Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Les déchets font leur apparition sur les trottoirs toulousains.

Rue du Maroc, à Toulouse, les containers à ordures dégueulent. Autour des poubelles, les déchets jonchent le sol. « Les clients n’osent plus manger en terrasse, explique un restaurateur qui possède une vue imprenable sur les ordures. C’est ignoble ! » Une situation qui s’explique par le mouvement social initié par les éboueurs de l’agglomération toulousaine, en grève depuis mardi pour protester contre la réforme des retraites.

La collecte des déchets ménagers est donc suspendue. Aucun camion-poubelle ne sort des cinq dépôts bloqués par le personnel gréviste. « On laisse uniquement passer les véhicules qui transportent les déchets hospitaliers », souligne Patrick Moinnet du syndicat Unsa.

Les ordures commencent donc à s’agglutiner sur les trottoirs de la Ville rose comme dans toute l’agglomération. Une situation qui a tendance à exaspérer les habitants. « C’est sale, ça sent mauvais, c’est honteux, lance une riveraine de l’avenue Etienne-Billières à Saint-Cyprien qui regarde les tas d’ordures avec dédain. Comme à Marseille, il faut envoyer l’armée ramasser ces ordures. »

Alexandre Marciel, vice-président de la commission voirie et propreté au Grand Toulouse, souligne que « les agents d’entretien ont des consignes pour nettoyer les environs des poubelles par mesure de sécurité ». L’élu en appelle également « au bon sens des Toulousains : il ne faut pas jeter ses ordures à des endroits inappropriés ».

Lundi, les agents en grève tiendront une assemblée générale pour définir les suites à donner au mouvement. Et ils le promettent : « Si on ne nous donne pas satisfaction, on reconduira la grève. »

[Source : ladepeche.fr]