Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Le 1er mai 1995, alors qu’il se trouvait au bord de la Seine, Brahim Bourram, jeune marocain de 29 ans, a été lâchement assassiné par des militants d’extrême droite qui l’ont précipité dans la Seine.

Depuis, un rassemblement est organisé chaque année sur le pont du Carrousel, devenu symboliquement le pont « de la mémoire de toutes les victimes du racisme et de la xénophobie ».

À l’invitation du MRAP et de l’ATMF, Saïd Bouarram, le fils de Brahim Bouarram sera présent à Paris à l’occasion de ce 15e anniversaire.

Appel au 14e Rassemblement à la mémoire de Brahim Bouarram et de toutes les victimes du racisme.

Le 1er mai 1995, alors qu’il se trouvait au bord de la Seine, Brahim Bourram, jeune marocain de 29 ans, a été lâchement assassiné par des militants d’extrême droite qui l’ont précipité dans la Seine.

Depuis, un rassemblement est organisé chaque année sur le pont du Carrousel, devenu symboliquement le pont « de la mémoire de toutes les victimes du racisme et de la xénophobie ».

Le racisme perdure. Il se nourrit de préjugés, de gestes, de paroles, de lois qui stigmatisent l’étranger, l’excluent de la communauté et le jettent en pâture à la haine meurtrière.

Nous, associations et organisations signataires, appelons encore cette année à un rassemblement le 1er mai 2009, à 11 heures au pont du Carrousel.

• Pour que la mémoire de Brahim Bouarram et de toutes les victimes de racisme demeure vivante.
• Pour dénoncer la xénophobie dont les étrangers sont victimes.
• Pour condamner les lois anti-immigrés dans notre pays.

Premiers signataires : Associations des marocains en France (AMF), Association de soutien au droit de l’homme au Maroc (ASDHOM), Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF), ATTAC, Fédération des Tunisiens Citoyens des 2 Rives (FTCR), Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI), La voie démocratique, Mouvement contre le Racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP)…

Un communiqué du Mrap.

Ce 1er mai 2009 aura lieu, comme chaque année depuis le 1er mai 1995, l’hommage que les antiracistes rendent à la mémoire de Brahim Bouarram, jeune père de famille marocain de 29 ans résidant en France, criminellement jeté dans la Seine par des manifestants d’extrême droite sortis, pour un 1er mai de haine aveugle, du cortège du Front National.

Année après année, le MRAP constate, au fil des dépêches, que le combat contre toutes les formes de la bête immonde continue d’exiger une mobilisation forte de tous les instants. Les formes les plus exacerbées, les plus violemment barbares du racisme, celles que l’on croyait à jamais cantonnées dans le passé – sans jamais disparaître – avaient, pensait-on, tendance à devenir moins fréquentes.

Non seulement ce n’est pas le cas, mais les idées racistes ne sont plus confinées à l’extrême-droite : elles gagnent, sous des formes diverses, d’autres secteurs de la vie politique et nous voyons se mettre en place, touche par touche, une xénophobie d’État.

En cette veille de 1er mai, il est urgent de réaffirmer que le combat doit au contraire s’intensifier avec une vigueur renouvelée. Le racisme perdure, enraciné dans la violence de politiques et de discours populistes qui désignent l’« Autre », « l’Étranger », comme intrus et l’excluent de la « communauté ».

Il perdure également dans la violence de rapports sociaux qui s’exacerbent en temps de crise, alors que la seule véritable réponse, aujourd’hui comme hier et en tous lieux, ne peut être que celle de l’accueil et de la solidarité.

Il perdure aussi par les folies meurtrières qui défient la raison humaine.

Le MRAP salue la présence en France du fils de Brahim Bouarram – Saïd– qui, pour la première fois, étant en mesure de répondre à l’invitation de l’ATMF et du MRAP, sera présent lors de l’hommage rendu à son père ce 1er mai, au pont du Carrousel, face au lieu même où son père trouva une mort tragique.

Le MRAP appelle les citoyens mobilisés pour un 1er mai solidaire et républicain à participer nombreux à l’hommage rendu à Brahim Bouarram en présence de son fils, le vendredi 1er mai 2009, à 11 heures, au Pont du Carrousel-Quai François Mitterrand (Métro : Pont-Neuf, ligne 7).