Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

On ne compte plus les blessés de la bataille de Notre Dame des Landes. Mais, ce 24 novembre, la violence policière a franchi un cran, particulièrement grave, en ayant recourt à des grenades dites assourdissantes, soit des grenades offensives. Si celles-ci sont moins dangereuses que les grenades dites défensives qui peuvent tout déchiqueter dans un rayon de plusieurs mètres, ce n’en sont pas moins des armes de guerre.

Dans l’usage des pratiques policières, les armes de guerre ne sont pas censées être employées. De même qu’on ne recourt pas aux armes à feu contre des manifestants… sauf en Syrie…

Il y a des exceptions comme on voit. Ainsi, jadis, à Creys Malville, quand les centaines de milliers de manifestants menaçaient d’envahir le site de la centrale nucléaire, la police avait, sous l’effet de la panique, procédé à de nombreux tirs de grenades offensives – également dans les bois. Il y avait eu ce jour là un mort, une main arrachée, et un pied arraché…

Là, le Préfet, le ministre de l’Intérieur et le Premier ministre ont eu beaucoup de chance de ne pas avoir fait plus de victimes. Mais il y en a. Des blessés légers. Des blessés graves.

Pire encore quand la police aura tenté d’entraver les secours…

Il y a des choses qu’i vaut mieux éviter de faire.

Et lorsque un gouvernement ne sait pas distinguer entre ce qu’il est légitime de faire et ce qui ne l’est pas… c’est qu’on est mal gouvernés. L’usage de grenades offensives à NDDL, en l’absence de tout danger qui justifierait du recours à un moyen aussi extrême, est une faute grave pour le Préfet. C’est aussi un motif suffisant pour qu’un ministre de l’Intérieur démissionne. Et le premier ministre, dont on sait qu’il suit de près le dossier, de même.

Il faut, en tout cas, en finir avec ce déchaînement sauvage.

Et faire le point sur ce qui s’est passé.

Une commission d’enquête parlementaire ne serait pas mal venue.

À défaut, une commission d’enquête citoyenne.

Paris s’éveille

Communiqué de l’équipe médicale, 24 novembre 2012

Depuis Notre-Dame-des-Landes

Depuis des semaines d’occupation et de harcèlement policier et militaire, alors que nous continuons à défendre la zone du bétonnage programmé, nous avons atteint aujourd’hui, samedi 24 novembre, un pic de violence avec une centaine de blessé.e.s, dont une trentaine graves pris en charge à l’infirmerie de l’équipe medic établie à la Vache rit, l’une des nombreuses équipes de soins sur la zone.

On dénombre une vingtaine de personnes touchées par des éclats de grenades assourdissantes, aux jambes, aux bras, à la lèvre, au bas ventre. Ces bouts métalliques ou plastiques entrent dans les chairs, on peut rarement les extraire, et ils restent souvent à vie.

Les grenades assourdissantes sont censées être utilisées selon un protocole précis : notamment en cas d’encerclement des forces de l’ordre, et en direction du ciel, ce qui n’était clairement pas le cas aujourd’hui. Les gendarmes mobiles les utilisent de façon à ce qu’elles explosent à côté ou sur les manifestants, provoquant des blessures graves.

Une personne a été touchée au bas ventre par un éclat d’une de ces grenades offensives, provoquant un gros hématome et des lésions internes. On constate chez deux personnes 10 impacts chacune dans les jambes. Une personne risque de perdre son œil droit. On constate également une plaie au tympan due à un tir de grenade, provoquant une surdité brutale. Suite à des tirs tendus de flashball, on dénombre quatre blessures au thorax, avec fractures de côtes et état de choc, de multiples blessures aux jambes et aux mains, une blessure hémorragique au visage. Et de nombreux.ses autres blessé.e.s.

