Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Deux voitures ont été retournées près de la gare de Lens hier matin. ...

Un millier de lycéens s’étaient réunis pour montrer leur hostilité au projet de réforme des retraites. Et si les élèves du lycée Picasso à Avion, une petite centaine, avaient sorti les banderoles et faisaient preuve d’organisation, les autres jeunes étaient pour le moins désorganisés, sans banderole, ni itinéraire prédéfini.

Tout a commencé par un regroupement près de la mairie lensoise. Puis des
groupes plus ou moins importants se sont agglomérés avant de se dissoudre au
gré des déplacements. La police tentait tant bien que mal de canaliser ce flux de jeunes. On avait l’impression, les armes en moins, à des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Lens.

« N’importe quoi »

Dans plusieurs rues, des voitures ont été griffées et des rétroviseurs cassés. Ailleurs ce sont des poubelles qui ont été renversées et des présentoirs de commerçants mis au sol. Certains jeunes ont jeté les premiers projectiles sur la police près du boulevard Basly. Le millier de manifestants s’est ensuite retrouvé à la gare, s’est rendu jusqu’au parking Bollaert puis est revenu à la gare. C’est là, vers 11 h 30, que les deux voitures ont été renversées. Une jeune manifestante désapprouvait ce vandalisme et lançait à sa camarade : « C’est n’importe quoi, sérieux ! »

Les policiers allaient et venaient alors autour de ces deux voitures pour tenter de retrouver les auteurs des dégradations. Dans un commerce près de la gare, des employées se laissaient aller à leur colère. Une première : «  C’est lamentable ! Les propriétaires des voitures ce sont des gens qui travaillent et qui n’ont peut-être pas les moyens d’e n racheter une autre. Que les jeunes fassent grève, d’accord. Mais qu’ils ne cassent pas les voitures des gens. » Une collègue approuve : « C’est la voiture d’une mère de famille. Je la connais, elle travaille sur le boulevard. Elle ne doit pas savoir que sa voiture est retournée. Je trouve tout ça dégoûtant. » Le calme est revenu à 13 heures.

2 400 manifestants dans le secteur

Le bilan de la matinée est saisissant. Huit personnes ont été arrêtées et ramenées au commissariat, essentiellement pour des jets de projectiles sur les policiers ou leurs véhicules. Mais ceux qui ont retourné les voitures n’avaient pas été interpellés hier soir.

Certes, trois mineurs d’une quinzaine d’années figurent parmi ces huit. Mais aussi des moins jeunes dont l’âge va de 19 à 22 ans. Probablement pas des lycéens. Et que dire de ce Liévinois de 55 ans menotté lui pour des violences sur des policiers... Dans ces manifestations lensoises, un policier a été légèrement blessé à la jambe par un projectile.

Au total ce sont 2 400 lycéens issus de 14 établissements qui ont exprimé leur mécontentement un peu partout dans l’arrondissement. Des incidents ont été observés également à Hénin-Beaumont.

[Source : La Voix du Nord ; anthropologie du présent]