Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

La marche des indignés se sera finalement posée, ce soir, place de la Bourse. Faut-il rappeler ici un des premiers principes de ce mouvement : son pacifisme. Celui-ci aura été brutalement violé à Paris par la police de monsieur Gaudin qui n’aura pas hésité à affronter répétitivement les marcheurs avec tous les moyens de la police parisienne, matraques et gaz, dispensés par une multitude de robocops, ces flics monstrueux dont la seule image suffit à vous faire regretter d’être entré dans le troisième millénaire.

Il aura fallu les protestations de l’ambassade d’Espagne pour que la police de Sarkozy lève le pied, et que les indignés puissent se reposer, d’abord hier soir à Bercy, derrière le ministère des finances, et ce soir place de la Bourse, devant l’AFP et le Nouvel observateur, deux médias qui, à l’unisson de tous les autres, persistent à ignorer que les Indignés sont entrés dans Paris, et qu’ils s’y font salement matraquer depuis plusieurs jours.

Place de la Bourse, encore, la police de Guéant sera intervenue. Malgré les 80 personnes embarquées, les Indignés sont restés sur la place, avec l’interdiction de poser leurs tentes, une interdiction illégale que la police aura imposé par la force aux marcheurs depuis qu’ils ont passé les Pyrénées... Au pays d’Ubu roi, on leur aura même interdit d’user de... sac de couchages, au nom de « l’ordre public » invoqué abusivement par les seuls fauteurs de désordre identifiables dans cette affaire : les flics, leur ministre et leur Président.

Gaudin, Guéant et Sarkozy : trois hommes qui enlaidissent la vie.

Paris s’éveille

Ci-dessous, les communiqués des Indignés :

ARRESTATIONS À PARIS :

COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDIA CENTER PARIS

Mercredi 21 Septembre 2011 – 22h

18h, Marcha Bruselas qui regroupe différentes marches depuis l’Espagne et la France est partie de Bercy en file indienne, sur le trottoir et dans le respect du code de la route en direction de Notre Dame. Il ne s’agit pas d’une manifestation, juste d’un déplacement de la marche vers un autre lieu. Marche, qui a déjà parcouru des milliers de kilomètres en France sans aucun souci.

Pendant ce temps à Notre Dame, trois camions de police et un autobus attendaient les indignés.

La marche se déroula dans un parfait silence sous les regards surpris des passants. Pas de police, tout se passe dans le calme. Au passage devant le Ministère des Finances, les gardes ferment les portes d’entrées avec entrain.

Nous avions fait un appel à la presse à Notre Dame, mais au vu des circonstances d’accueil plus que probable à Notre Dame, et ayant toujours à l’esprit les faits du 19 septembre derniers, les marcheurs décidèrent de célébrer l’assemblée Place de La Bourse.

Les Indignés se sont assis par terre devant l’immeuble de l’Agence France Presse, juste à côté de la Bourse. Très vite des gendarmes sont arrivés sur place, les ont encerclés. Les Indignés ont commencé leur assemblée, sans faire attention au large dispositif policier disposé autour d’eux. De plus en plus de policiers ont continué à arriver, mais aussi des citoyens et des caméras. Un streaming a été mis en place para nos compagnons pour pouvoir suivre ce qui se passait en direct.

D’abord nous avons eu droit à un arrêté pour contrôle d’identité, le motif qui lui a été donné par l’agent : c’est une manifestation illégale. Les Indignés sur place se sont mis à résister pacifiquement demandant la libération du compagnon. Par la suite, les gendarmes sont passés à arrêter tous les gens encerclés. Les premiers groupes ont été emmenés par camion, trente personnes sont restées assises sur la place pendant que les forces de l’ordre préparaient l’autobus.

Très rapidement toutes les personnes encerclées ont été arrêtées, parfois avec violence comme nous avons pu constater via le streaming en live et emmenées vers une destination inconnue.

Une fois l’autobus rempli, les forces de l’ordre quittent la place de la Bourse, il reste beaucoup de monde et les Indignés se réorganisent pour décider des actions futures.

Au même moment, au Média Center Paris on s’informe. Il résulte que :

Les indignés se sont fait arrêter par une brigade spéciale apparemment celle qui s´occupe de la sécurité du territoire.

Nous rappelons que les Indignés nous sommes un mouvement pacifiste qui depuis Mai a organisé beaucoup de manifestations et assemblées populaires à Paris sans qu´il n´y ait de dégâts ni de vandalisme, ni violence de notre part.

On nous reproche de ne pas avoir respecté deux lois : la loi du port du voile, et une nouvelle loi d’il y a trois jours qui interdisent au gens de s´assoir pour prier dans les lieux publics.

Les masque de déguisement utilisés par certains indignés ne sont nullement représentatif d’aucune religion, il s’agit de déguisement ! Les Indignés ne prient pas, ils s’assoient sur les places pour parler et échanger des idées.

Les personnes arrêtées ont été emmenées aux commissariats du 18 et 19e arrondissement. Il s’agit d’une centaine de personnes.

Merci à tous les Officiers de Police Judiciaire du Sud de Paris qui se sont manifestés contre de ces mesures disproportionnées face à des personnes et citoyens pacifistes.

Le Ministère des affaires étrangères d’Espagne est intervenu aujourd’hui pour demander des explications sur le traitement réservé à ses citoyens en France.

 •••••••••••••

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

DÉMOCRATIE RÉELLE PARIS - COMMISSION COMMUNICATION

Mercredi 21 septembre - 16h00

Assemblée Populaire des Marches Indignées à 19h à Notre Dame

Après avoir passé la nuit du 20 au 21 septembre à Bercy, les 120 Indignés de la Marche Européenne pour Bruxelles ont levé le camp, nettoyé la place et tenu une assemblée.