Il était difficile d’évacuer les blessé.e.s les plus graves par ambulance ou par véhicule particulier suite aux différents barrages de police. Ces scènes de défilé ininterrompu de blessé.e.s du matin au soir ravive dans nos mémoires le souvenir de l’action de masse contre les pylônes THT (Très Haute Tension) dans la Manche le 24 juin 2012 pendant laquelle les forces de l’ordre ont fait l’usage démesuré des mêmes armes, faisant plus d’une vingtaine de blessé.e.s en une heure.

L’habituelle stratégie de frapper fort celles et ceux qui résistent à leurs plans de destructions ne semble pas fonctionner ici à Notre-Dame-des-Landes. La force et la détermination est bien vive sur les visages. Nous ne lâcherons rien.

[Source : ZAD]

Fil d’infos de ce 24 novembre :

• 7h : Le carrefour du Moulin de Rohanne est bloqué par les flics ; à Atlantis, plus de 4 camions de CRS ont été vus prendre la 4 voies en direction de Vannes (et la ZAD)

• 8h15 : Aux cabanes de la Chat Teigne il y a du monde assez divers sur les toits ; dans la forêt de Rohanne il y a du monde dans les cabanes dans les arbres ; Les flics sont au moins sur les chemins avec des spots. Infos routières : Ça semble facile de circuler entre la ZAd et NDDL.

• 8h 41 : Une centaine de flics entrent dans la forêt de Rohanne, sans engins pour le moment.

• À l’hôtel Pallatio (à Vigneux), plein de flics s’apprêtent à partir vers la ZAD avec une machine

• 8h45 : Les flics sont entrain de se déployer vers la Saulce et entre la forêt et le Rollandière.

• 8h49 : Au moins 15 fourgons de mobiles sur le chemin de suez plus une dizaine entre le moulin de Rohanne et la Rollandière. Dans le forêt de Rohanne, les flics viennent d’entrer dans la cabane au sol. Des renforts seraient plus que bienvenus !

• 8h58 : Infos routières : entre le Temple et Vigneux tous les carrefours sont bloqués.

• 9h15 : 30 autres véhicules se dirigent de Vigneux vers la ZAD...

• 9h36 : Entre 100 et 200 flics viennent d’entrer dans la Lande de Rohanne. Un cordon de flics assez serré du chemin de suez aux cabanes dans les arbres, et avancent vers les cabanes, en laissant des effectifs derrière eux pour protéger l’arrivée de machines. Infos traffic : Les flics bloquent le carrefour des Ardillères.

• 9h47 : Des machines entrent dans la forêt de Rohanne

• 10h00 : des grimpeurs sont signalés dans la forêt de Rohanne

• 10h10 : on nous signale des barrages ou contrôles routiers au niveau des Ardillières, entre la Boissière et la Paquelais, à Vigneux et au Temple ... vous êtes les bienvenu-e-s quand même ! à pied, ça doit encore passer

• 10h10 : une des machines s’est embourbée...

• 10h25 : 2 pelleteuses et 2 manitous dans la forêt, une des pelleteuses a embourbé ses 80 tonnes.... mêmes les flics semblent se lasser et disent qu’ils en ont marrre

• 10h45 : des barricades montées sur le chemin d’accès aux cabanes tiennent et résistent, pour retarder une arrivée de machines par là, 150 flics sont au sol au pied de la cabane

• 10h58 : les flics ont gazé au poivre les personnes qui protégeaient nues les arbres dans lesquels sont les cabanes et les potes qui sont dedans Et pendant ce temps là ... une soixantaine de personnes commencent à reconstruire du côté du chantier de rereconstruction : appel à matériaux, outils, verriers, ....

• 11h : les grimpeurs ont commencé à monter dans les arbres où il y a des cabanes, les personnes qui étaient dans les cabanes sont montées au dessus des cabanes attention : les flics cherchent à choper les personnes qui prennent des images et/ou à casser le matériel, faites gaffe à vous, et protégez vous !

