L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Une femme dont le compagnon sans-papiers est menacé d’expulsion vers l’Arménie est morte des suites de ses brûlures, ce dimanche 19 octobre, après s’être immolée devant la maison d’arrêt du Mans, dans la Sarthe.

La femme qui s’est immolée samedi 18 octobre devant la maison d’arrêt du Mans pour protester contre l’expulsion de son compagnon sans-papiers est morte dimanche matin au centre hospitalier de Tours, a-t-on appris auprès de l’hôpital.

Josiane Nardi, 60 ans, avait été grièvement blessée après s’être immolée devant la maison d’arrêt du Mans (Sarthe) pour protester contre l’expulsion de son compagnon sans-papiers menacé de reconduite en Arménie. La victime, brûlée au troisième degré sur la quasi-totalité du corps, avait été emmenée à l’hôpital du Mans puis transférée dans un état « très grave » à l’unité « grands brûlés » de l’hôpital de Tours, selon la préfecture.

Elle avait donné rendez-vous en début de matinée à des journalistes de la presse locale pour attirer l’attention sur le sort de son compagnon avant de s’asperger le corps d’essence et d’y mettre le feu. Les journalistes présents se sont immédiatement portés au secours de la victime sans toutefois pouvoir empêcher son geste désespéré ; deux d’entre eux avaient été transportés en état de choc à l’hôpital.

Le président du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), Mouloud Aounit, a fait part, dimanche, de son « effroi » face à cette immolation. « Ce geste de désespoir absolu, qui malheureusement en appellera d’autres, est un insoutenable révélateur des ravages de cette brutale, cruelle et inefficace politique du chiffre » en matière d’immigration, a estimé M. Aounit dans un communiqué. « Ce drame doit non seulement nous interpeller mais appeler à un urgent sursaut des consciences devant cette politique de criminalisation de l’immigration », a-t-il ajouté, rendant « coupable et comptable l’ensemble du gouvernement des dégâts de cette politique ».


[Source : LEMONDE.FR avec AFP]