Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Reçu de l’i-phone de Michel Rostain quelques infos supplémentaires sur cette révolution islandaise. Puisqu’il témoigne du nouvel an à Reykjavik, c’est qu’il doit être par là-bas, le bougre. Et l’on va s’empresser de lui demander de nous en dire plus aussitôt qu’il se rapprochera d’un clavier plus propices aux épanchements.

Rappelons ici que ce Michel Rostain, en plus d’être un fameux metteur en scène de théâtre et d’opéra – longtemps animateur du théâtre de Quimper –, était secrétaire national de l’UNEF peu avant mai 68.

Des vœux depuis mon iPhone, et un très bref commentaire islandophile avant mon retour vers la mi-janvier devant un vrai clavier si vous voulez.

• Oui, la presse a peu parlé de tout cela. Par souci de désinformation ? Ou tout simplement par bêtise ?

• Le gouvernement provisoire mis en place met strictement à égalité hommes et femmes (elles ont été un moteur formidable).

• Eva Joly a été chargée d’enquêter sur les manipulations financières de la droite et sur les fuites de capitaux. À suivre de près.

• L’Islande refuse de rembourser les banques (anglaises et danoises en particulier) qui ont encouragé le surendettement. Car les islandais s’étaient semble-t-il effectivement surendettés en masse.

• L’Islande semble chercher à échapper à la fois à l’Europe, à la Russie et aux USA. Pas gagné.

• La gauche actuelle me semble devoir faire le sale boulot : dette, chômage, etc. On m’a dit que la droite tente de se refaire une virginité, et que le peu de mémoire moderne aidant, elle inquiète beaucoup.

• À Reykjavík, lors des municipales, ce n’est ni un parti de droite ni un parti de gauche qui a gagné il y a six mois, mais un clown très connu, sorte de Coluche qui dit que seul l’humour et le burlesque peuvent aider à avancer. À suivre aussi de près.

• Les bains chauds, c’est effectivement un sport national (pas seulement de gauche), génial, à mon expérience en famille ou entre amis en fin de journée

• Le nouvel an à Reykjavìk, c’est un super feu d’artifice. Dépense collective énorme en fusées et pétards ; après tout, quitte à dépenser des fortunes, une fête de lumières au lieu de marée de bulles, pas mal non ?