• 11h20 : la cabane au sol de la forêt de Rohanne est en cours de destruction, quelques cabanes en hauteur qui n’étaient pas occupées aussi. Ils montent vers les cabanes occupées les flics gazent énormément au sol, et gazent en tirs tendus

• 11h30 : une personne arretée dans la forêt de Rohanne

• 11h47 : des infos en provenance de la barricade sur le chemin de suez au niveau de l’accès au chantier de reconstruction : ça résiste par là aussi ! mais on nous annonce trois blessés ( deux par tirs de flash ball à la jambe et à la main, et une par grenade assourdissante à l’oreille )

Une bonne nouvelle : un conducteur de machine refuse de continuer à travailler parce qu’il y a trop de gaz ...

• 12h50 : point de la légal team : pour l’instant 5 arrestations connues, dont une personne relâchée après avoir été matraquée. Une des personnes arrêtées l’a été après être tombée d’une cabane, matraquée puis emmenée. on nous signale aussi que les flics veulent arrêter toute personne sortant de la forêt avec un masque à gaz.

• Point sur les arrestations pour l’instant : une fille arrêtée aux alentours de 11h20 lors d’une chaîne humaine au sol devant les cabanes, une dizaine de minutes après un mec s’est fait arrêter aussi. Pas plus d’infos à ce propos les personnes continuent d’arriver, d’un peu partout.

• On reçoit l’info suivante par mail et ça nous fait bien plaisir : le syndicat Sud-rural a officiellement rejoint le soutient à NDdL, et s’est exposé à de graves sanctions en envoyant sur messagerie professionnelle à 5000 fonctionnaires des ministères d’une part de l’Agriculture et d’autre part de l’« Ecologie », du Développement Durable et de l’énergie un mail pour leur expliquer ce qui se passe à Notre Dame.

• 14h04 : il est possible de venir sur la zone, il y a des barrages pour les voitures, donc pas l’acces en voiture, mais possible d’avancer à pied !!

• Depuis ce matin, beaucoup de gens arrivent et continuent à arriver, des alentours et de plus loin, ça fait du bien, y en a besoin !

• Encore trois blessé-e-s après des tirs tendus ou éclats de grenades, touchés à la paupière, au mollet, ou au foie on ne va pas s’indigner de tout ça, parce qu’on sait ce que sont les flics, mais ils sont vraiment graves !!

• 14h13 : ils ont détruit environ sept cabanes dans les arbres, il en reste trois, il y a du monde en hauteur, du monde en bas. Flash-ball tir tendu sur le thorax, des grenades assourdissantes, pas mal des blesséEs, bleus, blessures ouvertes par des éclats de grenades. Malgré cette info qui tourne, les gens continuent d’y arriver pour soutenir les amiEs dans le fôret !

• 14h32 : l’Hélicoptère est là, il y a aussi encore beaucoup du monde qui arrive pour aller dans le forêt :)

=> finalement, vu leur comportement hyper violent dans le forêt aujourd’hui, ça nous confirme que défendre cette magnifique endroit deviens de plus en plus important !! Le déboisement est prévu pour bientôt, on ne laissera pas faire !

• 15h01 : les flics ont gazé et envoyé des grenades sur le champ du coté de la forêt où il y a notre Team medicale et la bouffe pour les gens.

• 15h02 : ils sont en train de détruire la dernière plateforme dans les arbres, il y a des gens assis dans une filet plus bas, risque pour eux que la cabane leur tombe dessus. Il y a encore quinze personnes dans les arbres.

• 15h35 : il aurait environ 400 manifestantEs dans le forêt !

• 15h45 : les machines dans le fôret qui etaient embourbées recommencent à travailler.

• 15h53 : il aura un point d’info ce soir 20 h à la Vache rit...

• Idée action, reçu par mail : « Ils » veulent bétonner la ZAD ? Alors allez bétonner le jardin d’un des acteur de ce projet d’aéroport !! Du ciment, la nuit pour vous couvrir, une bétonnière, et le tour est joué !

• 15h58 : La grande cabane dans la « Chat teigne » qui à été « blessé » hier est réparé :) Par contre, dans le fôret ils ont détruit la dernière cabane. Pas bien grave, on les réconstruit ! Ah et l’hélico est arrivé.

