Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

La révolution espagnole prend de l’ampleur et l’indignation gagne la jeunesse italienne, française et européenne.

Des rassemblements sont aussi prévus en France, en Allemagne et même en Inde ou au Mexique.

Des mouvements de protestation de grande ampleur ont déjà eu lieu en Grèce et en Espagne (voir ci-dessous).

La répression policière est généralement la seule réponse apportée par les pouvoirs politiques.


Voir en ligne : AdNauseam.fr

Un grand rassemblement doit avoir lieu en ce moment même à Paris, place de la Bastille voir sur Izuba.info.

Liste des camps de soutien à la révolution espagnole et d’appel à une révolution européenne et mondiale :

Voir également la carte interactive de Thetechnoant, plus complète.

En Europe

Espagne

L’Espagne au bord de l’explosion

Alors que l’Espagne est le théâtre de nombreuses manifestations contre le gouvernement depuis plusieurs jours, la commission électorale a décidé d’interdire les mouvements « d’indignés » samedi et dimanche pour garantir la bonne tenue des élections locales qui auront lieu le 22 mai.

Aujourd’hui (vendredi 20 mai), pour le sixième jour consécutif, des milliers de jeunes sont encore rassemblés dans plusieurs villes d’Espagne pour protester contre le chômage et les mesures d’austérité instaurées par le gouvernement espagnol.

L’Espagne compte en effet le taux de chômage le plus élevé de l’Union européenne (21%) avec un taux à 45% pour la tranche des 18-25 ans.

« Nous ne sommes pas des marionnettes entre les mains des banquiers et des politiciens » clament les « indignés ». Inspirés des récentes révolutions arabes, ils se sont mobilisés via les réseaux sociaux.

Les « indignés », ces campeurs-manifestatnts tiennent à continuer le mouvement jusqu’à dimanche, jour des élections municipales et régionales dans 8 116 communes espagnoles, en campant sur les grandes places et en manifestant. La commission électorale espagnole a cependant annoncé jeudi soir que les manifestations seraient interdites samedi et dimanche. Une interdiction que de nombreux manifestants, notamment ceux de la Puerta del Sol à Madrid, comptent bien braver.

Jusqu’à présent, la police de la capitale n’a pas cherché à déloger les campeurs, se contentant de surveiller les lieux.

Alors que les sondages annoncent les socialistes perdants aux élections, les « indignés » appellent à ne voter pour aucun des grands partis du pays, le PSOE (socialiste) et le PP (Parti populaire, opposition de droite).
Ce type de manifestations, extrêmement rares en Espagne, témoigne d’une saturation générale qui pourrait encore augmenter selon les résultats électoraux.

EN DIRECT : La place Puerta del Sol à Madrid, réplique espagnole de la place Tahrir en Egypte.

Grèce

La Grèce : manifestations et violences policières

« Après un an d’aide internationale, nous sommes hélas dans une situation pire : le chômage a explosé, les salaires sont à leur plus bas niveau et il n’y a aucune perspective d’issue », a déclaré le secrétaire général adjoint du syndicat GSEE.

Une dizaine de milliers de Grecs ont manifesté, le 11 mai à Athènes, contre les mesures d’austérité, les privatisations régression sociale imposées par le gouvernement socialiste grec et le FMI.

La manifestation a été très brutalement réprimée.

Lorsque la manifestation, regroupant plusieurs dizaines de milliers de personnes, a débuté, la police a attaqué violemment le cortège : il y a eu plusieurs blessés et des dizaines d’arrestations, les « forces de l’ordre » frappant avec une sauvagerie sans précédent et tirant des centaines de lacrymos sur les manifestants. Plus de cent personnes ont été hospitalisées, certaines ont du être opérées. Un manifestant est entre la vie et la mort : Yannis qui a subit une attaque policière meurtrière a dû être transféré à l’hôpital dans un état ante mortem –selon le rapport médical délivré par les médecins...

