Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

La ronde pourra perdurer parce que sa force, c’est d’être en apparence inoffensive. Sa force, c’est de susciter le dialogue avec les passants. Sa force, c’est sa permanence. Marcher en silence fait grande impression. Cette ronde n’est pas d’abord festive. Cette ronde est grave.

Quelques indications pour les modalités de la ronde :

1. Inscriptions, contacts :

Inscriptions possibles sur Doodle par créneau horaire : http://www.doodle.com/dwgnpdqdf2qg2cki MAIS

Il est vraiment important de favoriser les inscriptions collectées par département (y compris pour la convivialité du moment), mais aussi pour s’assurer de la présence des enseignants. Notamment la nuit. Nous avons pris la responsabilité d’une telle initiative, nous devons aussi assumer.

L’objectif n’est pas d’être 300 à tout instant, au contraire, il s’agit plutôt d’être en permanence entre 30 ou 40 marcheurs. Elle n’a donc aucun caractère exclusif à l’égard d’autres initiatives sur Paris 8 ou ailleurs.

Pour les inscriptions, vous pouvez mettre un pseudo (pour ceux qui ne veulent pas inscrire leur nom), mais bien préciser le département et l’université, ainsi que votre situation d’enseignant, Biatoss ou étudiant.

2. Vie de la ronde

Les départements des différentes universités sont invités à faire vivre la ronde par des actions.

Cette « animation » doit être clairement politique et lisible.

Vous pouvez signaler votre créneau sur rondeinfinie@gmail.com et dans les commentaires en bas de page de http://www.doodle.com/dwgnpdqdf2qg2cki

Il est nécessaire qu’un ou deux enseignants soient présents sur chaque créneau afin d’assurer le relais et l’esprit de la ronde.

À éviter :

• Il ne s’agit pas d’une manifestation à proprement parler ni d’un rassemblement, mais on peut imaginer des « ponctuations » sonores, théâtrales, lectures, etc., en sachant que l’idée n’est pas de sonoriser le lieu qui ne s’y prête d’ailleurs pas.

• Il est difficile de donner une conférence/un discours pour la ronde entière (surtout si elle réunit plus de 30 personnes : niveau sonore trop élevé).

• Éviter les initiatives qui mettraient la ronde en déroute : tapage nocturne en particulier. La ronde silencieuse est déjà, en soi, fort impressionnante et permet au passant de venir demander pourquoi nous tournons. (Les passants traversent la ronde si elle est suffisamment ouverte.)

Quelques actions possibles :
• lire un texte à une personne qui marche, en marchant à côté d’elle.
• si la ronde est fournie, constituer un/des petits groupes de lecteurs, de débats, d’échange, à l’intérieur de la ronde (cela permet aussi à ceux qui marchent de venir se reposer un peu).

• prévoir des pancartes qui nous ressemblent. Éventuellement écrire des phrases, chaque marcheur portant un seul mot sur un A4. (Les mots défilent pour constituer différentes phrases.)
• transmettre un geste/un texte/un slogan/une image à son voisin de derrière.

• transmettre un son/un mot qui circule donc dans la ronde.
• distribuer aux passants des tracts ou tout autre texte. Nous aurons aussi des tracts en espagnol, anglais, allemand (il y a beaucoup de touristes sur cette place).

• expliquer pourquoi nous sommes là, si possible en entraînant les passants dans la ronde.

• Déposer à l’intérieur de la ronde, dans un chaudron (ou autre), les brochures ou maquettes des départements et imaginer une petite cérémonie – un amas de papier au fil des heures, donc. Attention au vent…

3. Quelques remarques pratiques :

• les consignes de base pour une marche longue : prévoir protection soleil, bouteilles d’eau, boissons, et éviter d’être trop chargé, sac à dos, chaussures amortissantes, vêtement de pluie, etc.

Prévoir d’avoir ses papiers.

• prévoir papier, marker, chemises transparentes et ficelles pour faire des pancartes pour ceux qui arrivent et souhaitent en porter une.

• le réseau noctilien permet de rejoindre ou quitter la ronde en pleine nuit depuis Châtelet.

Le comité de mobilisation de Paris 8 Saint-Denis