l’on sait.

Le combat continue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *