Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Ce mardi 16 octobre a vu une gigantesque opération quasi-militaire dans les environs de Notre Dame des Landes, au Nord de Nantes.
Alors que les premières expulsions ont eu lieu au petit matin, la presse nationale a discrètement relayé l’information en début de matinée que les squatteurs « ont été évacués ».
Or, les « squatteurs » ont relayé minute par minute le siège de la zone qui a fait rage pendant toute la journée. Les militants ont érigé des barricades pour empêcher la progression des assaillants (pourtant aidés de plusieurs hélicoptères) dans cette zone de bocages où le gaz lacrymogène remplace la brume.

Dans ce nouveau Larzac, on n’a pas vu une telle bataille depuis la guerre de Vendée à l’époque révolutionnaire où les « bleus », les armées de la jeune République, ont massacré une grande partie de la population du grand-Ouest, parce qu’ils n’avaient pas épousé la pensée unique.

Aujourd’hui, l’ancien maire de Nantes Jean-Marc Ayrault, qui peine à mettre au diapason de la pensée unique ses ministres, a besoin d’un geste fort pour imposer son autorité.
Il a choisi d’en finir avec ces résistants pour également rassurer le groupe Vinci, promoteur de ce projet d’aéroport - qui ne servira à rien, sinon à détruire quelques parcelles de biodiversité dans ces bocages et quelques vestiges archéologiques.

Alors, peu importe si le groupe Vinci est accusé de corruption en faveur de Vladimir Poutine, dans le cadre de la « coopération économique » entre la Russie et la France.
Peu importe si les 360 millions d’euros de subventions de l’Etat vont encore aux groupes industriels, alors que pour le reste on nous répète que les caisses sont vides.

Ce qui leur importe est de faire taire les détracteurs sous le vrombissement des avions !

Une vigie citoyenne de Notre-Dame-des-Landes se tiendra à Paris ce mercredi matin à partir de 10h devant le ministère de l’écologie, boulevard Saint Germain.

Paris s’éveille

Dernière minute (23h) : une soixantaine de camions des forces de l’ordre profitent de la nuit pour resserrer l’étau sur le Sabot.


Voir en ligne : Zone A Défendre : tritons crété-e-s contre béton armé

Infos pour demain, suite de la journée de résistance aux expulsions :
- RDV à partir de 5h au Sabot ou sur la barricade au niveau de la Saulce
- sinon, RDV à 9h devant la mairie de NDDL pour rendre visible ce qui se passe. Les gens au Sabot demandent à être ravitaillés en eau, riz/pâtes etc. (cuits si possible), téléphones portables chargés, essence et chaussettes (!)

Au fil de la journée :

6h30 : 15 fourgons de gendarmes mobiles ou CRS à la Boissière : venant vers la Zad depuis le sud-ouest

6h55 : expulsion de la Bellish, tirs de gaz et détonations entendues pas d’appel à renfort par là-bas

7h20 : entrée de la police à la Saulce

7h25 : 20 fourgons de CRS vus en provenance du sud ouest (vigneux) 20 fourgons du côté de la boissière

7h29 : 10 cars de plus depuis sud ouest (Vigneux)

7h30 : 40 Fourgon depuis le Portiron (OUEST) vers le Centre

7h35 : Moderation d’Information de l’assiègement de la Saulce : non confirmé pour l’instant

7h35 : Arrivée de voitures de flics sur chemin de la Gaité

7h45 : flics autour de la gaité, fourgons de flics bloqués entre Rosier et chemin de Suez, arrivée de poids lourds de flics vers centre zad

7h53 : demande de renfort à la Gaité

7h55 : Fourgon ont passé barricade et se dirigent vers ouest du chemin de suez face à la maison de Tertre

8h : arrivée d’autres véhicules depuis le temple vers le Tertre

8h10 : les gendarmes sont rentrée dans la Gaité

8h15 : « Gaité » - la maison encerclée, 2 personnes sur le toit, des gens à l’intérieur : besoin de soutien !!

