Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

À l’heure où la grève du pétrole semble battre de l’aile, voilà les grévistes gratifiés d’un don de 15 000 euros que des travailleurs en lutte à Continental ont pu prélever dans la caisse du Comité d’entreprise, dont un comité de lutte a pris le contrôle.

Hier matin, l’assemblée générale des Conti s’est tenue non pas devant l’usine de Clairoix comme d’habitude, mais cours Guynemer à Compiègne, en prélude à la manifestation qui allait rassembler environ 2000 personnes. Les membres du comité de lutte CGT-FO, élus depuis mercredi soir à une écrasante majorité (65,95%), ont voulu s’adresser aux 1120 salariés qu’ils représenteront en tant que membres du comité d’entreprise ou délégués du personnel.

« Le comité de lutte rassemble toutes les étiquettes syndicales, les syndiqués et les non-syndiqués. Nous serons des porte-parole, pas des décideurs. S’il y a eu élection, c’est parce que, en juin 2009, les salariés ont gagné le maintien de leur contrat de travail jusqu’à juin 2012 », explique le leader CGT Xavier Mathieu. Jamais il ne citera le secrétaire sortant du CE, le CFTC Antonio Da Costa (lire encadré), mais il l’égratignera au passage, l’accusant à demi-mot de corruption. « Nous allons vérifier l’état des caisses car, ces dernières semaines, il y a eu beaucoup de cadeaux distribués… Entre 15000 € et 30000 € de tickets de karting et bien d’autres choses. On n’achète pas la classe ouvrière. »

Une caisse de solidarité pour les bloqueurs des raffineries

Le leader a aussitôt proposé aux ouvriers présents de constituer une caisse de solidarité pour les bloqueurs des raffineries. «  Il nous reste 15000 € sur les dons offerts pour payer les frais d’avocats des six Conti (NDLR : dont Xavier Mathieu lui-même) condamnés pour le saccage de la sous-préfecture. Après, chacun décide : il peut récupérer son argent s’il le veut. On ne force personne. »

L’argent, c’est le nerf de la guerre, mais c’est aussi celui de cette élection. Le dépouillement de mercredi était sécurisé par des vigiles. Les caisses du CE d’une usine jadis prospère contiennent aussi le patrimoine d’étangs et le bois où les salariés s’adonnent à la chasse et à la pêche. Estimés à 400000 € alors qu’Antonio Da Costa était encore secrétaire du CE, les nouveaux arrivés parlent du double. Les deux camps sont en revanche d’accord sur un point : le produit de la vente des étangs serait partagé entre les 1120 salariés. Rien n’a été décidé. La nouvelle équipe du CE élira lundi son secrétaire parmi quatre noms : Xavier Mathieu, Pierre Sommé, Christian Lahargue ou Didier Van Hyfte.

À Beauvais, 6000 manifestants selon les syndicats, 1500 selon la police. Le cortège a innové, bloquant les entrées nord de la ville et, pendant plus de deux heures, la rocade nord. Ils ont démonté les barrières de péage de la sortie Beauvais-Nord de l’A 16. Dans le Bassin creillois, le défilé a rassemblé environ 900 personnes.

[Source : leparisien]