L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

RETOUR DE DAKAR

Ce numéro spécial « Forum social mondial » du journal est composé de manière inhabituelle
parce qu’il a été préparé et écrit de manière inhabituelle.

C’est pourquoi cet « édito » aussi se
présente sous forme et contenu inhabituels.


Voir en ligne : Le Quotidien des Sans-Papiers

Au cours de plusieurs interviews collectives, ont diversement apporté leur contribution à la chronique
de la Caravane Bamako-Dakar, Simone Rivolier (FASTI), Métie, Abbas Karamoko,
Mamoudou Diallo et Francisco de Carvalho (tous trois membres de l’association DIEL, droits ici
et là-bas), Ohran Dilber (CSP Kurdes et Turcs), et Marie de Saint-Phalle, qui ont tous (à l’exception
de cette dernière, présente depuis Kaolack) participé à la caravane et à ses différentes étapes
au Mali et au Sénégal, puis aux activités du FSM de Dakar.

Pendant les premières réunions pour la rédaction de cette chronique, il a été décidé (selon la formulation
proposée par Orhan, discutée, puis adoptée d’un commun accord) que leurs témoignages sont
fournis à titre de « participants à la délégation du ministère de la régularisation de tous les sanspapiers
 ». [MRSTP, coordination de collectifs formée pendant l’occupation de Baudelique à Paris]

Il n’en reste pas moins que chacun est garant et responsable, envers le journal et ses lecteurs, de la
qualité et du choix des informations fournies et débattues aux cours des réunions auxquelles il a participé.
Aussi il n’est pas déplacé d’indiquer ici le détail de ces participations. Ont pris part aux réunions
qui ont amené à la rédaction du préambule : Simone, Métie, Orhan, et Mamoudou. Le premier
chapitre (Bamako) se base sur le récit de Métie (et, pour certains détails, sur le témoignage de
Françoise Carrasse de DIEL), confirmé et complété successivement par ceux d’Abbas et Mamoudou. Sur
la base du récit de ceux-ci a été rédigée la chronique de l’expédition de Nioro et Gogui, à laquelle
Simone a plus tard apporté des précisions. Celle des deux derniers jours passés à Bamako et des étapes
de Kayes et Tambacounda est due à l’interview conjointe de Carvalho et Abbas. Sur leurs récits
confrontés avec ceux de Simone, puis de Métie et Marie, a été rédigé le chapitre sur Kaolack. Le chapitre
sur Dakar et le FSM est basé sur l’interview à trois de Marie, Métie et Abbas, puis sur celle de
Simone (plus une information communiquée par Mamoudou). De même la conclusion, achevée
notamment grâce à des suggestions de Simone.

Les lecteurs du journal verront bien par ailleurs que ce numéro n’aurait pu être complété sans
les communications envoyées par Odile Schwertz-Favrat (FASTI) et les Notes africaines de Pierre-
Jean du CSSP49 Maine et Loire (pj49).

Ce numéro devait se terminer par un article sur les rencontres de la délégation avec les autorités
politiques locales au sujet des sans-papiers maliens et sénégalais en France. Sissoko était
attendu pour cette interview, mais son vol de retour a été plusieurs fois annulé. Un texte de
Pierre-Jean remplace l’interview manquée.

Tel qu’il est, ce numéro est donc largement insuffisant pour rendre compte de l’ensemble et de
la portée du périple africain des représentants des collectifs autonomes de sans-papiers à l’occasion
du FSM de Dakar, expédition qui a comporté un important investissement de forces
humaines et pécuniaires.

Beaucoup de témoignages et de documents restent à recueillir et à collationner,
en vue d’une utilisation critique d’avenir, prospective et de proposition. Mais une critique
d’avenir ne saurait se faire sans la critique « en cours de route ».

Même si cela risque de
ne pas être du goût de tout le monde, il a donc semblé que ce numéro puisse être, si imparfait
soit-il, un premier pas dans cette direction.

Télécharger le journal au format PDF :

PDF - 167.9 ko


Plus d’informations sur la lutte des Sans-Papiers :

http://www.sanspapiers.info