• 16h05 : Grimpeurs et gendarmes se replient dans la forêt de Rohanne pendant que des machines continuent à ramasser des débris des plate-formes détruites. Il n’y a plus de plate-formes, mais il reste des camarades dans les arbres et dans des filets.

• 16h18 : Dix fourgons de flics arrivent à la barricade et sur le chemin de suez, demande de renforts.

• 16h39 : Les gens sur le toit de Cha Teigne ont vu une machine avec bras télescopique, ils demandent renforts aussi du coup, par contre par clair si machine est pour là-bas ou pour la forêt, à voir....

• 17h12 : Plein des tires de grenades assourdissantes vers le chemin de suez, il nous semble que ca chauffe a la barricade vers là-bas.

• 17h18 : Complètement dingues les grenades, depuis 5 minutes au moins 40 grenades... Cs grenades ont déjà blessé au moins un dizaine des personnes aujourd’hui et tout ça pour le fric. Dégoulasse...

• INFO selon presse il y a 8000 personnes à la Manifestation à Nantes. Confirmé par les camarades sur place.

• 17h27 : Les grenades vennent pas de la barricades de chemin de suez, mais du coup, de forêt. Sur les barricades il aura eu la dernière sommation a l’instant même. Bon courage les amiEs, tennez bon !!! on vous aime !!

• 17h45 : à Nantes la manifestation est devant le préfecture. Les amiEs se font tirer dessus avec une canon a l’eau. Ici, ça tire encore de nombreuses grenades.

• 17h51 : Dans le forêt, les gendarmes et les machines se sont repliés, les gens sont partis aussi. Les flics sont en train de se replier sur la D81, ils se font charger, les tirs de grenades sont des tirs qu’ils mettent pour s’enfuir...

• 18h07 : Sur la D81, entre la Vach Rit et le carrefour de Fosses Noires/D81 en face de forêt, les gens sont très en colère contre les gendarmes après avoir vecu cette journée très violente, pour certaines le première fois une telle violence policière. Ils demandent aux flics de partir après avoir fait leur sale boulot. il y a environ 70 personnes qui mettent un peu la pression aux gendarmes qui ne sont visiblement pas très à l’aise.

• Point légal à 18h : d’après nos informations, depuis 13h il y a eu dix interpellations. Cinq personnes ont été relâchées et au moins une est en garde à vue. Cela s’ajoute à au moins une garde à vue ce matin et plusieurs blessés.

• 18h20 : Il y a toujours quelques centaines de personnes devant la préfecture. Des gens font un sitting. Les flics bloquent la rue de Strasbourg, le cours 50 otages et la rue qui longe l’Erdre. Il y a des prises de paroles et une bonne ambiance avec des slogans « libérez ZAD » et « liberez nos camarades ».

• 18h37 : Selon l’organisation, il y a entre 8000 et 9000 personnes à Nantes qui crient « on a gagné ».

Ça nous fait quand même rire....

• INFO : Un comité de soutien se lance sur Lyon. On organise une réunion demain à 14h. Est-ce que vous pourriez relayer l’information de votre côté ? Le rendez-vous : Dimanche 25 novembre, 14h, Place Guichard, Lyon.

• 18h45 : Les flics se sont replié et ont quitté les alentours de la forêt. Ils ne sont plus ni sur le chemin de Suez ni au moulin de Rohanne. Il y a toujours des barricades qui n’ont pas été passées par les flics de la journée qui protègent la Chataigneraie.

• Par contre, 25 fourgons dont un fourgon cellulaire ont été vus en direction de la ZAD vers 18h20.

• INFO : PARIS (AFP)- Les premiers travaux de défrichement du site de Notre-Dame-Des Landes devraient être repoussés d’environ 6 mois, trois ministres (Agriculture, Ecologie, Transports) ayant décidé de renforcer les procédures en faveur de l’environnement, tout en confirmant samedi « la nécessité de poursuivre le projet ».

