L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

[http://www.lavoixdunord.fr/Locales/...]

Dans un article intitulé "Wilbert Van Hövell, du Haut
commissariat des réfugiés : La situation des migrants à Calais, s’est
globalement améliorée" (sic), le représentant HCR, confondant
amélioration de la situation des migrants avec leur disparition,
explique : « Le fait d’empêcher tout nouveau squat joue
également en la faveur de cette baisse. On pense être passé de 1 000 à
250 personnes. La situation s’est améliorée depuis octobre et les soins
sont toujours accessibles aux migrants... c’est bien. »

Parlant de cette horreur grillagée avec du fil barbelé où les gens
mangent sans aucun abri contre les vents très fréquents et la pluie
(une caractéristique de Calais) : Le centre de
distribution rue de Moscou améliore selon lui les conditions de vie de
ces personnes en transit, « et c’est une bonne chose. De plus, la
mairie va mettre à disposition un local pour le plan grand froid. C’est
positif... »

« Le nombre de demandes a augmenté et ils sont nombreux à opter pour un retour volontaire au pays » ajoute M. Van Höwell, représentant HCR de l’Europe de l’Ouest qui conclue l’article : « Nous
sommes favorables aux retours au pays, c’est une bonne chose dans
l’intégrité de la procédure d’asile. Il y a eu des démarches, elles
n’ont pas abouti, alors on renvoie. Mais je ne suis pas favorable au
retour dans des pays en état de guerre et c’est une bonne chose que
l’État a suspendu ces expulsions. On conseille d’attendre. Le mieux,
c’est le retour volontaire. »

M.Van Höwell a rencontré la maire de Calais avant de tirer ces étranges conclusions. Cette femme refuse pourtant systématiquement tout entretien avec les défenseurs des droits humains, pour peu qu’ils soient indépendants de son emprise.

Le lendemain de ces déclarations entendues à la radio locale, les deux tentes sous les ponts face à la mairie ont été détruites ! Un ancien squat réoccupé qui avait été fermé à l’initiative de la mairie de Calais, a aussi été visité par des policiers en civil. Les abris du bois des Garennes, propriété de la mairie ont disparu.

Le HCR tient un double langage et prépare mentalement les militants à l’acceptation des charters, honteux ou pas. En novembre 2008, le gouvernement nous avait prévenus de l’utilisation du HCR pour les déportations des afghans. D’abord, il a placé le HCR à Calais, conjointement à sa mise en place en Libye. Puis il laisse l’organisme protecteur diffuser la propagande xénophobe sous des allures humanitaires.

[Source : zpajol]