Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Les grands médias auront signalé qu’à Notre Dame des Landes, le village de cabanes de la Chateigne et la ferme de Bellevue (où se relayent les paysans pour éviter les amendes) sont désormais expulsables. Par la même occasion, a été évoquée la possibilité d’un retour des « affrontement » sur le site de Notre Dame des Landes après la remise du rapport de la Commission du dialogue (retardée au 15 avril).
Soucieux semble-t’il de ne pas heurter le gouvernement français sur le fond, ils ont peu détaillé les demandes d’éclaircissement de la Commission des pétitions du Parlement européen au sujet de ce projet.

On regrettera l’ambition sécuritaire démesurée du Président de la région Pays de la Loire, Jacques Auxiette, qui s’emporta à demander l’expulsion des opposants par la formule « C’est pas plus compliqué qu’au Mali ». A croire que la gauche décomplexée rivalise désormais dans la démesure avec droite autoritaire. Le rapprochement avec une guerre - contre le terrorisme - fait froid dans le dos !
Un dangereux nouveau cap a ainsi été franchi dans cet effet d’annonce d’une surenchère répressive sans fin.

Contre les opposants pacifiques, le gouvernement ira-t’il jusqu’à décréter l’état d’urgence au nom de l’ordre économique ?

Nul doute qu’avec les ridicules menaces de guerre-civile des homophobes après leur dernière manifestation contre le mariage pour tous - largement relayées par la presse - les responsables politiques et porte-paroles trouvent un formidable relai pour leurs incitations à la violence sociale ou pour tenter de s’attirer l’électorat d’extrême droite.
Un climat d’hystérie médiatique contre les « minorités » et « communautés » s’installe et participe volontairement ou non à la construction du mythe de « l’ennemi intérieur » - un regroupement hétéroclite de personnes précaires qui réfutent la pensée dominante.

Alors qu’on avance le terme « d’insurrection » dans le bocage nantais - avec tous les sous-entendus que le mot véhicule - la réalité est toute autre : les porteurs du projet ne répondent pas aux doutes des spécialistes indépendants et des députés européens.
Face à la violence psychologique exercée par le partenariat public-privé lors des expropriations et le harcèlement permanent de la police sur les occupants, ces derniers ont majoritairement su garder un pacifisme exemplaire. La vision simplificatrice voudrait séparer la résistance en plusieurs groupes inconciliables. Elle se contente bien souvent de citer les interlocuteurs institutionnels et professionnels. La méfiance des zadistes vis-à-vis du monde journalistique en sera à coup-sûr soulignée lors des reportages sur la zone.
Pourtant, la « fragile » unité entre les différentes formes de résistance a tenu un nouvel hiver. Depuis le 17 novembre dernier, elle est devenue une large force de revendication (du refus d’une infrastructure dispendieuse pour certains à une volonté d’expérimenter une société de partage et d’échange non-marchand).

Détenue par des multinationales, la majorité du monde de l’information dominante - qui a tourné le dos au travail d’investigation - ne cherche pas ou plus à analyser les mouvements populaires spontanés - dépourvus de porte-paroles professionnels - préférant mettre en avant l’aspect « carnaval » des plus éloignés de leurs standards. Façonnant inconsciemment leur image réactionnaire et complice du « système ».

Sur le dossier, seul Hervé Kempf, parmi les blogeurs bénévoles, semble prendre le temps de décrypter les chiffrages et d’esquisser le climat qui règne dans la ZAD... et par la même occasion, de réfléchir au rôle du journaliste (à lire plus bas).
Au chaud dans des salles de rédaction agitées ou même plantés dans le décor, d’autres comme France Info, nous illustrent le dilemme superficiel de politique politicienne (à écouter en dessous) auquel fait face le Président de la République.

Mais dormez tranquille, « on » veille sur vous...

Les insomniaques prépareront activement le printemps le 13 avril pour l’opération Sème Ta Zad !

