Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Des militants de la mouvance « anarcho-autonome » se sont introduits dans les locaux de France Bleu à Rennes, perturbant les programmes pendant une 1h30 mercredi. Une tentative du même type a été déjouée à Ouest-France.

Une trentaine de militants issue de la mouvance « anarcho-autonome » se sont introduits dans les locaux de la station France Bleu Armorique à Rennes, perturbant les programmes pendant une heure trente mercredi matin, a indiqué Laëtitia Cherbonnel, la rédactrice en chef de la station.

« On ne va pas travailler dans un bunker »

Les manifestants ont tenté de s’introduire dans le studio principal de la radio, où est diffusée la matinale. « Ils avaient l’intention de prendre l’antenne pour diffuser un message, témoigne Laëtitia Cherbonnel. Nous leur avons expliqué que cela ne marchait pas comme ça. Nous ne travaillons ni sous la menace, ni sous la contrainte. »

Cette intrusion a nécessité l’arrêt des programmes locaux de France Bleu Armorique de 7h50 à 9h20. La station a été contrainte de diffuser des programmes nationaux de Radio-France. Lassés d’attendre, les militants ont tourné les talons vers 9h.

Une plainte a été déposée par la direction de l’antenne qui a également constatée la disparition de quelques équipements. Les faits se sont néanmoins déroulés sans heurt.

Tentative d’intrusion déjouée à Ouest-France

Ce jeudi matin, la direction a décidé de verrouiller la porte d’entrée de la station. Une mesure provisoire. « Nous n’allons pas travailler dans un bunker, déplore Laëtitia Cherbonnel. Nous sommes un média de service public, nous devons donc être accessibles au public. Et nous n’avons pas la structure nécessaire pour disposer d’un service de sécurité. »

Cette initiative intervient alors que les médias semblent de plus en plus ciblés par la mouvance anarcho-autonome. Selon nos informations, des militants ont aussi envisagé de bloquer l’impression du journal Ouest-France sur le site de Rennes-Chantepie. L’initiative auraient dû se dérouler mardi soir. Prévenue, la direction du quotidien avait pris ses dispositions pour éviter toute intrusion.

[Source : le mensuel de Rennes]