L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Après les deux journées de rencontres
organisées par l’AME (l’Association
des maliens expulsés), les 15 et 16
mars à Bamako, pour informer sur la
situation dramatique que vivent les
personnes expulsées, il semblerait que
le gouvernement malien ait entendu
le message – et trois jours de « négociations
intenses » à Paris n’auront
pas abouti : Bamako n’entend pas plus
accorder de laissez-passer.

Le Mali et la France ne sont pas parvenus
à un accord de réadmission de
sans-papiers au terme de trois jours de
négociations intenses qui se sont
achevées mercredi 19 à Paris, a-t-on
appris jeudi de bonne source à
Bamako.

Un second round de la 8e session du
Comité mixte annuel franco-malien
sera spécialement convoqué en juin
prochain à Bamako, en vue de rediscuter
et de convenir d’un accord sur la
question, a-t-on précisé de même
source.

Les autorités françaises souhaitent
voir la représentation diplomatique
du Mali à Paris accepter de délivrer
des laissez-passer, qui faciliteraient
l’expulsion de tout sans-papiers,
reconnu d’origine malienne ou ayant
transité par le Mali.

Cette disposition constitue l’un des
volets des accords concertés de gestion
des flux migratoires que Paris a
entrepris de signer, séparément, avec
un certain nombre de pays africains.
Le Sénégal, le Bénin, la République
démocratique du Congo et le Gabon
en sont, pour l’instant, les quatre pays
signataires.

[Source : XINHUA]