L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Le président de la Cimade, Patrick Peugeot, a dénoncé à nouveau, lundi à Lille, le nouvel appel d’offres du ministère de l’Immigration sur l’aide aux étrangers en rétention, estimant que l’intention du gouvernement était avant tout de « mettre dehors la Cimade ». « Ce que veut avant tout le ministre (de l’Immigration), c’est mettre dehors la Cimade. Notre mission ne devrait pas donner lieu à un appel d’offres, ce n’est pas un problème d’argent, ce n’est pas de 20 km d’autoroute dont il s’agit, c’est de la défense d’hommes et de femmes », a affirmé Patrick Peugeot lors d’une conférence de presse à Lille. Jusqu’à présent, la Cimade était la seule association habilitée dans les Centres de rétention, mais le gouvernement a décidé d’une réforme du dispositif d’aide aux étrangers dans les centres de rétention, et fait un appel d’offres, ouvert aux associations jusqu’au 10 février. Il prévoit que les 30 Cra (contre 27 actuellement) soient répartis en 8 « lots » ce qui, selon M. Peugeot « interdit toute possibilité de défense efficace et globale des personnes concernées » et « oblige les associations à se poser en concurrentes ». « S’il y avait un appel d’offres sur un seul lot, il serait difficile de dire que la Cimade est la plus mauvaise par rapport aux autres associations puisque par hypothèse elle a l’expérience, alors on découpe en 8 lots », estime M. Peugeot qui indique avoir contacté les associations pour discuter de cette réforme. « Certaines nous ont dit qu’elles n’avaient pas le choix, qu’on leur a mis le marché en main », a regretté le président. « D’autres associations comme par exemple la Croix-Rouge ont refusé et décidé qu’il n’était pas question d’aller remplacer la Cimade », a-t-il ajouté.

[Source : AFP]