Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

« L’AG des étudiants de Paris 1 soutient les secteurs en lutte et souhaite des actions coordonnées entre étudiants et travailleurs. Nous estimons que la grève est le seul moyen de faire aboutir nos revendications. »

« L’AG des étudiants de Paris 1 réclame le retrait sans condition de la réforme des retraites, la prise en compte des périodes d’inactivité forcée, de stage, et d’étude, ainsi qu’un minimum vieillesse équivalent au SMIC. »
Autres revendications votées :

* le retrait de la réforme de la mastérisation
* le retrait de la réforme Luc Chatel

"Nous, étudiants de l’université de Paris 1-Tolbiac réunis en Assemblée Générale le mardi 12 octobre, sommes déterminés à imposer le retrait du projet de contre-réforme des retraites et à faire échouer le gouvernement dans sa nouvelle tentative de destruction de nos acquis sociaux. Après les journées d’action des 7 et 23 septembre et des 2 et 12 octobre, qui ont déplacé des millions de personnes dans les rues, un cap doit être franchi. Nous appelons donc a construire un mouvement de grève reconductible dans les universités, main dans la main avec les salariés, seul moyen de faire céder le gouvernement. Pour ceci, nous nous déclarons en grève et nous appelons l’ensemble des étudiants de toutes les universités :

* à voter et faire vivre la grève sur leurs lieux d’étude ;
* à organiser partout ou c’est possible des manifestations massives, régulières et assorties de blocages économiques ;
* à participer à la construction d’un mouvement coordonné nationalement afin d’élaborer ensemble une stratégie et une plate-forme de revendications nous permettant de nous inclure dans le mouvement de grève reconductible interprofessionnelle."

"Le 12 octobre paraît prendre la forme d’une journée de lutte généralisée et l’amorce d’un mouvement de grèves reconductibles dans de nombreux secteurs, privés comme publics. Cependant n’oublions pas ce qui se joue ce même jour sur les bancs de l’Assemblée. Rappelons-nous qu’aujourd’hui est voté l’essentiel des articles de la loi Besson, relative à l’intégration, à l’entrée, et au séjour des étrangers. En 2004, a été établi le CESEDA (Code d’Entrée et de Séjour des Étrangers et du Droit d’Asile), qui constitue un régime durement restrictif et bafouant les droits fondamentaux des étrangers avec ou sans papiers. Aujourd’hui, avec la proposition de loi Besson, le CESEDA se voit une nouvelle fois endurci par des articles supplémentaires, relatifs à :

* la déchéance de nationalité, étendue désormais aux français naturalisés depuis moins de dix ans dans le cas d’homicide ou de violences ayant entraîné la mort sur un dépositaire de l’ordre public. Peut-on accepter qu’il y ait des français plus français que d’autres ?

* l’extension des zones de rétentions administratives, jusqu’alors constituées par les aéroports, les gares, les ports et autres lieux de flux internationaux, mais qui peuvent être maintenant étendues aux zones où seraient interceptés des groupes d’étrangers suspectés d’arriver clandestinement sur le territoire. Cette nouvelle forme de rétention administrative couvrira une zone s’étendant du lieu d’interpellation à la frontière la plus proche. Cela permet ainsi de faire sortir cette catégorie d’étrangers du droit national, pour les retenir dans une zone juridique inter-frontalière, permettant leur expulsion systématisée.

* l’allongement de la durée d’enfermement de 32 à 45 jours en centre de rétention.

* aux reconduites à la frontière pour des ressortissants de l’Union européenne, sous des motifs d’ordre public dont considérés comme tels la mendicité organisée, ou encore l’occupation de terrains illégaux ; article directement inspiré par la politique actuelle et nauséabonde de répression et de déportation des populations Roms.

* la restriction de l’accès gratuit aux soins pour les populations les plus précaires. Les sans-papiers ont aujourd’hui la possibiltié d’être couverts pour leurs frais médicaux, via l’AME (Aide médicale d’État). Cette dernière protection sociale, jusqu’alors gratuite et accessible à tous, est gravement attaqué par la décision d’une cotisation annuelle de 30 euros pour ses bénéficiaires, et par la restriction du domaine médical couvert, car l’AME réformée ne couvrira plus que les interventions médicales relevant des services d’urgence. Nous ne pouvons accepter que les plus précaires soient encore une fois victimes d’une précarisation volontairement accrue par le pouvoir.

Rappelons enfin qu’une partie de ce texte a été voté dans le courant de la semaine dernière, et que le projet initial, aux relents déjà suffisamment xénophobes, a été bousculé par une frénésie de la droite dure, dont le projet de réforme du droit du sol a été refusé d’une courte majorité.
Ne fermons plus les yeux sur les propositions législatives et les pratiques policières d’un État xénophobe, propageant sans complexe son idéologie raciste.
Ne faisons pas des étrangers, comme cela fut le cas si souvent, les oubliés de cette lutte sociale qui s’étend et se renforce aujourd’hui chaque jour.

Luttons contre la xénophobie d’État !
Exigeons l’abrogation du CESEDA et le retrait immédiat de la loi Besson !
Exigeons la régularisation de toutes et tous les sans-papiers !« Motions portant sur les actions, l’organisation pratique et le calendrier de la mobilisation :
 »L’AG de Tolbiac décide de manifester dans un cortège interprofessionnel de l’Université Paris 1 (c’est-à-dire avec les IATOSS et les profs derrière une banderole Paris 1).« 
 »L’AG de Paris 1 appelle à se joindre au rassemblement voté ce matin en AG de Paris 7 jeudi 14h à Jussieu et à porter en coordination francilienne l’appel à un rassemblement vendredi 14h à la Sorbonne.« 
 »Le comité de mobilisation de Paris 1 organise la coordination francilienne appelée par Paris 1 pour jeudi."

* Une commission tract se réunit aujourd’hui mardi pour rédiger un tract d’appel à l’AG de jeudi.
* Prochaine réunion du comité de mobilisation mercredi à 17h (rendez-vous devant les machines à café de Tolbiac)
* Prochaine AG jeudi 14 (heure à préciser en fonction des amphis disponibles)