L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Le corps d’Elvis Akpa, défenestré le 1er octobre, et depuis ce jour conservé à la morgue, aura finalement été rapatrié au Nigéria, il y a une dizaine de jours. La mairie du Xe arrondissements aura payé la moitié des frais de ce rapatriement – éventuellement pour se faire pardonner le faux acte de décès qu’elle avait produit le concernant [ Cf. Silence on tombe, QSP n°30 ]...

Le QSP est allé faire un saut cette semaine chez Huguette Ahouavoeke, la veuve d’Elvis Akpa, ce Nigérian sans-papiers qui s’est défenestré le 1er octobre à l’arrivée de la police chez lui à 6h du matin [ cf QSP n°30 ].

Même si Huguette va mieux aujourd’hui, elle est encore traumatisée par cette mort si brutale. La présence de ses quatre enfants lui permet de tenir vaille que vaille. Elle a le projet de mettre sa dernière-née en crèche pour recommencer à travailler. Les trois enfants plus grands sont encore sous le choc, ils voient un psychologue d’un centre du quartier mais n’arrivent pas encore à parler de l’événement.

Huguette nous a demandé de remercier chaleureusement les six ou sept lecteurs du QSP qui lui ont envoyé un chèque de solidarité. Joints à ceux des parents d’élèves et gens du quartier qui ont été marqués par son histoire, elle a pu enfin faire rapatrier le corps de son mari au Nigéria il y a une dizaine de jours. La mairie du Xe arrondissement l’a soutenue en payant la moitié des frais de rapatriement (quasiment 6000 euros). Ne plus se préoccuper de savoir le corps de son mari en attente à la morgue l’a beaucoup soulagée.

Si elle est touchée de la réaction des simples citoyens et du milieu scolaire qui s’inquiètent d’elle et des enfants, l’amertume de l’accusation de trafic de drogue demeure. Toute à sa peine, elle n’a pas un mot de colère contre les associations qui sont restées singulièrement muettes sur cette mort suspecte.
Quand à l’enquête de l’IGPN sur les circonstances du décès, elle est toujours en cours...

QSP