L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Tirée de son lit, au centre de rétention
de Oissel, où elle avait été ramenée
après l’échec d’une première tentative
d’expulsion [Voir QSP N°5], ce
matin du 31 août, au petit jour, des
policiers l’ont emmenée à Roissy où
elle devait être “mise” au vol Air
France de 10h25 à destination de
Lagos.

Vers 13h, par une personne de la
Croix Rouge a contacté RESF, pour
dire que Mercy avait dû être hospitalisée
puis prise en charge par une de
leurs antennes à la suite d’un grave
malaise. Alors qu’elle avait été enfermée
dans un local de l’aéroport de
Roissy, en attente de son embarquement
Mercy, gravement affectée par
cette situation qu’elle venait déjà de
vivre quelques jours auparavant, a fait
un malaise dont la gravité a contraint
les fonctionnaires de police à faire
appel aux services médicaux.
Après qu’elle ait reçu des soins dans
un hôpital puis été ramenée à l’aéroport,
un arrêté de fin de rétention
administrative est arrivé de la préfecture
de l’Eure ! Les fonctionnaires de
police l’ont confiée aux soins d’une
antenne de la croix rouge avant de
s’en aller.

Hier dans la soirée, les militants de
RESF la retrouvait, heureuse de se
retrouver libre après un mois de
rétention…

La personne qui est allée la chercher
à l’antenne de la Croix Rouge de l’aéroport
de Roissy, a appris qu’elle avait
été confiée à leurs services, vêtue
d’une simple chemise de nuit déchirée.
Mercy, de désespoir, avait lacéré
le seul vêtement qu’elle portait depuis
son départ du centre de rétention de
Oissel ! Il faut savoir que les personnes
qui doivent être expulsées n’ont
pas le temps de s’habiller décemment...
Ainsi, Samuel, Arménien
expulsé le mois dernier était-il parti
torse nu et en chaussons...

(Source : RESF)