L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

France Terre d’Asile qui va remplacer la CIMADE au CRA de Coquelles, le 2 juin, annonce l’installation du HCR à Calais. Ce n’est pas une bonne nouvelle.

 Rappel historique :

En novembre 2008, le ministre Hortefeux
a promis de recommencer l’expulsion des afghans, avec l’aide du HCR.
Communiqué officiel de Hortefeux :
"Les travaux des autorités françaises avec le HCR vont se
poursuivre pour déterminer dans quelles conditions des Afghans présents
illégalement en France et n’y étant pas admis au statut de réfugié, pourront, le
cas échéant, donner lieu à l’organisation de retours volontaires ou non dans
leur pays, avec toutes les garanties de sécurité requises."

En décembre 2008, le chef du service « asile » du ministère
de l’immigration, M. Jean-Pierre Guardiola, devait venir avec le délégué du HCR
à Paris. Visite annulée.

En mars 2009, a été annoncée la construction d’une prison franco anglaise sur le port.

Puis l’échange de spécialistes de l’expulsion entre la France et
l’Angleterre.

Le HCR n’est donc pas garant de la
liberté de circulation et peut servir la cause de Besson : trier les réfugiés
afghans selon la région d’Afghanistan d’où ils proviennent.

 Communiqué de France Terre d’Asile :

Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés
(HCR) se déploie à Calais et conclut un partenariat opérationnel avec France
terre d’asile
Paris,
le 26 mai 2009 – L’organisation onusienne, qui oeuvre pour la protection des
réfugiés dans le monde depuis plus de 50 ans, a annoncé, ce mardi, sa volonté
d’intervenir à Calais et sur le littoral.

Cette initiative souligne que la
situation dans le Calaisis est également une question de protection des
réfugiés. France terre d’asile se réjouit que le HCR lance une procédure
d’information, d’identification et d’orientation vers les dispositifs de
protection pour les populations arrivant sur les rivages du Pas-de-Calais après
avoir transité à travers toute l’Europe.
Nous ne cessons d’affirmer que la
situation des migrants dans le Calaisis ne relève pas de la seule responsabilité
de la France. Il s’agit d’un problème européen dont les causes relèvent d’une
attitude restrictive des Etats membres dans l’application des normes
européennes. Nous appelons à une réelle solidarité européenne fondée sur une
harmonisation par le haut des standards européens de protection et qui aborde de
front la question de la répartition des personnes sur l’ensemble du territoire
européen.

Cette solidarité européenne ne saurait
se construire sans la participation des organisations d’aide aux demandeurs
d’asile. Les migrants ont besoin d’une information fiable concernant l’asile sur
l’ensemble de leur route migratoire. Une mobilisation des organisations non
gouvernementales, en particulier les organisations membres du Conseil européen
pour les réfugiés et les exilés (CERE), et des bureaux du HCR serait un gage
d’efficacité.

La situation dans le Calaisis n’est
pas nouvelle et constitue un symptôme de la politique européenne de l’asile au
même titre que la situation sur les Iles Canaries et à Lampedusa. Les
organisations locales fournissent un travail exceptionnel depuis plusieurs
années et nous espérons que l’initiative du HCR à laquelle France terre d’asile
est associée leur apportera un soutien efficace.

Le HCR et France terre d’asile
ouvriront un bureau commun à Calais dès la semaine
prochaine.

Source et
info
Pierre
HENRY
Directeur général

France terre
d’asile

Source : inter luttes calais