• 19h10 : Nantes - Après une pause devant la préfecture et afin de déjouer une éventuelle charge des CRS la manifestation est repartie de plus belle dans l’autre sens. Quel bonheur. ON VA GAGNER !!!!!

• Encore INFO : NDDL Honte à Philippe Bataille, directeur de l’école d’architecture de Nantes, qui ce matin (samedi 24 novembre 2012) dans Ouest-France (édition Loire-Atlantique) a cru bon de faire savoir qu’il ignorait que des étudiants de son école avaient participé à la création de cabanes en bois pour les résistants de Notre-Dame-des-Landes, et que, si elle l’avait su, la direction de l’école « ne l’aurait en aucun cas autorisé » car les étudiants seraient tenus selon lui à « une stricte neutralité ».

• 19h15 : Les flics sont partis sous les huées, en faisant encore des blessé-e-s.

• 19h30 : Il semblerait que ça recommence à construire dans la forêt ...

• 20h : Nantes : la manif s’est dispersée, la présence policière devenant vraiment importante... ( est ce que tous les flics d’ici seraient là-bas ?). La soirée se poursuit en musique à Bitche.

• 20h40 : On apprend qu’à la manif de Nantes une personne a été interpellée et deux ont été blessées (coups de matraque sur la tête).

Pour rire un peu : on nous soumet une nouvelle version du kiste de Valls : faut kist’aillent !!!!

Reçu, on partage l’idée : si on peut pas entrer, on pourrait encercler les barrages bleus avec nos voitures...?

• 23h : on apprend que les gendarmes sont à nouveau en position sur la zone, au carrefour de la Saulce et sur le chemin de Suez. Ça laisse rêveur alors qu’on apprenait quasiment dans le même temps qu’"en réaction à cette journée de manifestation et d’affrontement, le gouvernement va confier la semaine prochaine, dans un souci d’apaisement, à une commission du dialogue, le soin d’exposer le projet contesté d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et d’entendre toutes les parties prenantes »

Ah ! ah !

• 23h15 : Les flics sont donc de retour, autant pour le dialogue... Ils sont au niveau de la deuxième barricade protégeant le chantier de réoccupation et gazent les personnes présentes sur place.

• 23h30 : Un collectif d’occupantEs a réagi à la proposition d’ouverture de négociation en proposant une liste, non exhaustive, de revendications

• Minuit 55 : les flics ont détruit la 1re barricade mais ne sont pas parvenus à prendre la deuxième. Ils sont partis avec leurs véhicules se positionner au niveau du carrefour de la Saulce... puis sont repartis à pied vers le chemin de Suez. Pour l’ouverture d’un deuxième round de négociation peut être ?

• 1h05 : la route de Vigneux est bloquée. Les gendarmes ont installé des projecteurs et retournent attaquer la 2e barricade. Ils sont au moins 10 fourgons (mais pas d’amiEs pour n’avoir que çà à faire de leur nuit).

• 2h : on nous signale une arrestation. Apparemment les camarades en avaient marre de défendre la 2e barricade. Du coup ils et elles sont retourné sur la 1re, l’ont reprise et renforcée. Mais que fait la police ?

• 2h30 : Trois véhicules au moins continuent à tenir le carrefour de la Saulce. La résistance continue du côté du chantier.

• Et pour rire des nouvelles de Sainte Affrique (voir les actions de soutien du 23 novembre) :

INFO : Les 2 copains ont été libéré ce soir, ils sont convoqué au tribunal le 5 mars pour « avoir à Saint affrique résisté avec violence au capitaine Crochet, en l’espèce capitaine de gendarmerie commandant de la communauté de brigade de Saint affrique » si si ils s’appelle bien capitaine crochet c pas une blague ! zad partout ! courage a vous tous ! résistez !

Peter Pan partout, justice nulle part !

• 2h40 : On vous attend tôt sur les barricades dimanche matin. N’écoutons pas les sirènes écolos socialistes, seule la lutte paie ! Vinci dégage, Résistance et Sabotage.

[Source : ZAD]