Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

La monarchie pèse comme un couvercle sur le Maroc. La marmite explosera-t-elle ? Au Maroc comme ailleurs, la révolution est à l’ordre du jour, pour un nouvel ordre démocratique.

rassemblement en soutien au « mouvement de 20 février »

dimanche 20 février 2011 à 15h

parvis des droits de l’Homme de Trocadéro

Bonjour à tou.tes,

Au Maroc, ce que certain.es appellent déjà la révolution des coquelicots se prépare, avec une manifestation nationale le 20 février. A l’instar de ce qui s’est passé en Egypte, l’initiative a été lancée par des jeunes sur Facebook, pour un rassemblement pour la liberté au Maroc. Quatorze organisations de lutte pour les droits humains, Attac Maroc, des journalistes indépendant.es, quelques syndicats, un parti islamiste, quatre partis politiques de gauche se sont joints au mouvement. Ci-dessous, un communiqué de l’Association Marocaine des Droits de l’Homme (la plus grande organisation de ce type en Afrique) qui appelle à la mobilisation.

En France, des rassemblements de soutien vont avoir lieu (dates et lieux ci-dessous). Merci de faire tourner très largement ce mail. Les forces démocratiques marocaines doivent être soutenues sans retenue.

Deux rassemblements confirmés pour le moment en France en solidarité avec le
mouvement du 20. D’autres sont à venir en France et ailleurs (renseignez-vous sur facebook, par exemple) :

1) Un rassemblement en soutien aux revendications légitimes du « mouvement de 20 février » est prévu le dimanche 20 février 2011 à 15h sur le parvis des droits de l’Homme de Trocadéro.

2) Une autre manifestation de solidarité, en France, avec le « mouvement du 20 ». Le dimanche 20 février 2011 à 11 heures, Métro Wazemmes, Lille.


Communiqué

Après le succès des deux révolutions populaires et pacifiques de TUNISIE et
d’EGYPTE, l’ASSOCIATION MAROCAINE DES DROITS HUMAINS appelle les forces
démocratiques à militer, unies, pour l’instauration d’une constitution démocratique, un état de droit et une société de dignité et de citoyenneté et invite à la participation aux mouvements militants du 20 FEVRIER 2011

Le bureau central de l’ASSOCIATION MAROCAINE DES DROITS HUMAINS (AMDH)
félicite le peuple égyptien pour sa victoire sur le despotisme après des sacrifices immenses. Le bureau central se réjouit du succès des deux révolutions populaires et pacifiques de TUNISIE et d’EGYPTE, en considérant que cette réussite ouvre la voie à l’espoir de construction d’un état de droit, à une société de dignité et de citoyenneté et à la prédominance des droits humains, non seulement au niveau des deux pays, mais à une large échelle. C’est le début d’une nouvelle ère et une source d’inspiration pour les peuples de tout horizon surtout dans le monde arabe qui aspire à la liberté, à la dignité, à la démocratie, à la justice sociale et aux droits humains.

Ici, au MAROC, les masses populaires et ses forces démocratiques et à sa tête le mouvement pour les droits humains ont suivi avec grand intérêt l’évolution des deux révolutions populaires pacifiques, ont sympathisé et se sont réjouis de leurs succès.

Une grande partie des démocrates, surtout les jeunes, aspire maintenant à des
changements au MAROC vu que la situation au MAROC, hormis les quelques
différences qu’on peut enregistrer sur les détails et les apparences, ne diffère pas, quant au fonds, de la situation en TUNISIE et en EGYPTE : despotisme politique, constitution non démocratique, élections qui dévoient la volonté populaire, parlement avec des attributions législatives et de contrôle faibles et dénué de toute légitimité démocratique, gouvernement à pouvoir exécutif limité, graves violations continues des droits humains et atteintes aux libertés, poursuite des enlèvements , détention politique, torture et jugements iniques, dégradation des conditions des prisons, faible indépendance et compétence de la justice, discrimination à l’égard des femmes dans tous les domaines.

