L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Pétition pour Saadia

Monsieur le préfet,

Une nouvelle fois vous avez tenté de faire interpeller une jeune personne qui se trouvait en situation irrégulière par votre refus de renouveler son titre de séjour. Vous saviez pourtant que Saadia avait été victime de violences conjugales et travaillait en CDI.

Lors de l’intervention des forces de police sur son lieu de travail, Saadia s’est jetée du 2e étage et est actuellement hospitalisée. Elle nous a déclaré :

« Je préfère me suicider ici que de me faire tuer là-bas ».

Nous dénonçons cette politique acharnée de chasse aux sans-papiers qui conduit régulièrement à des drames.

Nous vous demandons de procéder sans délai à la régularisation de Saadia.

http://www.educationsansfrontieres.org/article32974.html


Communiqué de RESF 19

A Brive, Saadia s’est jetée par la fenêtre pour échapper à la police.

Hier soir Jeudi 10 décembre 2010, à 18h, le préfet de la Corrèze a tenté d’arrêter une jeune marocaine à Brive. Elle s’est jetée par la fenêtre du 2e étage. Actuellement elle est à l’hôpital. Cette jeune fille entrée régulièrement en France, divorcée pour violences conjugales, recueillie plusieurs semaines à Solidarelles (accueil spécialisé de l’hôpital de Brive). Depuis le printemps, elle travaille en CDI et la préfecture refuse de lui renouveler un nouveau titre de séjour. En octobre, nous avons rencontré le préfet qui, faisant lui-même référence à la circulaire Sarkozy de 2002 sur la régularisation des femmes immigrées victimes de violence conjugale après leur arrivée en France, s’est déclaré prêt à revoir sa position en faveur de Saadia.

Sa réponse est parvenue hier soir sous la forme dramatique d’une intervention de police.

Rassemblement à la préfecture aujourd’hui vendredi 10 décembre à 14h

Le rassemblement sera suivi d’un point presse.

Erwin Bliesenick, président section LDH de Tulle


Saadia, mensonges du préfet

Sans préjuger des allégations mensongères sur la situation de Saadia, voici des photos qui illustrent la manière dont s’est effectuée l’opération de police et la défenestration de Saadia

Le préfet savait pertinemment que Saadia travaillait et était hébergée dans ce restaurant. Elle était en CDI et son employeur en règle. Nous avions discuté de sa situation lors d’une entrevue avec présences de conseillers généraux.