Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Le 16 mars, des enseignants-chercheurs, étudiants et personnels Biatoss en grève mettaient en demeure Valérie Pécresse de retirer la LRU, menaçant d’engager ce qui s’appellera une semaine plus tard « la ronde infinie des obstinés » – qui marchent effectivement jour et nuit, en Place de Grève, devant l’Hôtel de Ville de Paris. Deuis le mouvement s’est étendu à de nombreuses villes.

Nous enseignants-chercheurs, étudiants et personnels Biatoss en grève depuis le 2 février 2009 lançons solennellement un ultimatum aux ministres Valérie Pécresse et Xavier Darcos.

Nous exigeons, ainsi que le demande depuis six semaines la Coordination Nationale des Universités, le retrait de la loi LRU et du pacte de recherche, comme des mesures qui en découlent :

• le retrait du projet de décret concernant les enseignants-chercheurs y compris dans sa dernière version ;

• le retrait du projet de réforme de la formation et du recrutement des enseignants des écoles, collèges et lycées ;

• le retrait des suppressions de postes statutaires à l’université et ce dès 2009, ainsi que le retrait de la réforme d’allocation des moyens financiers fondés sur une prétendue performance ;

• le retrait du projet de contrat doctoral unique ;

• l’arrêt du démantèlement des organismes de recherche.

Ces retraits sont pour nous un préalable pour pouvoir engager une véritable discussion et confrontation, dans une démarche d’États généraux des universités à mener en toute indépendance et qui prennent en compte l’ensemble des revendications portées par la mobilisation actuelle.

Si dans une semaine, soit le lundi 23 mars, à midi, le gouvernement n’a pas pris en compte ces revendications, nous marcherons en Place de Grève, jour et nuit.

Nous tournerons jour et nuit pour manifester notre obstination.

Nous marcherons sans fin car nous n’avons aucune intention de céder.

En Place de Grève, nous appellerons à LA RONDE INFINIE DES OBSTINÉS tous les personnels de l’éducation nationale, étudiants, lycéens, les parents d’élèves et tous les citoyens solidaires à nous rejoindre à toute heure du jour et de la nuit.

Université Paris 8 Saint-Denis