Lors de cette assemblée, ils ont décidé d’organiser une assemblée populaire qui se tiendra, ce jour, sur le parvis de Notre-Dame à 19h.

Le but de cette assemblée est de recueillir les doléances des franciliens pour les apporter au Parlement européen lors de l’arrivée des marcheurs à Bruxelles.

Depuis le 24 juillet, la Marche Indignée organise des assemblées de ce genre dans chaque localité qu’elle traverse. Prévue à Paris le samedi 17 septembre, l’assemblée a été sans cesse reportée compte tenu du dispositif policier disproportionné et des abus de pouvoir de l’Etat.

Les marcheurs décideront ce soir de l’endroit où ils passeront la nuit avant de reprendre la route demain matin pour Bruxelles.

Pour plus amples informations, vous pouvez contacter nos attachées de presse à prensa.acampada.paris@gmail.com

http://acampadabaiona.com/

http://paris.reelledemocratie.fr/node/454

A ce soir et cordialement,

Le Mouvement démocratie réelle Paris, Indignés de la Bastille

 •••••••••••••••

Communiqué de presse 21/09/2011

Commission Communication

Depuis samedi, la Marche Européenne pour Bruxelles et les Indignés qui ont organisé leur accueil sur Paris ont constaté de sérieux « troubles à la démocratie » de la part des représentants de l’État.

Suite à la manifestation déclarée du samedi 17 septembre où de nombreux abus de pouvoir et intimidations ont étés commis par la Préfecture, l’État à empêché tout campement temporaire aux marcheurs.

La pression de l’État a atteint son paroxysme lundi 19 septembre au soir quand les forces de l’ordre ont « dérapé » (selon la DCRI) en utilisant la violence et en arrêtant une centaine de marcheurs pacifiques qui cherchaient un parc public pour camper. Trois indignés blessés ont été hospitalisés.

A défaut d’avoir été diffusée dans les médias nationaux, l’information a circulé dans les réseaux alternatifs provoquant une mobilisation citoyenne nationale et internationale, notamment en Espagne où ont eu lieu des manifestations devant les consulats et l’ambassade de France.

Ces soutiens ont permis de faire reculer l’État français qui a relâché dès mardi soir la pression policière sur les indignés.

Lors de l’assemblée qui s’est tenue mardi 20 septembre au soir entre 19h et 22h sur le terre-plein du Palais Omnisport de Bercy à laquelle a participé une personne se présentant comme appartenant à la Direction Centrale du Renseignement Intérieur, il a été décidé de camper sur place.

Les 120 campeurs français et espagnols ont invité les franciliens à venir partager avec eux cette dernière nuit avant le départ des marches où ils reprendrons leur route vers Bruxelles. Ils sont attendus là-bas pour le 8 octobre.

Autres canaux de communication :

http://www.scoop.it/t/the-marches-to-brussels

Twitter

@acampadaparis

#acampadaparis

#marchabruselas

#parisnofear

#marchaindignada

#agoraparis

#18s

#antibanks

#15m

#kokekun

#parisessol

#occupywallstreet

Facebook : 15m : marcha bruselas

•••••••••

Communiqué sur les arrestations à Paris du 19/09/2011

Commission Communication

CELLULE DE CRISE COMISSION JURIDIQUE 15M

Actualisation 20 Septembre 2011 – 8h

Hier soir, la marche “Indignée” vers Bruxelles dans son troisième jour à Paris marchait sur le Boulevard St Germain en direction de l’Assemblée Nationale quand vers 21h approximativement arrivèrent plusieurs fourgons de CRS et sans préavis chargèrent à coup de gaz lacrymogènes et matraques ; provoquant un blessé grave et deux blessés légers qui furent hospitalisés à l’Hôpital Cochin.

Ils ont retenu un total approximatif de 117 personnes qui ont été envoyées dans quatre commissariats de Paris :

Commissariat du 18e arrondissement, Rue de Clignancourt

• une personne en garde à vue

• 36 libéré(e)s

Commissariat Central de Paris 11e arrondissement, Passage Charles Dallerey

• une mineure retenue jusqu’à 1h30

• Une personne sans papiers retenue jusqu’à 2h

• 39 libéré(e)s

Commissariat du 6e arrondissement, Rue Jean Bart

• 4 libéré(e)s

Commissariat du 5e arrondissement, Rue Montagne St Genevieve

• 35 libéré(e)s

La présence de médias français a été notoire sur place et de nombreuses personnes, munies de banderoles affichant « liberté » se sont concentrées sur place essayant de bloquer les bus de la police

Hier toute la nuit deux rassemblements ont eu lieu devant l’Ambassade de France à Madrid et devant le Consulat de France à Barcelone.

La Commission Juridique française demande une couverture médiatique réactive et urgente des évènements :

L’objectif est de sensibiliser le département de Communication de la Préfecture de Paris en montrant que les événements sont suivis et soutenus par le Mouvement et l’opinion publique espagnole.

Il est essentiel que des médias espagnols diffusent l’information afin de préparer la sensibilisation médiatique et faciliter le processus de libération des détenu(e)s.

Dans un contexte juridique international, les possibilités de recours existent y seront mises en place, cependant cela nécessite une préparation du paysage médiatique depuis l’Espagne.

RESUME :

117 retenus dont 114 personnes libérées

5 personnes citées à comparaître au tribunal aujourd’hui à 10h pour dégradation d’un fourgon de police (libérées)

Une mineure détenue (libérée à 1h30)

Un sans-papiers (libéré à 2h)

Une personne mise en garde à vue (nous ne disposons pas d’information à l’heure actuelle)

• 3 hospitalisés :

• 1 personne ayant perdu connaissance (stabilisée)

• 2 blessés (épaule disloquée)

[Source : paris.reelledemocratie.fr