Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

De ville en ville, de bataille en bataille, en Syrie, le cauchemar continue. Il y a quelques jours, l’opposition remportait une grande victoire, prenant le contrôle d’une ville considérée comme « stratégique », Maaret-el Nomane, entre Damas et Alep, et capturant plus de 600 soldats de l’armée assadiste. La riposte est tombée du ciel. Le crime international consistant à ne pas décréter de zone d’exclusion aérienne en Syrie, se confirme tous les jours. Aujourd’hui, il est ainsi permis à un État de bombarder ses villes… Le comble du comble.

Paris s’éveille

Syrie : poursuite des affrontements autour de la base militaire de Wadi Daif

20 octobre 2012

MAARET AL-NOOMANE (Syrie) - Des affrontements de moyenne intensité étaient en cours samedi matin autour d’un base militaire de l’armée syrienne assiégée par les rebelles, près de la ville clé de Maaret al-Noomane, dans le nord du pays, a constaté un journaliste de l’AFP.

Des rafales d’armes automatiques et détonations étaient audibles à intervalles régulières en provenance de cette base de Wadi Daif, en périphérie est de Maaret al-Noomane, ville sous contrôle rebelle depuis le 9 octobre et soumise depuis lors à d’intenses bombardements de l’armée, a-t-on constaté.

Samedi matin, le journaliste de l’AFP a pu observer une quinzaine de chars, déployés ou camouflés dans les vergers d’oliviers ceinturant la base.

A environ deux kilomètres à l’est de Maaret al-Noomane, ce camp militaire s’étend sur plusieurs kilomètres carrés, ceinturés par des miradors et en partie par des monticules de terre, selon les rebelles.

L’AFP a vu à plusieurs reprises ces derniers jours des hélicoptères larguer à haute altitude du ravitaillement, qui tombait souvent dans les lignes rebelles ou le no man’s land séparant les belligérants.

Les rebelles assiègent Wadi Daif sur trois axes, avec en particulier des positions fortifiées au voisinage de l’autoroute Damas-Alep, dont ils tiennent fermement une portion de plusieurs kilomètres.

Cette zone en particulier est la cible des bombardements de l’aviation syrienne, qui déverse quotidiennement depuis le ciel des bombes de 500 kg et à sous-munitions.

Samedi matin, un chasseur-bombardier a fait un passage à basse altitude vers 7H30 locales, avec une bombe larguée qui n’a apparemment pas fait de victime. Un autre chasseur a bombardé vers 9H45 locales la périphérie est de la ville.

Un calme précaire régnait samedi matin et était l’occasion pour les habitants encore présents de se ravitailler, ou pour des familles de venir visiter brièvement leur logement.

Peu ou pas de voiture, mais des motos, presque toujours conduites par des combattants. Quelques rares commerçants osent toujours braver les bombardements.

Des tas de vieux pneus sont enflammés au carrefour ou sur les chaussées des grandes avenues, afin que la fumée noire qui se dégage des brasiers gêne l’observation des aéronefs.

Pour certains, ce calme avant la tempête ne prévaut rien de bon, et annoncerait même un nouveau déferlement de bombes et obus sur la ville. De toute façon, la tempête finira par venir, commentait, fataliste Abou Amir, professeur à la retraite de 55 ans, assis devant son immeuble grêlé d’éclats.

Pour le moment, l’armée n’a pas les moyens de reprendre la ville. Mais qui sait, s’ils mettent plus de moyens..., estime un cadre rebelle. Et s’ils n’y parviennent pas, le régime se vengera en nous écrasant sous les bombes.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui se base sur un large réseau de médecins et militants, de violents combats opposent les troupes régulières aux rebelles, qui ont attaqué un convoi militaire sur la route Damas-Alep, au sud de Maaret al-Noomane.

Dans la région de Damas, des colonnes de fumée s’élevaient non loin des résidences de la police alors que des tirs nourris étaient entendus, selon l’OSDH.

Les forces gouvernementales ont arrêté une vingtaine de personnes dans cette ville située à 10 km au nord-est de la capitale, tandis que de violents combats opposaient l’armée aux rebelles près de la localité de Erbine, à 7 km au nord-est de Damas.

Les violences de samedi surviennent au lendemain d’une nouvelle journée meurtrière ayant fait 133 morts à travers la Syrie, dont 55 civils, 33 rebelles et 45 soldats.

En outre, 37 corps ont été retrouvés dans un cimetière de la ville de Deir Ezzor, certains écartelés et d’autres portant des traces de brûlures. Douze d’entre eux ont été identifiés. Sept autres corps ont été retrouvés dans la province d’Alep et 4 dans celle de Damas.

[Source : romandie.com, AFP]

Seized by Rebels, Town Is Crushed by Syrian Forces

18 octobre 2012

BEIRUT, Lebanon — The town of Maarat al-Noaman in northern Syria was just last week the scene of a major victory for the insurgents, who drove government forces from checkpoints at a crucial crossroads on a major highway, apprehended scores of soldiers, celebrated atop captured armored vehicles and declared the town “liberated”.