Paris s’éveille


En pratique il s’agira, le 13 avril, de partir outils en mains en plusieurs cortèges depuis les bourgs alentours et de converger sur la ZAD pour se redéployer en direction des différents projets et chantiers agricoles. Au programme et suivant les facteurs hydrométriques : plantation de vergers, de haies et de bosquets aromatiques, pose de ruches, défrichage, repiquage de semis, installation de structures (serres, cabanes à outils...), drainage des terrains, nettoyage des fossés, réparations des clôtures détruites durant les affrontements et balisage des chemins forestiers... Seront aussi prévus des foires aux semences, des expositions de variétés anciennes et aujourd’hui clandestines, des discussions et ateliers autour des pratiques agricoles – et en soirée, des fêtes, bals et banquets.
[Source : ZAD]

Notre Dame des Landes : humain ou journaliste ?
Le printemps arrive, après un hiver long, rude, et roboratif. La bataille n’est pas finie. Mais peut-on raconter la Zad et rester humain ? Le reporter s’interroge.

Elle porte un bonnet de laine vert, sur lequel est cousu un crâne et deux tibias croisés : le signe des pirates. A. est postée dans une cabane sommaire près d’une chicane de la départementale D 281, sur l’est de la ZAD, près de l’embranchement des Fosses noires. A. peste contre les gendarmes, qui viennent régulièrement tester le dispositif des chicanes. Elle a même bloqué aujourd’hui la route, ce qui oblige les voitures à rebrousser chemin.

On est le matin du samedi 23 mars, et la D 281 est hérissée de cabanes, de panneaux et d’obstacles attentivement surveillés par les zadistes. En décembre, une vive discussion avait animé l’assemblée générale de la Zad : fallait-il maintenir ces obstacles, au risque de se couper de la population locale, ou les défaire, au risque de séparer nettement, par la circulation routière, la zone en ses parties est – où se trouvent les plus radicaux des zadistes, autour de Far Ouest - et ouest – où se trouvent les bases de La Vache Rit, la Chataigneraie et la ferme de Bellevue ?

L’action a tranché : on barre ! Et les chicanes ont été refaites, enrichies de cabanes pour abriter les veilleurs, qui se relaient presque en permanence, et communiquent entre eux par talky-walkies.

Quelques centaines de mètres avant le poste de A., voici une splendide tour.

C’est dans une cahute en face de la tour qu’on trouve W. et un autre guetteur. « On ne bloque pas, dit W., on ralentit ». Il y a des trous dans la chaussée, ici et là. « Bon, les météorites font les trous ». On discute de l’ambiance, de Radio Klaxon qui n’émet plus depuis trois semaines [elle est revenue en ondes le 26 mars], des difficultés à se rendre à Bellevue à travers les champs boueux, les gendarmes verrouillant toujours le carrefour des Ardillières, des rumeurs d’intervention policière – « c’est permanent, ça file des coups de stress ». W. a l’œil rouge, il s’est heurté contre un bois dans l’obscurité, à l’aube. Isabelle lui passe du tabac, et on discute, pendant qu’il se roule une cigarette, de l’Etat au service des intérêts privés, en face de la banderole tendue au bord de la route, sur laquelle se lit : « Ici, l’Etat emprisonne blesse pour Vinci, au Mali il tue pour Areva ! ».

On repart avec Isabelle Rimbert, photographe qui a le « projet militant » de photographier les acteurs de la Zad, permanents ou non, et qui est venue gentiment me chercher à Nantes ce matin. Il faut redescendre vers Vigneux, et revenir par la D 81 en passant les Ardillières, où les gendarmes ne nous arrêtent pas, vers La Rolandière et Hors Contrôle. Pas grand monde, en ce samedi matin, ça dort encore, profitant de cette belle matinée où il ne pleut pas, pour la première fois depuis plusieurs jours. Je vais chercher des bottes dans la « free shop », une tente sur le champ d’Hors Contrôle où se trouvent des vêtements bien rangés et quelques paires de bottes dépareillées et surtout en tailles Enfant. J’ai de la chance, j’en trouve deux qui vont bien.