8h30 : expulsion à Bel Air

8h40 : camion en provenance du sud est (depuis boissière), des barricades bloquent certaines routes

8h45 : d’après France info, une personne sur le toit de Bel Air

8h45 : expulsion du Tertre

9h : 3 camions de déménagement, 3 dépanneuses, de véhicules type pelleteuse , 5 véhicules de gendarmes vues sur la départementale de Vigneux

9h Bel Air : toujours une personne sur le toit, les autres sur la route : illes exigent de garder la jouissance du jardin

9h15 : Gaité : encore une personne sur le toit, une cinquantaine autour de la maison, des personnes auraient été arrêtées et directement relachées

9h25 : « Gaité » tout le monde est sorti, plus personne sur le toit, encore des gens au tour

9h28 : on apprend que le Pré Failli a été expulsé entre 7 et 8 heures

9h33 : barricades sur la route de Vigneux enflammées

9h45 : communiqué de la préfécture de Loire-Atlantique cité par le Point : « l’opération concerne sept occupations illégales sur des espaces bâtis et quatres zones d’occupation illégales non bâties »

9h48 : côntroles d’Identité sur la route de Fosse noir, les voitures peuvent ensuite passer

10h : tout le monde est parti sans encombre de la Gaité, la police attend la venue de maçons pour boucher les trous du toit bel air : tjs une personne sur le toit, besoin de présence là-bas

10h : d’après Presse Océan, le préfet est attendu sur place en milieu de matinée...

10h14 : Bel Air : la personne serait decendue du toit

10h30 : d’après Presse Tv : Discours du prefet a la paquelais au parvis de la Paquelais a 10h30

10h30 : d’après Ouest France : Les Planchettes vides auraient été expulsées à 7h30

10h30 : camions de gendarmes et CRS à la Vache rit, 5 fourgons vus partant de la Boissière en direction de Grandchamps

10h50 : fin ou démenti de l’annonce de gendarmes à la Vache Rit

10h56 : de nombreux véhicules se dirigent vers la Paquelais sans y parvenir donc ils se concentrent probablement dans la zone Sabot/100 chênes/Chévrerie

11h10 : hélico au dessus du Sabot/100 chênes : appel à soutien par là-bas

11h16 : 3 fourgons au tour de La Saulce

11h18 : dans son discours, le préfet a déclaré que l’opération est terminée pour aujourd’hui, s’est bien déroulée, sans interpellations ; et que l’occupation militaire devrait durer plusieurs jours pour permettre la destruction des maisons

11h30 : GM devant une barricade dans le chemin Sabot/100 Chênes

11h42 : blocage sur le chemin de Fosse noir pour empêcher les fourgons GM d’aller vers le Sabot

11h50 : gendarmes se dirigent vers la Chévrerie, du monde va vers là-bas, besoin de gens pour y être plus nombreux-ses flics démontent une barricade vers le Far Ouest, pas de flics vus au niveau du Sabot

12h07 : sur l’axe Paquelais/Planchettes flics au niveau de Planchettes et devant le chemin de la Chêvrerie, un convoi se dirige vers eux, flics a pied se dirigent des Fosses noires vers Sabot, il y a du monde devant une barricade au niveau du chemin du sabot, ils aimeraient être plus nombreux-ses !

12h20 : les flics sont à la hauteur de la Platforme au Far Ouest avec la possibilité d’attaquer la Cabane Far par le bas, les fourgons sont de plus en plus nombreux devant le Sabot et angle Fosses Noires.

12h35 : finalement pas (ou plus ?) de flics du côté de la plateforme du Far

12h45 : les gardes mobiles sont des deux côtés se rapprochent de l’entrée du chemin de la Chèvrerie, à la fois depuis les Planchettes et depuis la Chèvrerie. Ils ont fait des sommations.

12h52 : 7 fourgons vus depuis le Temple vers le Chêne des Perrières. Gendarmes démontent barricade de l’entrée du chemin du Sabot. CRS au niveau du chemin de la Chèvrerie.

13h05 : flics ne peuvent pas rentrer au Sabot pour cause de défaut dans la procédure (pas de venue d’huissier ?) le sabot tient donc tjs.

13h10 : ordre de dispersion donné à la barricade près de Chévrerie, pour accéder aux chemins conduisant vers Far Ouest et Chévrerie.

13h10 : à priori, ordre de dispersion de la barricade du Sabot aussi.

13h15 : charge et tirs de lacrymo vers le Sabot ; arrivée de nombreux fourgons de CRS.

