L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

En Grande-Bretagne aussi, la politique de l’immigration se durcit spectaculairement.

Mardi 30 juin, un charter pour le Nigeria était prévu.

Plusieurs expulsés étaient inscrits à bord, certains connus pour les luttes de ces dernières semaines.

Le charter est malheureusement bel et bien parti, mais avec du retard (vol prévu à 17h, toujours pas parti à 23h), retard du à diverses résistances, de la part des expulsés mais aussi des personnes participant aux luttes pour la liberté de circulation.

Les expulsés inscrits sur le charter provenaient de plusieurs centres de rétention et entre autres ceux de Yarl’s Wood (grève de la faim et lutte initiée il y a 15 jours) et Broken House (émeutes et incendie il y a trois semaines).

A Yarl’s Wood, une famille entière a refusé de sortir de sa cellule. Au bout d’un moment, ils ont été sortis par la force par un grand nombre d’agents de sécurité de Serco (la compagnie de sécurité qui a le contrat pour la gestion de ce centre).

A l’extérieur, des militants étaient là pour tenter de bloquer la sortie des bus qui doivent emmener les déportés du centre jusqu’à l’aéroport d’où part l’avion. Le blocage a duré de 13h30 à 16h30 puis a été évacué par la police. Il y a eu une arrestation.

Au total 20 personnes dont trois familles ont été expulsées à partir de Yarl’s Wood.

Arrivés sur le lieu de départ de l’avion, il y a semble-t-il encore eu des résistances, les expulsés refusant de monter dans l’avion. Divers recours juridiques ont été lancés par les expulsés, notamment par rapport à des vices de procédure.

Certains de ces recours ont fonctionné à la dernière minute, les gens ont donc échappé pour cette fois à l’expulsion, mais ils retournent en rétention et, rentabilité oblige, ils ont été remplacés par d’autres expulsés dans l’avion.

Parmi les gens qui ont « bénéficié » d’une annulation de leur expulsion à la dernière minute, certains ont été mis en attente dans l’aéroport.

Parmi les mises en attente, il y a la famille Umoro, qui a pas mal témoigné sur ce qui se passe dans le centre de rétention de Yarl’s Wood, et dont le mari a lancé une procédure contre la compagnie Serco par rapport aux violences subies lors des luttes des dernières semaines. Pour eux, la mise en attente serait du au fait que leurs enfants ont le palu et que l’un d’eux a perdu beaucoup de poids ces derniers jours.

Plus tôt dans la matinée, il y a eu un rassemblement et une tentative de blocage des bus, à savoir la compagnie Tours WH Crowley. Les manifestants ont pu pénétrer dans le parking mais malheureusement les bus étaient déjà parti pour aller chercher leurs « passagers » dans les différents centres de rétention.

Apparemment les militants souhaitent engager une campagne contre cette compagnie qui a participé à de nombreuses opérations d’expulsions collectives comme celle-ci, notamment deux opérations au printemps visant à expulser massivement des Kurdes d’Irak. Les employés ont d’ailleurs confirmé cette participation.

Sinon, par rapport à ce charter et à la politique d’immigration en général il y a eu aussi un rassemblement mardi midi devant le home office (ministère de l’Intérieur) et un autre rassemblement y était prévu pour aujourd’hui mercredi 1er juillet.

Pour diverses infos en anglais :
http://stopdeportation.net/node/18.

[Source : liste rétention]