Sur le plan économique, social et culturel, le régime capitaliste inféodé et intégré, dans une position de faiblesse, à la mondialisation libérale sauvage se caractérise par la monopolisation des richesses par une minorité et par la généralisation de la prévarication et le pillage des deniers publics ; cette situation a entrainé la violation flagrante des droits économiques, sociaux et culturels d’une large frange de citoyens et citoyennes : propagation du chômage et de la pauvreté, violation systématique des droits des travailleurs y compris les droits garantis par la loi, violation des libertés syndicales, du droit à l’enseignement, à la santé, à la protection sociale, au logement décent et à une vie digne (ces violations résultent en particulier de la hausse continue des prix et du gel des revenus) ; les violations concernent également les droits culturels (y compris la marginalisation de la langue et de la culture amazighes) et l’atteinte aux droits de l’enfant, des personnes âgées, des
handicapés et des migrants.

Le MAROC ne constitue pas, quant au fonds, une exception dans le monde arabe
car les politiques mises en place n’ont pas réussi à améliorer la situation des droits humains ; que cela concerne l’instance équité ou réconciliation (dont les recommandations relatives aux réformes sont restées lettres mortes), ou l’initiative nationale pour le développement humain, ou le code de la famille, ou les différents rounds du dialogue social, ou encore des initiatives et programmes relatifs à la réforme de la justice,… pour tout cela une large frange de la société marocaine, surtout après le succès des révolutions tunisiennes et égyptiennes, aspire à un changement démocratique et à une vie digne, ce qui suppose une réponse positive aux revendications que l’association marocaine des droits humains n’a cessé de formuler dans ses plateformes revendicatives ;

parmi ces revendications :

• Instauration d’une constitution démocratique aussi bien au niveau de son élaboration, de son contenu que du mode de son adoption ; cette constitution devra reconnaitre la souveraineté du peuple et la séparation des pouvoirs et garantir les droits humains pour tous et toutes ;

• Construction des fondements d’un état de droit et le respect de droits humains sur tous les plans (politique, économique et social) ;

• Consécration d’une société de citoyens et citoyennes libres jouissant de tous leurs droits universels comme base de garantie de leur dignité.

Afin de réaliser ces revendications fondamentales, l’ASSOCIATION MAROCAINE DES DROITS HUMAINS (AMDH) appelle à une unité d’action de toutes les forces droits
–humanistes sur la base des conventions internationales des droits humains
universelles et sur la base de programme d’action commun. L’AMDH lance également un appel à toutes les forces démocratiques en vue de coordonner leurs actions sur la base d’un programme démocratique ayant pour objectif l’instauration d’une constitution démocratique, un état de droits et une société de dignité et de citoyenneté.

Pour enraciner l’action unitaire, l’AMDH appelle à concrétiser et raffermir l’action unitaire et le travail en réseaux dans les instances suivantes :

• Les coordinations contre la cherté de la vie et la défense des services publics, comme cadre de lutte sociale ayant pour objectif la défense collective des droits économiques, sociaux et culturels

• Le cadre de coordination pour la défense des libertés

• Le réseau démocratique marocain de solidarité avec les peuples

• Les réseaux de défense des droits des femmes

• La coordination entre les syndicats ouvriers

Le bureau central déclare enfin :

• La disposition de l’AMDH à participer à toutes les initiatives militantes légales qui visent à instaurer la démocratie et les droits humains dans notre pays et à promouvoir les fondements d’une vie digne pour tous les citoyens et citoyennes

• La participation de l’AMDH, aussi bien au niveau central qu’aux niveaux des sections et de ses militants/tes et surtout les jeunes, dans les sit-in collectifs qui seront organisés le 20 février prochain dans différentes villes suite à l’initiative d’un groupe de jeunes qui aspire à la dignité, à la liberté, à la démocratie et à la justice sociale.

Le Bureau Central

RABAT LE 15/2/2011

[Source : infozone]