13h30 : les flics ont cassé leur treuil en voulant enlever la barricade du Sabot !! (On ne va pas se priver de souligner les petites victoires).

13h40 : les flics n’ont pas l’air de se décider à entrer à la Chévrerie. Ils ont passé la première barricade au Sabot, ils arrivent un peu de tous les côtés et gazent beaucoup.

13h50 : les flics démontent les dernières voitures de la barricade bloquant l’entrée du chemin du Sabot.

14h00 : nouvelle barricade se met en place dans le chemin du Sabot

14h15 : départ des policiers stationnés devant la Chévrerie

15h00 : 60-70 personnes au Sabot, ça pourrait durer un moment. possibilité de les rejoindre par le Sud.

15h10 : les gens dans le Sabot se font gazer, dépanneuse et tractopelle en vue, 3 camions de CRS et 10 de gendarmes se dirigent vers le Sabot

15h20 : barricade en feu au Sabot. Leur position serait délicate. besoin de renfort et de soutien

15h40 : d’après une source extérieure, les gardes mobiles seraient mobilisés pour 48h pour empêcher les réoccupations de maisons

16h30 : 15 camions de CRS apperçus à Vigneux de Bretagne in direction Paquelais

16h35 : Les lieux expulsées seraient en train d’être vidés (une journaliste de presse océan dit que Bel Air a été vidée) camping-car et une voiture ont été vu sur des dépanneuses

17h35 : dernières nouvelles en date du Sabot : une barricade flambe toujours, une autre est derrière. Après quelques avancées reculées des un-e-s et des autres, chacun est ce moment de son côté

17h55 : quelques extraits des messages de solidarité reçus : message d’Atenco : « Cette semaine sera present le president entrant du Mexique à Paris. Nous serons donc present ce mercredi sur le parvis du trocadero, en tant que collectif de BoCa En BoCa nous nous engageons a diffuser aussi l’information de l’actualite sur la ZAD, car NI ICI, NI AU MEXIQUE, NI AILLEUR LA TERRE NE SE VENDRA !! ELLE SE DEFENDRA !!! » Appel à manif de soutien à Lyon samedi 20 octobre lancé par les gens en lutte contre le grand stade et plein d’autres !

18h : accès à la Vacherie toujours bloqué

18h15 : arrivée d’un tractopelle dans le chemin du Sabot pour entrer dans le jardin à travers la haie. une quarantaine de personnes sont toujours au Sabot

18h16 : une charge se prépare sur le Sabot à travers la haie et par le chemin. APPEL A RENFORT de tout la Zad

18h23 : des amiEs solidaires nous font savoir que les compagnies de flics dorment au Campanile de Rezé et à l’Etap Hotel de Ste Luce...

18h27 : le tractopelle est en train de se frayer un chemin à l’entrée du Sabot donc l’attaque est en cours

18h35 : les flics sont entrés dans la parcelle du Sabot. A suivre

18h55 : barrage de CRS au croisement de la route des Fosses Noires avec la route Paquelais-Planchettes. Présence de la BAC signalée

20h37 : pas de nouvelles de Sabot, c’est calme, on reste vigilantes

21h09 : fin d’ag du Sabot, la barricade tient bon. de gros projecteurs ont été installés par les flics et éclairent les champs face au Sabot en direction de Chêvrerie et Fosse Noir

21h40 : les CRS se replient en face de Sabot

22h20 ALERT !!!! Nouvelles Info : GM et CRS s’approche a la barricade de Sabot, il y a un camion gendermarie au hauter de Phare Ouest ! Demand de renforce !!!!

