L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

En mars 2007, ils étaient nombreux à
se mobiliser pour empêcher l’expulsion
de Sedat Tastan, un jeune kurde
de 19 ans, frère de quatre enfants scolarisés
à Marseille. Sa détermination à
vouloir vivre en France, près de sa
famille et de sa fiancée, avait ému ses
codétenus, et jusqu’au personnel du
centre de rétention administrative,
les travailleurs sociaux et membres
d’associations. Sedat ne voulait pas
retourner dans ce pays où son père
avait été emprisonné pour des raisons
politiques, où il serait emprisonné
avant d’accomplir le service militaire
qui l’amènerait immanquablement à
se battre contre le peuple kurde, son
peuple !

Il avait entamé une grève de la faim –
10 jours – pendant sa rétention, et
mis en échec trois tentatives d’expulsions
successives, soutenu par RESF
et les passagers des avions dans lesquels
il était menotté. Certains de ces
passagers ont dit avoir été impressionnés
par les violences subies lors de ces
tentatives d’expulsion.

Le courage de cette famille, le mouvement
de solidarité envers eux, le « 
sauvetage » inespéré de Sedat par les
efforts conjugués des RESF de
Marseille et d’Ile de France à Roissy,
ont fait des Tastan un emblème, un
cas symbolique de la résistance collective
à la répression. [Voir le CD « 
résister aux expulsions, c’est possible
 », édité par radio Galère, Mille
Babords et Resf. http://www.educationsansfrontieres....]

Lundi 10 septembre, à 13h, Sedat
comparaîtra devant la 17e chambre
correctionnelle de Bobigny pour
refus d’embarquement. Il risque plusieurs
mois d’emprisonnement. Une
délégation du RESF13, composée
notamment des marraines Resf de
Sedat et de militants(es) ayant eux
aussi des soucis avec la police, la justice
ou l’administration pour leur
action avec le RESF (Florimond
Guimard, Myriam Khelfi, Erwan
Redon…) sera là pour le soutenir.
Sedat et ses soutiens appellent tous
ceux qui le peuvent à se rendre au
procès ce jour-là.

Mardi 11 septembre, c’est le père de
Sedat qui comparaîtra à la cour administrative
d’appel de Marseille à 14 h
30.

Il avait demandé un dossier de régularisation
(circulaire du 13 juin) qui a
été refusé. L’hiver dernier, il s’est fait
arrêter sur son chantier de travail, et
était passé au tribunal le 12 janvier.

Le recours avait été rejeté !
Monsieur Tastan a ensuite posé une
requête contre ce jugement.
RESF appelle à ce que cesse l’acharnement
contre cette famille.

(Source : RESF 13)