L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

GRAND FROID ET INDIFFÉRENCE POLITIQUE EN FRANCE ; HÉBERGEMENT POUR LES MIGRANTS ET SANS ABRIS

Une nouvelle fois, la France connaît une vague de grand froid. Une nouvelle
fois, des personnes meurent en France. Une nouvelle fois des vies sont menacées
en France du fait du manquement de l’État à ses devoirs les plus élémentaires et
son absence de réponse aux nécessités premières : porter assistance aux
populations les plus stigmatisées, défavorisées, délaissées. Offrir un
hébergement d’urgence.

Alors que le plan grand froid est déclenché, et qu’aucun gymnase n’a été
réquisitionné pour elles, des centaines de personnes, majeures et mineures
d’origines afghanes, kurdes, irakiennes… errent dans les rues de Paris à la
recherche d’un refuge, d’un abri, d’un lieu. Et c’est par la « force des choses
 », loin des regards et donc si proche - comme en écho aux nouveaux camps qui se
pérennisent dans les bois de Vincennes ou de Versailles, aux abords des
périphériques des villes de France… – sous les ponts, quai de Jemmapes, quai de
Valmy, que des campements de fortune ont été créés, des tentes installées, que
des feux sont, jours après jours, allumés. Non seulement pour se réchauffer et
se protéger du vent, de la neige, de la pluie, et du froid à pierre fendre, mais
aussi pour lutter contre l’indifférence, le cynisme, le mépris de l’Etat. A cœur
fendre.

Car cette froideur climatique ne peut que renvoyer à la « froideur »
intolérable, insupportable du climat politique actuel. Plus encore, elle désigne
l’irresponsabilité absolue des pouvoirs publics, l’inanité, la schizophrénie et
les conséquences ubuesques et pathétiques sur le terrain des politiques
publiques misent en place aujourd’hui (immigration, logement…) : 115 qui amène
des personnes sans abris dans le local ouvert pour cause de grand froid à Calais
(A rappeler : grève du 115 le 21 janvier 2010 pour protester contre le manque de
moyens) ; police des frontières qui demande à l’association Salam d’héberger dans
le lieu d’accueil d’urgence situé à Bailleul, des dizaines de mineurs afghans
dont elle ne sait que faire, faisant courir par là-même le risque à celle-ci de
passer sous le coup de la loi et du délit de solidarité…

Nous appelons à ce que les pouvoirs publics fassent preuve de responsabilité
politique et fournissent immédiatement un lieu où les migrants puissent trouver
refuge et s’abriter du froid.

Nous appelons à ce que des gymnases, salles polyvalentes etc. soient ouverts
dans les délais les plus brefs, de jour comme de nuit (Loi DALO !!!), partout où
c’est nécessaire, de façon à ce que soient mis hors de danger les personnes
exposées à une mort certaine.

Nous nous réservons le droit d’user de tous les moyens à notre disposition pour
faire aboutir ces demandes légitimes et obtenir des rendez-vous auprès de la
DDASS et institutions concernées.

Nous appelons toutes les associations, collectifs, citoyens à nous rejoindre
rapidement, afin de nous aider à construire cette mobilisation aussi urgente que
nécessaire.

Arrêt des rafles, chasses à l’Homme et expulsions.
Respect du droit d’asile.
Hébergement pour tous.

RASSEMBLEMENT DIMANCHE 10 JANVIER 2010

Paris : 17h30 Sur le pont. Entre le quai de Valmy et le quai de Jemmapes. Près
du métro Jaurès.
Calais : 19h00 devant le BCMO, Place de Norvège à Calais.

Premiers signataires : 9e Collectif des sans-papiers, Association Salam
(Calais et Dunkerque), CDSL, DAL, Collectif Les Morts de la rue…

Contacts :

9e Collectif : 0613952207 /0603583959
Association Salam : 0626386619
CDSL : 0683662478
DAL : 0609591974
Collectif Les Morts de la rue : 06 82 86 28 94