Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

De nouveaux affrontements entre casseurs et forces de l’ordre se sont produits à Lyon en début de soirée, alors que 35 personnes avaient déjà été interpellées dans la journée après différents débordements. Brice Hortefeux s’est rendu sur place dans l’après-midi.

Un calme fragile était revenu en début d’après-midi dans le centre de Lyon, après des incidents dans la matinée, moins violents toutefois que ceux d’hier. Mais en début de soirée, la situation s’est à nouveau tendue. A la nuit tombée, 150 casseurs étaient encore présents dans la ville. Des dégradations ont été commises sur la rive gauche du Rhône, avec un bureau de tabac vandalisé, selon la préfecture, tandis que l’un des ponts menants à la place Bellecour a été bloqué à la circulation jusqu’en début de soirée.

700 à 800 policiers sont déployés pour assurer la sécurité dans la ville. 35 personnes ont été interpellées dans la journée, contre 85 hier.

Venu sur place dans l’après-midi, le ministre de l’Intérieur a promis aux auteurs des violences « que leurs actes ne resteraient pas impunis », assurant que « la France n’appartenait pas aux casseurs, aux pilleurs ni aux caillasseurs ».
Brice Hortefeux, chahuté alors qu’il visitait une rue piétonne du centre-ville, a annoncé la mise en place d’une « cellule d’indemnisation des victimes » des pillages.

Dans un communiqué, le sénateur-maire PS de Lyon, Gérard Collomb, a dénoncé une « opération de communication » de la part du ministre alors qu’il « croyait » que Brice Hortefeux s’était rendu à Lyon pour « une réunion de crise ».

[Source : France-info]