Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

[Proposé à la publication sur parisseveille ; proposez aussi vos articles !]

Ce concours organisé par une dizaine d’associations parisiennes s’est déroulé sous le signe de l’humour en présence de Jacques Boutault et Jean-François Legaret, maires des 2e et 1er arrondissements, ainsi que d’Yves Contassot, élu du 13e. Les quelques 200 personnes réunies ont pu ainsi découvrir un certain nombre de projets qui sont loin de faire l’unanimité dans la capitale, en dépit de la communication à sens unique de la mairie.


Voir en ligne : GRAND PRIX DE LA CASSEROLE PARISIENNE

Chacun des 8 représentants des associations en lice disposait de 5 minutes - diaporama à l’appui - pour défendre son « pire projet », sous la houlette d’Elizabeth Bourguinat(1) en maîtresse de cérémonie armée de son implacable minuteur de cuisine. La concurrence était rude car tous les candidats se sont révélés brillants et les projets tous aussi désastreux les uns que les autres sur le plan du dialogue avec les élus (entre autres : les Halles, le stade Jean Bouin, la Samaritaine, le bétonnage du Bois de Boulogne par LVMH, la tour Triangle à la Porte de Versailles... - voir textes et diaporamas de présentation). Le public n’avait donc que l’embarras du choix ! Le 13e arrondissement était bien représenté avec le projet contesté de tours dans le quartier Masséna-Bruneseau défendu par Fabrice Piault(2) et celui de transformation du Grand Écran Italieen magasins par Marie-Brigitte Andrei(3). Sa présentation du maire de Paris en prestidigitateur prêt à faire disparaître d’un coup de baguette magique la plus belle salle de la capitale s’est taillée un franc succès !

Cerise sur le gâteau pour rester dans le registre culinaire : les interventions pertinentes de Marc Ambroise-Rendu(4) - qui a rendu hommage au travail citoyen accompli par les associations - ont encore « surélevé » l’excellent niveau de cette soirée.

Le projet de destruction du Grand Écran n’a pas remporté le Grand Prix, mais celui du massacre des Serres d’Auteuil menacées par l’extension de Roland-Garros méritait largement cette distinction. Tout comme d’ailleurs l’ensemble des projets présentés qui ont chacun reçu leur casserole, ce jeu étant avant tout destiné à attirer l’attention sur l’autisme de la mairie en matière de concertation.

Et dès le lendemain, toutes les casseroles étaient livrées en bonne et due forme à l’Hôtel de Ville avec un courrier adressé au maire de Paris.

La Ville de Paris n’a visiblement pas goûté cette cuisine sans doute un peu trop saignante à son goût, et s’est fendue d’un communiqué gratiné qualifiant les associations organisatrices de « terroristes intellectuelles ». Ces dernières osent pourtant répondre qu’elles n’ont mérité ni cet excès d’honneur ni cette indignité !

(1) secrétaire de l’association Accomplir ; (2) président de l’association Tam-Tam ; (3) présidente de l’association Sauvons le Grand Ecran ; (4) ancien président d’Ile-de-France Environnement.


Ceux qui ont manqué l’évènement peuvent toujours exprimer leur avis en répondant à ce SONDAGE à l’aide des textes et diaporamas de présentation.

Ils sont également invités à découvrir le manifeste et à signer la
PÉTITION : « PARIS N’EST PAS A VENDRE »


Contact : casseroleparisienne@gmail.com

Télécharger le DOSSIER de PRESSE
(voir la Revue de Pressesur le site sauvonslegrandecran.org)

Voir la VIDEO


Dernières nouvelles :
Après discussion au cours de son Assemblée Générale du 24 mai, début juin 2011 l’Association Sauvons le Grand Ecran s’est pourvue en cassation devant le Conseil d’Etat (voir : Appel : un jugement inique).
Pour aider l’association : voir le site : AIDER EN LIGNE