L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Le 8 août dernier en Italie, est entrée en vigueur une nouvelle loi dite « paquet sécurité » qui, entre autres, fait de l’immigration dite clandestine un délit et allonge la durée d’emprisonnement des personnes sans titre de séjour dans des centres d’identification et d’expulsion (CIE, le nom des centres de rétention en Italie) à 6 mois. Dès la passation de la loi, les sans-papiers enfermés dans les centres de rétention commencent alors à se révolter. A Milan, le 13 août une émeute éclate dans le CIE, aussi bien dans le secteur des hommes que dans celui des transsexuels et celui des femmes. 14 retenu/es sont arrêté/es, jugé/es, condamné/es et emprisonné/es pour 6 mois.

Parmi eux, Joy, une très jeune Nigériane victime, comme beaucoup d’autres femmes des pays pauvres, d’un réseau de prostitution. Joy avait été interpellée deux mois plus tôt, le 26 juin 2009, lors d’un contrôle au faciès alors qu’elle allait faire ses courses.

Lors de son procès Joy dénonce les tentatives de viol dont elle a fait l’objet de la part de l’inspecteur chef Vittorio Adesso durant sa rétention. Plusieurs de ses camarades coinculpées confirment ce que dit Joy et témoignent en sa faveur. Pourtant Joy sera mise en examen pour diffamation...

La parole d’une prostituée, sans papiers de surcroit, face à celle d’un policier sans doute...

A leur sortie de prison, Joy et ses camarades ne sont pas libéré/es comme le sont en général les autres prisonniers et prisonnières qui ont fini leur peine. Non, Joy et ses camarades sont ramené/es en centre de rétention, pour six mois, renouvelables tous les 2 mois. Lorsqu’il apprendra cela, l’un d’eux, Mohamed, 25 ans, se suicidera dans sa cellule.

Le 12 avril, après avoir été brinqueballée d’un centre de rétention à l’autre afin de la couper de tout soutien, le dernier en date interdisant l’usage du téléphone portable, Joy doit repasser devant un juge qui décidera si sa rétention doit être prolongée ou pas.

Parce qu’on ne peut pas accepter que Joy et ses milliers de camarades anonymes qu’on appelle « les migrant/es » soient considéré/es et traité/es comme des objets, que ce soit par des proxénètes, des gardiens de centres de rétention et autres prisons ou par un Etat et ses fonctionnaires, merci de faxer et mailer massivement aux représentations diplomatiques italiennes en France votre refus que la rétention de Joy et ses ami/es, enfermé/es depuis 9 mois maintenant soit prolongée.

Pour plus de renseignements sur l’histoire de Joy et ses ami/es voir le site suivant : http://noinonsiamocomplici.noblogs.org/

Merci

Modèles et N° de fax et adresses mails :

L’histoire de Joy est connue dans toute l’Italie un petit texte court suffira, voilà une proposition à adapter, modifier, selon votre souhait :

Parce que ni Joy ni ses camarades ne doivent retourner en prison ou en rétention,
Parce que Joy ne doit pas retourner au Nigéria où elle serait de nouveau la proie des trafiquants d’êtres humains,
Parce qu’à elle comme à ses camarades, 10 mois de vie ont déjà été volés,
Parce qu’on ne peut pas fermer les yeux sur les violences que subissent les hommes et les femmes dans les centres de rétention,
Parce qu’on ne peut pas accepter sans rien faire que des millions d’êtres humains soient enfermés parce qu’ils sont pauvres, exploité/es et sans papiers,
Parce qu’on ne peut pas être complice de tout cela,
Libérez Joy et ses camarades !

Numéros de faxs et adresses mails où envoyer vos protestations :

Ambassade d’Italie à Paris :
Fax 01 49 54 04 10
e-mail : ambasciata.parigi@esteri.it

Consulat d’Italie à Paris
Fax : 01 45 25 87 50
E-Mail : segreteria.parigi@esteri.it

Consulat d’Italie à Lille
Fax : 03.20.22.82.12
Mail : consolato.lilla@esteri.it

Consulat d’Italie à Metz
Fax 03 3 87 50 49 51
Mail : consolato.metz@esteri.it

Consulat d’Italie à Lyon
fax : 04 78 94 33 43
e-mail : consolato.lione@esteri.it

Consulat d’Italie à Nice
Fax : 04 93 88 11 08
E.mail : connizz.mail@esteri.it