L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Chère camarade,

Le 17 mars 2010, une délégation des collectifs composant le « Ministère de la régularisation de tous les sans- papiers » ainsi que du Collectif National des Sans-Papiers a été reçu au siège du Parti Socialiste par Benoît Hamon, Sandrine Mazetier, Pascale Boistard et ton directeur de cabinet.

Lors de cet entretien, les représentants du Parti Socialiste ont réaffirmé l’engagement qui est le tien pour une « régularisation large des sans-papiers, prenant en compte notamment les liens de travail, la durée de présence, l’intégration et la scolarisation des enfants ».

Comme tu le sais, les collectifs de sans-papiers du « Ministère de la régularisation de tous les sans-papiers » ont commencé le 1er mai, date symbolique entre toutes dans l’histoire du mouvement ouvrier, une longue marche devant les conduire de Paris à Nice.

Ils iront à la rencontre des chefs d’État africains réunis au sommet France-Afrique pour attirer leur attention, par le slogan « Colonisés hier, exploités aujourd’hui, régularisés demain », sur le lien entre la situation post-coloniale et leur surexploitation actuelle.

Dans ce cadre, le soutien que tu leur manifestes est extrêmement précieux.

Ils ont donc été particulièrement déçus de l’absence totale d’accueil de la mairie d’Evry, conduite par Manuel Valls. Celui-ci, sollicité comme tous les maires des communes parcourues, n’a pris ni la peine de leur attribuer une salle (gymnase ou autre) leur permettant de dormir à l’abri, ni de venir à leur rencontre pour les encourager dans leur long chemin. Ceci contraste singulièrement avec l’accueil chaleureux réservé par l’ensemble des forces de Gauche lors des premières étapes.

Il est en l’occurrence impossible de ne pas faire le rapprochement avec les propos, au mieux malheureux, de Manuel Valls, filmé dans sa ville, et demandant qu’on rajoute « quelques blancs, quelques white, quelques blancos ». Il est certain qu’il y a peu de « blancos » parmi les marcheurs Paris-Nice, ce qui explique sans doute l’indifférence que le maire d’Evry leur a témoignée.

Son attitude ne reflétant heureusement pas celle du Parti Socialiste en général et la tienne en particulier, le « Ministère de la régularisation de tous les sans-papiers » ne doute pas que les représentants de ton parti auront à coeur de leur réserver le meilleur accueil jusqu’à leur arrivée à Nice, en facilitant leur hébergement, leurs repas et en organisant, comme c’est le cas dans la plupart des villes traversées à ce jour, une réception à la hauteur de leur courage.

Nous te remercions, chère camarade, de l’intérêt que tu voudras bien accorder à cette lettre et de l’impulsion que tu sauras donner pour faire de cette marche un grand succès.

Paris, le samedi 15 mai 2010

MRTSP