L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Trois mille habitants de la ville lombarde de Coccaglio (nord) ont manifesté samedi pour protester contre la décision de leur maire d’organiser un « Noël blanc », une opération consistant à recenser tous les étrangers de sa commune et à dénoncer aux autorités ceux qui n’ont pas de papiers.

Un nom choisi en fait parce que l’opération expire le 25 décembre. Et parce que, comme l’explique le responsable de l’opération, le responsable de la sécurité membre de la Ligue du Nord Claudio Abiendi « Noel n’est pas la fête de l’accueil, mais de la tradition chrétienne, de notre identité ».

C’est ainsi que jusqu’au 25 décembre, à Coccaglio, environ 8.000 habitants, et 1.500 personnes d’origine étrangère, les agents vont de maison en maison frapper à la porte d’environ 400 d’entre eux. Ceux qui ont le permis de séjour expiré depuis plus de six mois et ceux qui n’ont pas fait la demande de renouvellement seront expulsés, dit le maire Franco Claretti. « Il n’y a pas de criminalité – tient à préciser le maire, nous voulons seulement nettoyer ».

Rues désertes, bars et commerces fermés, la plupart des habitants enfermés chez eux : c’est dans cette atmosphère tendue qu’a défilé le cortège intitulé « United colours of Christmas », une allusion à la célèbre publicité d’un groupe textile italien ayant recours à des mannequins de tous les continents, a rapporté l’agence de presse italienne Ansa.

Élu du parti anti-immigrés de la Ligue du Nord, le maire de la ville de 8.000 habitants, Franco Claretti, a baptisé « Noël blanc » cette opération visant à recenser d’ici Noël toutes les personnes d’origine étrangère résidant sur sa commune et à dénoncer à la préfecture les sans-papiers et ceux dont le permis de séjour est arrivé à échéance.

On ne doit pas gâcher Noël selon le Vatican, mais le ministre de l’intérieur et la ligue du nord soutiennent l’initiative…

Une initiative qui a suscité la réprobation du Vatican. « Cette idée de rapprocher Noël et une réalité difficile qui touche des êtres humains est une chose douloureuse », a déclaré le président du Conseil pontifical pour les migrants, Mgr Antonio Maria Veglio.

En revanche, le maire de Coccaglio a reçu le soutien du ministre de l’Intérieur Roberto Maroni : « Bravo, tu es un exemple pour tous les maires d’Italie ». MM. Maroni et Claretti appartiennent tous les deux à la Ligue du Nord, qui fait partie du gouvernement dirigé par Silvio Berlusconi.

Le leader de la Ligue du Nord, Umberto Bossi, a pour sa part pris ses distances : « La mairie a appliqué la loi en vérifiant qui est en règle, mais le nom utilisé (pour l’opération) est déplaisant. Ce n’était pas la peine de l’appeler « Noël blanc ». Parfois la forme fait aussi partie du contenu », a-t-il commenté.