Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Les opposant à l’aéroport ont lancé l’invitation à une grande mobilisation sur le périphe de Nantes pour l’arrêt des expulsions de 11 familles et quatre agriculteurs installés sur le site. Ils exsigent qu’ Hollande tienne sa promesse de non expulsion avant la fin de tous les recours juridiques. Pour cela ils occupent le pont de Cheviré et comme la réponse tarde ils installent barnums et tente, toilette sèche pour la nuit !

Paris s’éveille

Mise à jour : le blocage a été levé vers minuit, la police apres avoir arrosé au lance eau les opposants sur le pont de Cheviré, elle les a asperger d’une pluie de lacrymogènes . Plus d’infos sur ZADNADIR.


Voir en ligne : zadnadir

Extrait du texte « Ce que nous voulons » :

Ce 9 janvier, plusieurs convois de vélos et de tracteurs convergeront des 4 points de la région pour faire un grand banquet au pied du pont de Cheviré, ils seront rejoints par une manif piétonne au départ de Neustrie. Si les autorités cherchent à nous en empêcher, nous trouverons ensemble le moyen de nous déployer sur les axes de circulation de diverses autres manières, en divers points. Cette forme est un pari audacieux. L’action conjointe, ce jour là, de différents convois, avec les paysans solidaires et les comités locaux, préfigurera le blocage décentralisé de la région en cas d’expulsion de la ZAD ou de démarrage des travaux.

....Ce soir, le trafic reste classé « rouge », autrement dit saturé, sur le périphérique de Nantes, au Nord, à l’Est, au Sud et à l’Ouest. Peut-on lire dans Ouest France à 19h....

Entre 300 et 500 manifestants restent sur le blocage du pont de Cheviré à Nantes. En ce moment, ces opposants à NDDL montent des tentes pour passer la nuit. Ils ont de quoi dormir et manger, tant que François Hollande n’aura pas envoyé un signe d’abandon des procédures d’expulsion. Sachant que l’audience est mercredi au tribunal de Nantes. « Pas question de partir », assurent-ils, déterminés. Environ 70 tracteurs sont toujours là pour ce blocage. Ouest France.

Après Nicolas Hulot, ex-envoyé spécial de François Hollande pour la protection de la planète, c’est Emmanuelle Cosse, la dirigeante d’EELV, qui s’est prononcée pour l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. « Très forte mobilisation contre NDDL. Il faut savoir enterrer un projet périmé », a-t-elle tweeté/Ouest France.

A 20h15 : Les manifestants avaient de quoi manger. Ils ont donc installé une buvette, et écoutent également de la musique. Les tracteurs ont été enchaînés ensemble dans le bas du pont, formant une sorte de cordon. Les forces de l’ordre, elles, sont à environ 400 mètres des opposants. Ouest France.

communiqué sur zadnadir :

## Des nouvelles du blocage du pont de Cheviré – appel à rester en alerte

Il est 19h. La manifestation d’aujourd’ hui a été formidable et d’une ampleur inattendue. En 10 jours, dans l’urgence, nous avons réussi à mobiliser à Nantes 20 000 personnes, un millier de cyclistes et plus de 400 tracteurs. Les 6 convois qui sont entrés sur le périph’ en différents points se sont rejoints au pied du pont de Cheviré, où se sont déployés un banquet, des chansons, des prises de paroles, des danses... Il y a eu en parallèle des manifestations dans une quarantaine de villes en France. Mais cela n’a semble-t-il pas suffit. Les paysans et habitants historiques de la zad sont toujours menacés d’expulsion immédiate, d’amendes journalières exorbitantes et de saisie de leurs biens et de leur cheptel. A 16h, face à l’absence de réponse de François Hollande vis à vis des exigences d’arrêt des procédures d’expulsions, 70 paysans de COPAIN ont décidé de rester bloquer avec leurs tracteurs le pont de Cheviré. Ils ont déclaré dans un communiqué « Nous paysans de COPAIN ne pouvons accepter l’expulsion de nos collègues de Notre Dame Des Landes. Nous exigeons un engagement ferme. Nous restons donc sur le pont de Cheviré. M.Hollande, nous vous attendons. »

Nous sommes plusieurs centaines d’opposant-e-s à l’aéroport à être restés auprès d’eux pour soutenir leur action, malgré la pluie drue. Sur le périphérique toujours vide, des barnums se montent et s’illuminent de guirlandes. Des braseros s’allument. Des cantines préparent des repas chauds. Les 70 tracteurs se sont encastrés méticuleusement les uns dans les autres afin de décourager les éventuelles volontés de venir nous déloger. Si il le faut nous passerons la nuit là et plus encore, portés par la détermination des paysans et par l’énergie donnée par la journée. Une assemblée se met actuellement en place afin de discuter de la suite des évènements et des appels qui pourront être faits vis à vis des soutiens et comités locaux.

Il est possible d’ores et déjà de penser à des actions de solidarité décentralisées si le pouvoir s’entête à rester muet ou s’il décide d’envoyer la police tenter de dégager les tracteurs du périphérique. Nous vous invitons à rester vigilant-e-s et à regarder les sites et listes du mouvement ce soir et demain matin, et à relayer largement les infos et appels dans vos réseaux.

Plus de nouvelles bientôt.

Nous vous transmettons le communiqué de Copain 44 de 16h30 depuis le
pont de Cheviré

## Les tracteurs restent sur le pont de cheviré, jusqu’à obtenir une
réponse de Hollande

Nous sommes tous ici aujourd’hui sur le périphérique nantais pour demander à François hollande de faire arrêter impérativement la procédure de référé d’expulsion des habitants et paysans historiques.
Nous demandons qu’il tienne ses promesses et garantisse qu’il n’y ait aucune expulsion jusqu’à l’aboutissement des recours contre le projet d’aéroport.

Malgré l’importance de la mobilisation spontané de plus de 20 000 opposants et de plus de 450 paysans en tracteur la question reste entière et sans réponse aujourd’hui à 16h30.

Nous paysans de COPAIN ne pouvons accepter l’expulsion de nos collègues de Notre Dame des Landes. Nous exigeons un engagement ferme. Nous restons donc sur le pont de Cheviré. M. Holande, nous vous attendons.

Nous tiendrons un point presse sur place à 18h

Cyril Bouligand 06 21 04 76 84
Vincent Delabouglisse 06 87 52 34 26
Jean-François Guitton 06 98 90 46 04