On discute avec une amie qui vit par là. Elle raconte la fatigue, les épreuves de l’hiver, la pluie. « Tout le monde est fatigué, c’est la tension tout le temps ». Il y a la police, qui ne relâche jamais son étreinte, la violence, les problèmes pratiques comme la gestion des poubelles, les tensions entre les uns et les autres : « Les ‘rebelles’, à l’est, accusent ceux de l’ouest d’être des ‘bobos, des bourgeois’. Il faut qu’on renoue. Mais on ne peut pas lâcher. Tous les anciens zadistes, qui avaient été expulsés en octobre, ont reconstruit, c’est du bonheur, ça fuse, du côté de Bellevue, de Limabout. »

Tout le monde a tenu, malgré la rigueur d’un hiver très pluvieux : « Chapeau pour ceux qui sont restés : tu te lèves, il y a la boue, la pluie. Et à l’est, ils ont bien tenu les chicanes ». D’ailleurs, « à la dernière assemblée générale, il n’y a pas eu de masques, pas de ‘plus radicaux’ que d’autres, juste des humains qui discutaient ensemble. Ca fait du bien. Il faut arriver à tout lier, les préoccupations des uns et des autres, ensemble : la nature, l’anticapitalisme, le sexisme, les paysans… »

« On est en phase de transition, c’est glauque… mais le printemps revient ». Et les prochains rendez-vous, plus encore que la remise du rapport de la Commission de dialogue, c’est la journée Sème ta Zad, le 13 avril, et la Chaine humaine, le 11 mai.

On repart chercher un lieu pour la photo. Isabelle veut me photographier, comme des dizaines de personnes qu’elle a déjà saisies dans sa boite. « Quel lieu préfères-tu dans la Zad ? » Je ne sais pas, c’est partout qui m’intéresse, la Zad elle-même. Et si l’on me mettait simplement devant des genêts en fleur, devant un champ, parce qu’après tout, la clé de départ de toute l’aventure, c’est le refus de voir détruire la nature, non ? Je garde le carnet à la main, comme le signe de la position compliquée du journaliste – dedans-dehors, requis-détesté, allié-ennemi…

On est près de la Chataigneraie. Après la photo, Isabelle repart tandis que je poursuis la marche vers la ferme de Bellevue.

J’écoute les chants et pépiements d’oiseaux, observe les grandes prairies qui respirent sous le soleil, les bourgeons qui apparaissent aux arbustes des haies, un scarabée qui traverse la voie, des vaches qui ruminent.

On n’entend pas de bruit, pas de voiture, mais le chant d’un coq résonne soudain : la ferme de Bellevue est toute proche. J’y accède par une route barrée par deux tracteurs attelés à une charrette. Voici la ferme, sa cour, je passe à côté de la porcherie où une truie grogne fortement.

Plus loin, dans la longère, une porte ouvre sur la salle commune. Des gens déjeunent. « Bonjour, c’est bien Bellevue ? Je peux entrer ? – Oui, entre. Tu as mangé ? » Ils m’invitent à partager le repas, autour de Romain, le paysan installé ici. Ils m’expliquent les travaux en cours, le troupeau de vaches qui a été constitué, les tours de garde programmés pour qu’il y ait toujours des personnes ici, les projets de culture sur un champ voisin.

N. parle de l’importance des discussions ici, des contacts humains qui s’y lient.

Arrive... appelons-la Camille. Elle est à La Souardine, un collectif qui s’est créé non loin. Elle vient chercher un outil, relativement à la greffe d’arbres fruitiers. On se salue. Mais elle me morigène : « Ce que tu as écrit, l’autre fois, en parlant de moi, ça ne va pas. Tu ne m’avais pas prévenue. - Mais je n’ai rien écrit de très précis ni compromettant, il n’y a pas ton nom. - Oui, mais des amis ont pu me reconnaitre, et puis, c’est ma vie. » Une sorte de silence. « On te parle en tant qu’humain, pas en tant que journaliste ».

Elle part, sans m’en vouloir ; sur le pas de la porte, elle sourit, disant quelque chose comme « Continue ton boulot, c’est bien ce que tu fais ». Mais l’épisode me laisse songeur. L’heure tourne, et d’ailleurs, tout le monde part dans tous les sens pour diverses occupations. Je pars en traversant les champs, réfléchissant à l’étrange séparation entre « humain » et « journaliste ».

