Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Le Comité international de soutien à Bernard Rappaz a exposé le combat du chanvrier valaisan vendredi à Genève devant la presse étrangère.

Ce groupe emmené par Jean Ziegler demande une suspension de peine pour que le prisonnier en grève de la faim depuis 113 jours ne meurt pas.


Voir en ligne : Dossier : Liberez Rappaz !

« C’est une question de principe qui dépasse de très loin l’événementialité helvétique », a déclaré le sociologue genevois. « La loi est la loi, mais rien ne vaut une vie humaine », a poursuivi Jean Ziegler. Il était accompagné du conseiller national Jean-Charles Rielle (PS/GE) et de l’ex-député socialiste Christian Brunier.

La dimension internationale du comité était assurée par l’éditeur français Michel Sitbon. Cet homme, qui est aussi président de Cannabis sans frontières, a entamé un jeûne solidaire depuis 26 jours. Il a expliqué comment, selon lui, l’affaire Rappaz est perçue avec surprise à l’extérieur de la Suisse.

Il s’étonne du décalage entre le sentiment général souvent hostile qui prévaut en Suisse à l’encontre de M.Rappaz et le sentiment universel en faveur de sa libération. Il est très facile de récolter des signatures pour l’appel à la libération immédiate de Bernard Rappaz, affirme M.Sitbon.

A l’étranger, les gens ne comprennent pas pourquoi les juges suisses appliquent avec tant de rigueur la loi sans apprécier les circonstances, a souligné M.Sitbon. Daniel Cohn-Bendit, José Bové, Mgr Jacques Gaillot ont notamment rallié le comité international de soutien.

Etat euphorique

L’ex-compagne de M.Rappaz était aussi présente lors de cette conférence de presse qui a eu lieu au Club suisse de la presse. Elle a évoqué l’état euphorique dans lequel se trouve Bernard Rappaz. Elle craint qu’il ne meurt avant la fin de l’année.

Le chanvrier purge depuis mars une peine de cinq ans et huit mois pour violation grave de la loi sur les stupéfiants et d’autres délits. Il proteste contre sa condamnation depuis le début de sa détention avec une grève de la faim interrompue à deux reprises. Alors que les voies de recours sont épuisées en Suisse, son avocat a saisi le Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg.



Plus d’infos : Cannabis sans frontières

Source : La Tribune de Genève, Romandie

Illustration : © KEYSTONE | Jean Ziegler, Christian Brunier, et Le conseiller national Jean-Charles Rielle (PS/GE), de gauche a droite, puis devant Michel Sitbon, porte-parole du Comite international de soutien a Bernard Rappaz.