On Thursday, jubilation turned to horror as government airstrikes sent fountains of dust and rubble skyward and crushed several dozen people who had returned to what they thought was a new haven in a country mired in civil war, according to reporters on the scene for a Western news agency, and antigovernment fighters and activists who backed up their accounts with videos posted online.

Men stumbled over rubble, carrying single bones nearly shorn of flesh and shredded body parts barely identifiable as human. Amid a swirling crowd of rescuers, two young men embraced and wept. A man in a baseball cap pointed out crumpled buildings that, he said, crushed women, children and elderly people sheltering there. An infant in a pink shirt lay motionless, then opened its eyes. “God is great,” said a rescuer, cradling the baby in his arms.

Maarat al-Noaman’s reversal of fortune highlights the dark turn that Syria’s civil war has taken in recent months, as fighting intensifies and the government and insurgents remain locked in an increasingly bloody stalemate, Syrian residents and military analysts said.

When rebels declare a town liberated, President Bashar al-Assad’s government no longer makes much effort to retake territory, they said. Now, it sends overwhelming force with one objective – to destroy and level all that is left behind.

Regaining and maintaining control requires resources the government, stretched on many fronts by the 19-month conflict, cannot afford, said Emile Hokayem, a Middle East-based analyst at the International Institute for Strategic Studies. “So,” he added, “they actually have no problem completely destroying it.”

Gutting and abandoning towns rather than trying to govern them shifts responsibility for reconstruction and relief onto the shoulders of the underequipped rebels, breeding frustration, Mr. Hokayem said, a tactic that suggests the government has given up on winning the trust of its people.

“They’re not after regaining the hearts of the population,” he said. “The calculation is that what’s needed is for the population to start resenting the rebels, not to start liking the Assad regime again.”

That dynamic – rebel gains, army crackdowns and ensuing resentment against rebels as well as the government – has played out again and again in recent months, most recently in Aleppo, Syria’s largest city. Rebels last month began what they said would be an all-out offensive there. But the result was to spread fighting into previously peaceful neighborhoods and damage the city’s beloved historic center, leaving many residents as angry at the rebels for bringing the fight there as at the government for its harsh response.

In Maarat al-Noaman over the past week, rebels attempted to provide some services. They tried to distribute bread after the government shelled bakeries, activists said, a tactic used in several cities, according to a recent Human Rights Watch report. But some of those effort appeared ad hoc and rudimentary : an antigovernment video showed boys, girls and adults lining-up as men handed out bread from the trunk of a small white sedan.

Abu Ahmed, the commander of a group of fighters from the nearby village of Sinbol, said in a Skype interview on Thursday that kerosene supplies had sunk so low in the town that rebels had to form a committee to keep people from cutting down olive trees for fuel.

An even thornier problem arose that one rebel commander said had left his brigade “seriously confused” : how to manage the scores of government soldiers captured in the rebel offensive.

“We don’t know what we’re going do with them,” the commander, who asked that his name not be used and claimed to be holding 600 prisoners, said in a Skype interview on Tuesday. Even feeding them “one loaf, tomato or potato” a day would be too expensive, he said. “We don’t have food even to feed our families.”

But if the prisoners were released, he said, they might rejoin the army or pro-government militias. He said he was beginning to wish they had died in the fighting.

Yet the battle exposed weaknesses and strengths on both sides.

While the destruction on Thursday renewed questions about the rebels’ tactic of seizing territory, their earlier victory showed their growing capability and the strain on government forces. Rebels claimed they had been able to seize for a time all the checkpoints between Maarat al-Noaman and Khan Sheikhoun, 10 miles to the south along the north-south highway that is the main artery between Damascus and Aleppo.

Lt. Ahmad Haleeb, a rebel officer, said in an interview that he had fought with more than 150 troops and that they had killed 65 soldiers and captured seven in a fight for a checkpoint. In one government-held building, a cultural center, rebels shot video of a dozen dead, shirtless men they said had been security detainees apparently executed as troops fled.

Several units worked together, one attacking government reinforcements en route to the battle, activists and fighters said last week. Videos described as having been made during the battle showed rebels shooting down a helicopter, using small-arms fire in coordinated squads, firing rocket-propelled grenades and heavy-caliber weapons mounted on flatbed trucks, and even appearing to commandeer an armored vehicle.

They surrounded an army base at Wadi al-Deif, near Maarat al-Noaman, where on Thursday, activists and fighters said, government soldiers were still trapped without access to supplies amid new shelling by rebels.

“At a purely tactical level that was a defeat for the regime,” Mr. Hokayem said of Maarat al-Noaman.

On Thursday, the government said it was pushing rebels out of the town. SANA, the Syrian state news agency, reported that the army was “cleaning” the area and had “killed a large number of terrorists.” It said the army had uncovered caves and tunnels storing weapons, and had destroyed heavy weapons as well as 60 bombs weighing hundreds of pounds each.

But Abu Ahmed, the commander, said that rebels still controlled one side of town and aimed to control routes to Aleppo and north to Saraqeb, Idlib and Turkey.