La Grèce, comme de nombreux états européens, vit un tournant critique de son histoire et de nombreux changements ont lieu, tant dans la société que dans les sphères économiques et politiques : à la faillite totale d’un système incapable d’assurer plus longtemps un minimum de garanties économiques et sociales aux citoyens, l’Etat grec répond par la violence policière et militaire.

Au début de cette « crise » grecque, l’attaque des droits sociaux s’est traduite par la dévaluation du travail, la réduction horizontale des salaires, la « flexibilité » du travail, l’institutionnalisation de la précarité, l’augmentation du prix des produits de consommation et des services publics, l’augmentation des impôts et la réduction des aides sociales.

Portugal

Portugal : Protestation d’une génération aux abois

« Le pays est aux abois », proclamait une banderole, faisant écho à la page Facebook intitulée « Protestation d’une génération aux abois », à l’origine de ce mouvement qui a recueilli plus de 65.000 signatures.

200.000 personnes ont manifesté jeudi à Lisbonne contre le plan d’aide de 78 milliards d’euros négocié avec l’Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI), en échange d’une cure d’austérité.

Les participants à cette manifestation organisée à l’appel de la CGTP, principale confédération syndicale portugaise, ont dénoncé l’accord conclu entre le gouvernement démissionnaire et l’UE et le FMI et l’ingérence de ces institutions dans les affaires du pays.

80.000 manifestants ont également battu le pavé à Porto pour dénoncer ce plan qui devrait entraîner pendant au moins deux ans une augmentation du chô mage et une baisse des revenus.

Avec un taux de chômage record de 10,8% l’an dernier, le Portugal compte 620.000 chômeurs, dont près de la moitié sont âgés de moins de 35 ans et plus de 10% ont un diplôme.

« La moitié de la population active portugaise est au chômage ou précaire, ce qui montre bien que la situation est intenable », a affirmé à l’AFP Joao Labrincha, chômeur de 27 ans et l’un des quatre initiateurs du mouvement, qui se dit « sans parti, laïc et pacifique ».

En échange de ce soutien, le Portugal doit prendre de nouvelles mesures de rigueur, restructurer et renforcer le capital de ses banques, procéder à des privatisations et à des réformes notamment du système de santé et de l’administration, avec l’objectif d’assainir et de renflouer ses finances publiques.

En raison des difficultés financières du pays, les Portugais sont soumis à de sévères restrictions budgétaires, cumulant hausses d’impô ts et réduction des prestations sociales.

Italie

L’indignation gagne la jeunesse italienne

Est-on en train d’assister à un Printemps européen après le Printemps arabe se demande Catherine Cornet (MyEurope alors que les protestations venues d’Espagne sont arrivées en Italie via les réseaux sociaux.

Sous la bannière d’#ItalianRevolution les jeunes italiens indignés se sont donnés rendez-vous ce vendredi à 20 heures sur les principales places du pays.

« Toma la calle, l’Italia del nostro scontento. Indignate ! »

Sur Twitter, des milliers de commentaires et de phrases de ras le bol, et sur Facebook, des groupes « Italian revolution » divisés par villes ( Rome, Vérone, Milan, Naples, Trévise…).

Le rendez-vous est fixé à 20 heures aujourd’hui (vendredi 20 mai) sur les principales places italiennes : à Rome, c’est assez symboliquement la place d’Espagne qui a été choisie, comme une référence de plus avec les voisins de la Puerta del Sol.

« Sommes-nous au début d’un Printemps européen ? Il est peut être encore trop tôt pour parler de révolution mais il s’agit déjà bel et bien d’une révolte digitale. Et pour vérifier la force de la mobilisation, rendez-vous ce soir 20 heures sur les places italiennes »ajoute Catherine Cornet.

Debtocratie

Debtocracie

Ci-dessous un documentaire, « Debtocracie » (le gouvernement par la dette), qui évoque les causes et les solutions prônées par la classe politique pour faire face à la dette.

Une mise à plat des solutions et des analyses alternatives pour régler le problème systémique de l’endettement, principale cause des mobilisations de ces dernières semaines - comme de celles à venir...



A suivre...