L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Un manifestant a été arrêté !

Alors qu’une manifestation se déclenchait à l’intérieur du Centre, les retenus ont accrochant une banderolle marquant leur première revendication : « Liberté », des manifestants se sont regroupés dans le parking jouxtant le Centre, entourés par une armada de gardes mobiles.

C’est sur ce parking qu’un militant a été interpelé et mis en garde-à-vue.

Le camarade qui s’est fait arrêté devant le centre de rétention de Vincennes
et est maintenant en Garde à vue dans le commissariat du 4e arrondissement à Paris.

Demain rassemblement devant le commissariat au 27 bd Bourdon à partir de 13h (M°Bastille)

Venez nombreux pour le faire libérer !!


Message reçu le 6 janvier 2008 (Pajol)

Un camarade qui venait signifier sa solidarité aux
sans-papiers emprisonnés dans la prison pour étrangers
de Vincennes a été arrêté et mis en garde à vue.

Plusieurs de ses amis et compagnons pour la liberté de
circulation et la suppression des frontières se
rassembleront à partir de 13h devant le commissariat
du Bd Bourdon dans le 4e (M) Bastille) où il est
retenu. Nous appelons ensuite toutes celles et ceux
qui ne pourraient être là en début d’après-midi à
venir massivement devant le commissariat à 17h, juste
avant la fin des 24h de garde à vue.

Il est clair qu’aujourd’hui on ne voulait pas nous
laisser voir les retenus ni surtout être vus par eux.
Les quelques personnes qui ont quitté le gros de la
manif et sont allées à la rencontre "visuelle et
auditive" des sans papiers emprisonnés ont été vite
chargées par les forces de l’ordre afin d’être
éloignées le plus possible des bâtiments de détention
(comme l’était le gros de la manif). C’est lors de ces
charges que le camarade a été arrêté (il faut bien en
prendre un pour faire peur aux autres...). Nous avons
toutefois pu rester un moment face au centre après son
arrestation, d’autres personnes de la manif venant
nous rejoindre. Tout le monde a alors pu voir les
sans-papiers agiter une banderole et crier « liberté ! » en coeur avec eux.

Outre le soutien nécessaire au camarade interpellé et
mis en garde à vue, les actions de solidarité avec les
sans-papiers emprisonnés doivent continuer et se
multiplier.

Non aux rafles, non aux expulsions, fermeture des
centres de rétention.


La marche Le 9<sup class="typo_exposants">e</sup> Collectif Sur le parking CRS sur le parking CRS sur le parking