Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Nous publions ci-dessous le communiqué du Collectif de soutien à Julian Assange, qui a trouvé refuge depuis deux mois dans l’enceinte de l’ambassade équatorienne de Londres, et se retrouve depuis plusieurs jours encerclé par la police anglaise en dépit du fait que le Président Corréa a finalement décidé de lui accorder l’asile politique qu’il demandait – ceci après avoir respecté la trève olympique.

Bien moins respectueuses de us et coutumes diplomatiques, ni même de la convention de 1961, les autorités britanniques invoquent une loi de 1987 qui les autoriseraient à violer l’immunité diplomatique pour s’emparer de Julian Assange afin de l’extrader vers la Suède, où il devrait être jugé pour de prétendus crimes sexuels (avoir omis d’utiliser un préservatif lors de rapports consentis) qui ont bien plutôt l’aspect d’un sale coup de la CIA.

Comme on sait, le fondateur de Wikileaks est en effet dans le collimateur américain, en particulier depuis la publication sur son site de nombreux documents secrets sur la les guerres irakienne et afghane. Quoi qu’en disent les autorités suédoises, le risque d’une extradition d’Assange vers les États-Unis, où il encourt la peine de mort, n’est pas à négliger. À défaut, dans le climat d’hystérie actuel, rien n’interdit de penser que lui soit infligée en Suède une peine punitive pour avoir osé déplaire à l’empire.

Dans tous les cas, le niveau d’hostilité qu’exprime la position britannique de ces derniers jours autorise à présager du pire. Rappelons que le soldat à l’origine d’une grande partie des fuites dont a bénéficié Wikileaks, Bradley Mannings, a déjà été condamné, aux États-Unis, à 52 ans de prison, une peine qu’il purge au Texas dans des conditions scandaleuses où la torture blanche lui est infligée en plus de l’isolement.

Le collectif de soutien à Julian Assange appelle à un rassemblement ce dimanche, devant l’ambassade de Grande-Bretagne.

Paris s’éveille

Vendredi 17 août 2012, nous avons manifesté notre soutien à Julian Assange, créateur et fondateur du site Internet WikiLeaks qui se veut d’informer la population entière.

Nous avons tenu un rassemblement sur la Place Saint Michel à Paris.

Rappelons pourquoi nous soutenons Julian Assange et aussi la suite à tenir.

Julian Assange, 41 ans, fondateur de WikiLeaks, réfugié politique depuis au moins ce jeudi 16 août à 14 heures, heure locale. En effet, Raphaël Corréa, Président de l’Équateur, mais aussi l’ambassade de l’Équateur à Londres, et le Ministre des Affaires Étrangères de l’Équateur ont décidé de soutenir et d’accepter la demande d’asile politique de Julian Assange, dès ce jeudi 16 août 2012 à 14 heures heure de France, et donc à 13 heures heure de Londres.

Depuis plus de deux mois, Julian Assange, menacé d’extradition au Royaume Uni, s’est réfugié dans l’ambassade de la République équatorienne à Londres, demandant l’asile politique à ce pays.

Or, depuis quelques jours, alors que la demande de Julian Assange a été acceptée par l’Équateur, les autorités anglaises menacent d’enfreindre l’inviolabilité de l’ambassade, principe universel qui veut, rappelons-le, qu’une personne qui entre dans une ambassade en demandant l’asile politique et la protection du pays dont relève cette ambassade, si le Gouvernement et l’ambassade ont décidé d’accepter de défendre cette personne, celle-ci se retrouve aussitôt sus la protection de l’immunité diplomatique dont bénéficie toute ambassade.

Depuis que Julian Assange a été accepté par l’ambassade, le Ministre des Affaires Étrangères ainsi que le Président de l’Équateur, plus rien ne va. Si Julian Assange était extradé en Suède pour les soit-disant « viols » que celui-ci aurait commis sur deux femmes, il pourrait bien être ensuite extradé vers les États-Unis et jugé par un tribunal spécial pour avoir diffusé plus de 250.000 télégrammes concernant les civils et militaires tués par le Gouvernement Américain avec les guerres en Irak et en Afghanistan.

Londres maintient sa détermination à extrader Julian Assange, et se permet de préciser que le viol de l’immunité diplomatique équatorienne que cela demande serait possible en vertu d’une loi datant de 1987 « sur les lieux consulaires et diplomatiques » qui l’autoriserait à lever le statut diplomatique d’une ambassade dans certains cas.

C’est pour cela que nous, peuple de France, devons soutenir Julian Assange. Le collectif de soutien à Julian Assange appelle donc à un rassemblement qui se tiendra dimanche 19 août devant l’ambassade de la Grande Bretagne à l’adresse suivante :

Ambassade du Royaume-Uni

35, rue du Faubourg Saint Honoré

75008 Paris

De 14 à 20 heures.

Le dimanche 19 août 2012

Il s’agit tout d’abord de remercier l’Équateur, ainsi que son Ministère des Affaires Étrangères, et l’ambassade de l’Équateur à Londres, d’avoir accepté la demande d’asile de Julian Assange, mais aussi en même temps nous devons préciser que nous disons non à l’extradition de celui-ci aussi bien en Suède pour les soit-disant « viols » qu’il aurait commis là-bas, et enfin non à l’extradition de la Suède puis surtout non à l’extradition aux États-Unis d’Amérique pour « espionnage » en ayant diffusé plus de 250.000 liens concernant les guerres en Irak et en Afghanistan.

Nous donnons donc rendez vous dimanche 19 août 2012 à partir de 14 heures devant l’Ambassade du Royaume-Uni afin de dénoncer cette extradition mais aussi dénoncer que le Royaume-Uni est prêt à tout pour extrader celui ci.

Pour plus de renseignement, voici le lien de notre site :

http://wikileaksactu.wordpress.com/

Pour plus de renseignements, vous pouvez nous contacter au

06 66 88 79 80 ; 06 76 82 89 04 ; 06 60 54 76 50 ; 06 01 03 90 83

Collectif de Soutien à Julian Assange