Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Pour faire le lien avec l’histoire lilloise relatée ci-dessous : le procès Vaillant (un déboulonneur qui a refusé un prélèvement ADN) qui devait avoir lieu en juillet et avait été reporté, doit avoir lieu

le 17 novembre au Palais de justice de Rouen à 13h30

Un jour d’octobre, un camarade a tagué sur un mur amenant à Lille 3, une expression simple, non insultante envers quiconque, mais à caractère philosophique, à savoir la première de l’alphabet…

Manque de bol, les caméras de vidéo-surveillance lui ont mitraillé la tronche en gros plan et la plaque d’immatriculation de sa voiture ! Ne souhaitant pas en rester là, le dit Président a porté plainte, il ne doit pas être adepte de l’expression libre et murale. S’ensuit donc une convocation au cours de laquelle il reconnaît les faits ! Puis la police demande au pote convoqué de se faire tirer le portrait, poser ses doigts encrés sur un bout de papier et ouvrir grand la bouche pour y insérer un coton tige. La dernière demande est de trop, il refuse. Autre chose étonnante, au début il n’était question que d’une simple contravention de 5 ème classe. Mais transformé en délit et donc permettre le prélèvement ADN…

Il va donc comparaître le 30 novembre 2010 au TGI de Lille pour « délits de dégradations de biens d’utilité publique (tags) » qu’il reconnaît (300 euros d’amendes sont demandés en timbres fiscaux) et pour « refus de se soumettre au prélèvement biologique destiné à l’identification de son empreinte génétique par personne soupçonnée de crime ou délit »

[Source : résistons ensemble ; indymedia lille]