Un mythe réel qui fabrique en permanence sa légende

D’une certaine manière, la Zad ne veut pas de journaliste. Il n’y a pour l’instant quasiment pas de récits développés du vécu de cette communauté de hasard et de choix, alors que films et photos abondent. Mon carnet, l’outil indispensable du journaliste pour noter les détails que la mémoire ne peut tous retenir dans la profusion des faits et des émotions qui vibrent dans les moments denses, ce carnet est d’un usage difficile sur la Zad, générant une suspicion aussi grande que l’appareil photo, et peut-être même plus grande. Car le regard de la photographie est perçu comme un reflet de la réalité, accepté dès lors que le visage n’est pas saisi sans le consentement, tandis que l’écrit est incontrôlable, il signifie l’altérité de l’interprétation imprévisible.

La Zad est un mythe réel qui fabrique en permanence sa légende, dans une oralité qui transmettra par la poésie du souvenir les hauts faits et les grandes misères de ces jours aventureux. Ici, on veut vivre pleinement le présent, la relation humaine dans sa densité instantanée. Les mots sont importants - il existe peu de lieux où l’on discute autant et aussi intensément de questions essentielles -, mais ils s’inscrivent dans la chair des locuteurs bien plus que dans la logique référentielle de l’écrit. L’écrit, d’ailleurs, renvoie à l’institution, à l’autorité, c’est un outil dont il faut certes user, par internet bien plus, au demeurant, que par l’imprimé, mais pour influer sur le monde extérieur dans la relation indispensable qu’il faut établir avec celui-ci, pas pour exprimer l’intensité et la singularité du vécu quotidien de la légende.

Et c’est donc en me demandant comment je pourrais exercer mon métier de journaliste, c’est-à-dire ma mission de témoin, si je veux rester un humain, que je chemine à travers champs. Ils sont totalement détrempés, et tout en goûtant le calme de cette marche dans le bocage qu’éclaire une lumière cristalline, j’imagine avec horreur le revêtement de béton dont certains s’obstinent à vouloir étouffer cette terre qui respire.

Voici la Chataigneraie. Le village est devenu le rendez-vous des collectifs de toute la France, dont des délégations viennent ici quelques jours, et où se déroulent presque tous les soirs des événements, projections de films ou discussions. Un homme lave son linge dans une bassine. Un groupe déjeune sur une table dehors. On entend des coups de marteau. Plus loin, un gars montre à une fille comment faire un truc de charpente. Je note un carton, posé sur une fenêtre « Sexistes, homophobes, transphobes, specistes, agistes, validistes, interdits ici et ailleurs ». Agistes, c’est la discrimination à l’égard des personnes âgées, et le validisme, à l’égard des invalides.

Plus loin, je me rends compte qu’il fait chaud. J’enlève mon pull. Car l’essentiel de toute cette histoire, au moment présent, c’est que le printemps arrive.

« On vit dans la nature »

Mais l’heure tourne. Je retrouve Isabelle Rimbert, qui va me déposer à Nantes. E., un zadiste, vient avec nous, il a quelque chose à y faire. Il est sur la Zad depuis janvier, il est venu à cause de la répression d’octobre et novembre, et depuis, il est resté.

Je lui demande si ce n’était pas trop dur, de vivre dans le froid, l’humidité, le manque total de confort. « Non, non. On vit dans la nature, dans la forêt, on ré-apprend à faire du feu, des cabanes. Et puis on essaye de construire une nouvelle société... »

[Source : reporterre.net]

Une chronique de la vie sur la ZAD sous forme d’un carnet de croquis.

L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : une épine dans le pied du gouvernement ?
Une commission de dialogue a été mise en place par Matignon pour tenter de trouver un accord entre les opposants et ceux qui sont favorables au projet de construction du nouvel aéroport de Nantes. Quelle est la situation sur place ? Et de quelle marge de manœuvre dispose le gouvernement ?