Source : Zone A Défendre

Nouvel aéroport à Nantes : un appauvrissement pour la collectivité
La construction d’un nouvel aéroport près, de Nantes, l’Aéroport du Grand Ouest, entrainerait un appauvrissement pour la collectivité, d’après la nouvelle étude conduite par le cabinet-conseil en économie CE Delft. D’un point de vue économique, une amélioration de l’aéroport actuel de Nantes Atlantique entrainerait, en revanche, des bénéfices. Ces résultats sont contraires à l’analyse qui a été présentée pour la consultation publique de 2006.
CE Delft a été sollicité par le CéDpa, l’organisation des élus opposés à la construction de l’Aéroport du Grand Ouest, pour analyser les coûts et bénéfices globaux pour la collectivité d’un nouvel aéroport d’une part, d’une amélioration de l’aéroport existant, d’autre part. Il a mis en évidence que l’analyse initiale comportait des erreurs. En corrigeant ces erreurs, les bénéfices attendus du nouvel aéroport diminuent significativement et ses coûts augmentent. Le bénéfice principal du nouvel aéroport, les gains en temps de trajet, a été calculé de façon erronée. En prenant les valeurs standard attribuées au coût du temps, CE Delft a réduit ce bénéfice des deux tiers. De plus, les documents de la consultation publique n’ont pas pris en compte les coûts de conversion d’une zone de biodiversité en plate-forme aéroportuaire.
L’aéroport actuel, Nantes Atlantique, peut être amélioré pour en accroitre la capacité. Comparé à la construction d’un nouvel aéroport, le bénéfice économique est d’au moins 200 millions d’Euros.
CE Delft a une longue expérience des analyses économiques globales coûts/bénéfices de projets d’infrastructures. Il a une expérience approfondie dans le domaine de l’aviation ; il a mené des études critiques sur le projet de troisième piste à Heathrow et sur l’extension de l’aéroport de Schiphol, parmi d’autres.

Source : CE Delft (cabinet d’étude indépendant sollicité par le collectif d’élus doutant de la pertinence de l’aéroport)

Projet d’aéroport : arnaque publique
vendredi 6 juillet 2012, par zadist
pour déclarer “l’utilité publique” du contournement routier de la ZAD, pour mieux enfoncer dans nos têtes le projet du “futur” aéroport Grand Ouest

Du jeudi 21 juin au lundi 23 juillet 2012, une nouvelle mascarade démocratique se déroulera dans les mairires de cinq communes concernées par le projet d’aéroport : les enquêtes publiques. L’issue sera sans aucun doute la validation du contournement de la ZAD pour l’offrir sur un plateau aux bétonneurs, Vinci/AGO et l’Etat.

En fait sous prétexte de retarder le projet, ces élargissements de route de camagne demandés par les élus locaux ne sont rien d’autre qu’un premier bout de cet aéroport contre lequel ils ont été élus. De même la loi sur l’eau est un outil qui au nom de l’écologie de marché et du capitalisme vert exproprie et déporte des paysan-nes pour y créer de soit disant “zones de compensation” permettant légitimer le bétonnage du bocage en affirmant préserver la nature en le recréant artificiellement un peu plus loin.

Ces enquêtes, réunions et débats publics ; comité de quartier ou autres gadgets, font partie de cette panoplie que la démocratie met à la disposition des décideurs et de leur partenaires pour donner un air “participatif” à tous leurs projets déjà établis. Comme le disait Coluche, “la dictature c’est : ferme ta gueule ! La démocratie c’est : cause toujours !”

La composition de la commission d’enquête qui devra donner son avis au préfet parle d’elle même : juriste, ingénieur en armement, retraité du ministère de la défense, professeur de droit, directeur de recherche dans l’agriculture industrielle, directeur départemental de l’équipement, gendarme... Bref, comme dans chacune de ces commissions de validation de projets de merde, on a ici affaire à une belle brochette d’experts dévouées à la bonne marche (au pas !) de ce monde.

Ce moment rituel de l’enquête publique a pour objectif d’encadrer la contestation. L’Etat réussit ce tour de force de détourner la colère en créant des interlocuteurs respectueux de son pouvoir. Alors qu’à Plogoff, au Péllerin et au Carnet, le blocage des enquêtes publiques a été un moment phare de la lutte, alors qu’au Chefresnes le maire a refusé le projet de ligne THT, ici les élus acceptent cette mascarade et accompagnent le projet.

Pour ne pas laisser leurs bulldozers administratifs faire leur sale besogne de résignation, le boycott ne suffit pas. N’attendons pas pour bloquer leur projet. Soyons nombreuses et nombreux pour enrayer leur machine !

Source : ZAD


Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d’Aéroport de Notre Dame des Landes :
http://acipa.free.fr/

Revue de presse :
http://www.scoop.it/t/acipa