Maarat al-Noaman drew attention because of its strategic location, the rebels’ unusually well-documented gains and the vivid photographs and reporting by Agence France-Presse journalists who were also present during the airstrike on Thursday.

The town, with a prewar population of about 120,000, was an obscure provincial enclave known mainly for the Alma Arra museum, a 16th-century former traders’ inn housing a collection of Byzantine mosaics and pre-Islamic pottery – and, on the entryway floor, a mosaic portrait of Mr. Assad and his father and predecessor, Hafez al-Assad.

But Maarat al-Noaman has broader significance as an archetype of Syria’s neglected midsize towns. The country’s hinterland is dotted with more than 120 towns with populations of more than 20,000, and battles have ravaged many that poverty and resentment made hotbeds of rebellion.

In his effort to win over Syria’s elite with new economic freedoms early in his rule, before the uprising, Mr. Assad courted Damascus at the expense of the periphery that had long been the base of his Baath Party.

“He won Damascus,” said Mr. Hokayem, the strategic studies institute analyst, “but he lost Syria.”

[Source : New York Times]

Syrie : près de 50 morts, dont plusieurs enfants, dans un bombardement

19.10.2012

La ville de Maaret Al-Noomane, une localité stratégique dans le nord de la Syrie entre Alep et Damas, a été la cible de violents bombardements par l’armée syrienne, jeudi 18 octobre. Selon un bilan établi par les rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL) et des médecins, au moins 49 personnes ont été tuées, dont 23 enfants. La plupart des victimes ont été tuées quand un immeuble et une mosquée ont été réduits en poussière.

Toutes les victimes ensevelies sous les gravats de l’immeuble ont pu être dégagées. Mais des corps restent encore sous les décombres de la mosquée voisine, ont précisé les secouristes et une source hospitalière citée par l’AFP. Des rebelles parlent de 23 enfants, âgés d’un mois à 9 ans, tués dans ces bombardements.

Dans un hôpital de fortune, un journaliste de l’AFP a vu 32 corps, dont ceux de six enfants, enveloppés dans des linceuls blancs. De nombreux corps étaient mutilés et méconnaissables. Deux enfants qui jouaient dans la rue ont été fauchés par l’explosion. L’un a été décapité et l’autre déchiqueté. Dans l’hôpital, des sacs en plastique se trouvaient tout près des corps, avec l’inscription « parties de corps ».

Les bombardements aériens sur Maaret Al-Noomane, en grande partie désertée par ses 125 000 habitants, ont cessé pendant la nuit, mais les tirs de roquettes se poursuivaient. La ville a été capturée la semaine dernière par les troupes de l’ASL, et subit depuis une des pires campagnes de bombardements aériens depuis que le régime de Bachar Al-Assad a intensifié ce type d’attaques au cours de l’été.

« ATTENDONS DE SAVOIR CE QUE LAKHDAR BRAHIMI A À DIRE »

L’aviation, principal atout du régime, bombarde le secteur à intervalles réguliers tandis que des chars de la base tirent sur les abords du camp pour empêcher la progression des rebelles. Le bilan de ces attaques sur l’ensemble de la province d’Idlib, à la frontière de la Turquie, varient entre une cinquantaine de morts et près de 200, selon les sources. Depuis 19 mois, le conflit a fait plus de 30 000 morts, selon des ONG locales. Les rebelles ont annoncé avoir lancé « l’assaut final » contre la base stratégique de Wadi Deif, dans le nord-ouest du pays, qui abrite quelque 250 soldats, des chars et d’importants réservoirs de carburant.

C’est dans ce contexte macabre que Lakhdar Brahimi, émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe, arrivera à Damas, vendredi, pour sa deuxième visite depuis sa prise de fonctions le 1er septembre. Au terme d’une tournée régionale, M. Brahimi, actuellement en Jordanie, rencontrera le ministre des affaires étrangères syrien, Walid Mouallem, selon le porte-parole du ministère, Jihad Makdissi. « Attendons de savoir ce que Lakhdar Brahimi a à dire », a-t-il répondu à une question sur la possibilité d’une trêve en Syrie. M. Brahimi, dont la presse syrienne a salué la « diplomatie des petits pas », ne rencontrera pas M. Assad, selon son porte-parole.

Un précédent cessez-le-feu en avril n’avait tenu que quelques jours, chaque camp s’accusant de l’avoir violé. Quelques mois plus tard, devant son impuissance, le médiateur international Koffi Annan présentait sa démission. La trêve proposée, si elle entre en vigueur, devra être contrôlée par les Syriens eux-mêmes, a précisé Lakhdar Brahimi. L’idée de ce cessez-le-feu, appuyée par la Turquie, très critique envers Assad, et par l’Iran, un allié de Damas, a été accueillie avec prudence par le gouvernement syrien.

Kofi Annan a déclaré jeudi que l’Iran accepterait la chute du président syrien Bachar Al-Assad si elle était le fruit d’élections dans le pays.

[Source : lemonde.fr]