Antoine Krempf est à la ferme de Bellevue, à Notre-Dame-de-Landes en plein coeur de la zone censée accueillir l’aéroport du Grand Ouest. Ce qui frappe, c’est la prolifération des cabanes de fortune qui ont été construites, nombreuses, depuis la fin des affrontements à l’automne dernier.

Gaël Slimane est directeur général adjoitn de l’institut BVA-Opinions. Invité du Zoom de France Info, il insiste sur la crystallisation des frustations à Notre-Dame-des-Landes et sur la position délicate du premier ministre Jean-Marc Ayrault, ancien maire de la ville de Nantes.

[Source : France Info]

Aéroport de Notre-Dame des Landes : Jacques Auxiette charge les opposants
Jeudi, à l’occasion de son audition devant la commission du dialogue, le président de Région a rappelé les atouts du transfert à Notre-Dame-des-Landes. Il fustige violemment les positions des anti-aéroport.

Un livre électronique
C’est avec un livre, rien moins, intitulé Aéroport du Grand Ouest : pourquoi j’y crois, que Jacques Auxiette, président de Région et du syndicat mixte aéroportuaire, s’est présenté devant la commission du dialogue, jeudi, pour la dernière audition que celle-ci réalisait à Nantes. Une contribution de 100 pages, téléchargeable sur son blog, qui développe l’argumentaire favorable au transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes. Jacques Auxiette y sonne la charge contre les opposants au projet : élus écologistes, associations, occupants de la zone d’aménagement... Tout le monde en prend pour son grade, même les médias.

Rétablir la vérité
Le président de Région a précédé son audition d’un point presse pour commenter son livre et son intervention devant la commission. Le ton est déterminé, les convictions affûtées « pour rétablir la véracité des faits et l’exactitude des chiffres ». Et d’ajouter : « La commission est là pour clarifier des ambiguïtés. On n’est plus au stade de l’étude, mais de la réalisation. Si elle fait des recommandations, elles seront prises en compte, mais il ne peut y avoir ni retard, ni moratoire, ni, a fortiori, abandon du projet. »

En faveur du développement durable
Pour le président Auxiette, les « raisons de croire » au projet s’appellent emploi, croissance, attractivité et le développement des territoires de l’Ouest passe par le transfert : « L’aéroport apportera des bénéfices très concrets pour le développement économique et le rayonnement international. Il est porteur d’une vision positive du développement durable. » À l’opposé de la vision des opposants, « dans une logique environnementaliste et naturaliste. On ne prépare pas l’avenir du territoire avec des tritons, même s’il faut les respecter ! »

« Modèle rétrograde »
Excédé par ce qui se passe sur le site de Notre-Dame, Jacques Auxiette met en avant le fait « qu’on n’y applique pas les lois de la République ». Il insiste : « Cette réalité donne une image qui peut faire fuir les investisseurs. Entre opposition normale et folklore de personnes qui n’ont rien à voir avec Notre-Dame, je cherche à faire en sorte que le gouvernement réussisse sur ce projet, qu’il n’y ait pas de dérapage. Ce n’est pas plus compliqué qu’au Mali ! » Il martèle qu’il faudra rendre la zone au projet : « Assumer quand on expulsera. C’est ça l’État de droit. Le rôle de l’État n’est pas d’être complice. »

Les écologistes malmenés
« J’en arrive parfois à regretter de ne pas avoir fait comme Jean-Yves Le Drian (qui ne s’est pas entendu avec les écologistes au second tour des régionales de 2010 en Bretagne). » Même si le désaccord des partenaires sur l’aéroport a été acté en 2010, ça grince de plus en plus. « Je fais la politique de la majorité, revendique Jacques Auxiette. L’action régionale ne sera pas ralentie, je ne varie pas de cap. »

[Source Ouest-France Entreprises]


L’info en continu de la ZAD : http://zad.nadir.org
Radio « Klaxon » des zadistes : http://stream.zad.nadir.org/klaxon
Les dossiers de l’ACIPA : http://acipa.free.fr
Le Collectif d’élus doutant de la pertinance de l’aéroport : http://aeroportnddl.fr/