Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Près de 500 lycéens issus de plusieurs établissements de l’arrondissement ont manifesté dans les rues et dégradé poubelles et vitrines commerçantes...

Tout était improvisé. Ce lundi 18 octobre, près de 500 lycéens (1000 selon d’autres sources) ont défilé dans les rues de Valenciennes pour manifester contre la réforme des retraites. Personne pour les encadrer. Et ça a plutôt dégénéré.

« Je n’avais pas cours donc je les ai suivis car pour moi, c’est important, on n’a pas envie de profiter de notre retraite à plus de 70 ans ! », s’écrie Rebecca, du lycée Wallon. Ce matin, vers 9h, une cinquantaine de lycéens est venue chercher les élèves devant les portes de leur lycée. Ne pouvant pas entrer dans l’enceinte scolaire, les jeunes ont suivi le mouvement.

Deux véhicules retournés

À Anzin, des individus ont mis le feu à une poubelle devant le lycée professionnel. Deux voitures, un véhicule sans permis et une Peugeot 205, ont été retournées. Selon des témoignages de lycéens, les CRS auraient « poussé » les manifestants et utilisé des bombes lacrymogènes...

À Valenciennes, plusieurs poubelles ont été renversées et des vitrines commerciales ont été brisées. Les dégâts ne sont toutefois pas très importants mais un petit groupe de lycéens semblait prêt à en découdre avec les forces de l’ordre...

Neuf interpellations dans la matinée, et ça continue l’après-midi

Neuf jeunes ont été interpellés par les policiers dans la matinée. Trois pour violences volontaires, trois pour dégradations volontaires. Plus inquiétant encore, un jeune a été interpellé pour port d’arme prohibé, un autre pour incitation à la rébellion et enfin un dernier pour avoir agressé un agent dépositaire de l’ordre public.

Les autres jeunes, qui ont suivi le mouvement, semblaient un peu dépassés par les événements : « On est venu manifester, pas pour casser, c’est n’importe quoi. Et la présence des CRS, c’est pas très rassurant », confie un ami de Rebecca.

Dans l’après-mdi, la manifestation a repris de plus belle, et d’autres interpellations ont eu lieu encore...

[Source : lobservateurduvalenciennois.fr]