L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

La rubrique « immigration – exploitation exclavage », tirée du bulletin « 
dans le monde une classe en lutte », fait une intéressante revue de presse
des événements et luttes liées aux travailleurs migrants dans le monde.


Voir en ligne : mondialisme.org

DECEMBRE 2007

France -3/11/2007 - Malgré la fermeture du centre d’accueil de Sangatte,
les candidats à la terre promise britannique continuent à affluer dans les
ports d’où partent les ferries, principalement Calais et Dunkerque.
Chassés d’une aire d’autoroute où ils se regroupaient, délogés d’un cordon
de dune où ils avaient construit une sorte de bidonville, ils se
retrouvent soit dans des bâtiments industriels désaffectés, soit dans un
dépôt de conteneurs véritable ville avec ses quartiers, ses étages et son
voisinages, pris en charge par la charité publique, toujours pourchassés
par le sbires qui ont trouvé un moyen pour les retrouver : ils sont
marqués au feutre indélébile.

Belgique - 9/11/2007 - Comme partout, le travail noir sévit dans le BTP.
Un contrôle effectué en 2006 sur les chantiers de construction de la
région de Bruxelles a montré que 4 patrons sur 10 exploitent des
clandestins, dans le centre de Bruxelles sur 44 restaurants, 28 en
exploitaient. C’est quasi général dans la restauration et l’horticulture.
Les manières de frauder sont infinies et évoluent en fonction des
règlements et des contrôles. Un cas classique est dans des « organisations
araignées », la tête est irréprochable et infesté de réseaux de production
souvent inaccessible. Mais comme partout, la chasse aux clandestins
s’organise avec un luxe de moyens informatiques : 20% de l’effectif de
l’Office de l’emploi est employé à dépister le cumul entre travail noir et
chômage. La fraude est favorisée par un maquis juridique légal : en 2007,
le sujet a fait l’objet de 47 changements législatifs et la modification
du droit de licenciement par les patrons a fait l’objet d’une note
explicative, version simplifiée de 10 pages.

Union Européenne - 25/10/2007 - L’Europe du Nord et même l’Allemagne sont
placés devant un dilemme Faute d’une immigration conséquente, le
développement économique serait freiné. La Norvège compte 75 000 immigrés
(7% de la force de travail), le Danemark 20 000 (5% de la force de
travail) venus essentiellement des Pays Baltes. Ils pourraient plaider
comme un ministre suédois qui a déclaré récemment : » Mon premier
cauchemar n’est pas que 300 000 immigrants arrivent mais que nous prenions
des mesures pour les attirer et qu’elles soient insuffisantes pour en
attirer suffisamment » Le problème du Danemark souvent cité comme modèle
est édifiant. La croissance économique de 3% de 2005- 2006 serait
seulement de 2,2% en 2007. Ce déclin serait dû au succès du « modèle
social » que les socialistes ont établi en 1990 : embauche et licenciement
aisés, maintien des avantages sociaux, formation après tests de capacité.
Le taux de chômage est de 3,2% d’une force de travail inextensible. Les
industries dopées par les mesures sociales cherchent désespérément des
travailleurs ce qui limite les investissements et les exportations, réduit
la productivité et pousse les salaries à la hausse (4,5% en 2007). Seule
solution l’immigration.

Le même phénomène se retrouve dans le sud de l’Allemagne. En Bavière et
dans le Bade-Wurtemberg, le taux de chômage est de 2% les entreprises ne
peuvent se développer par manque de travailleurs qualifiés. Dans toute
l’Allemagne l’industrie manquerait de 400 000 travailleurs qualifiés,
conséquence du manque de formation des jeunes dans les années écoulées.

Roumanie - 8/11/2007 - Comment se débarrasser des encombrants : Le premier
ministre a fait le projet d’acheter à l’Egypte un morceau de désert qui
servirait de décharge à ciel ouvert pour les Roms indésirables

France - Décembre 2007 - faire du chiffre, primes ou sanctions à l’appui,
c’est la consigne pour les sans papiers classés OQT, (Obligation de
Quitter le Territoire) En trois ans le chiffre des internés dans les
Centres de Rétention est passé de 800 à 2 000, 30 000 y passent chaque
année et début novembre le chiffre des expulsion atteignant 15 000,
chiffre jugé insuffisant par le ministre des expulsions.

14/10/2007 - Bien qu’originaires de pays membres de l’Union Européenne
mais non intégrés totalement, sont réduits - en toute illégalité - à
prendre des tâches à toutes conditions dont ils évincent d’autres
immigrants : 10 000 saisonniers Espagnols qui faisaient les vendanges en
France pour 8,44 euros de l’heure, nourris et logés remplacés par des
Roumains et des Bulgares embauchés au jour le jour à 6 euros l’heures, ni
nourris ni logés. Les Roumains forment en Espagne le deuxième contingent
d’immigrés (525.000), victimes du racisme et de restrictions d’entrée
(obligation de visa) ils forment un contingent d’illégaux se déversant
dans les pays voisins dont la France.

Émirats Arabes - 5/11/2007 - Des milliers d’esclaves surtout originaires
du sud-est asiatique lors d’une journée de grève sont attaqués par la
police. Ils occupent les bâtiments administratifs et ripostent aux
attaques policières. Il s’ensuit une petite guerre administrative et une
amnistie pour les travailleurs dont le visa était expirés, autorisés à
retourner chez eux avec leurs économies : 300 000 quittent les émirats
laissant totalement vide nombre de sites de construction. Le développement
des infrastructures de l’Inde est bloqué par le manque de main d’œuvre
dans le BTP en raison de l’immigration vers les pays du Golfe. Un des
trusts indiens du BTP, DLF cherche à recruter de 20 à 25 000 travailleurs
qualifiés parmi ceux qui s’étaient expatriés promettant non seulement des
salaires équivalents à ceux qu’ils perçoivent dans les Émirats (le double
de ce qu’ils auraient gagné en Inde) et en leur fournissant des logements
pour eux et leur famille près du site en construction et des facilités de
vie, ce qui est totalement inhabituel en Inde

Maroc - 19/12/2007 - Labinal Maroc, filiale de Safran (alliance Sagem et
Snecma) exploite pour moins d’un euro de l’heure, près de Rabat 410
ouvrières (300 de 18 à 30 ans, avec le bac +2 pour faire du câblage
d’avion après une sévère sélection psychologique cherchant à utiliser au
maximum « la finesse et la tendresse de la femme ». septembre 2007 - Rien
qu’à Casablanca, 30 000 fillettes de moins de 15 ans sont exploitées comme
domestiques dans les familles bourgeoises. Une législation serait à
l’étude, non pur interdire ces « placements » mais pour contraindre les
employeurs à scolariser ces esclaves domestiques.

Septembre 2007-entre 15 à 30 000 immigrants illégaux de l’Afrique Noire
en transit vers le paradis occidentaux sont bloqués sans espoirs dans
les bidonvilles de Rabat victimes de violences et de discrimination
surexploités dans les rares travaux qu’ils peuvent trouver autant que
par les « logeurs » marchands de sommeil.

Égypte - 15/12/2007 - 2 millions de Soudanais fuient les guerres
intestines de ce pays pétrolier (42 000 officiellement) essayant de gagner
des « paradis » refuges, certains mêmes se retrouvent en Israël
surexploités dans les plus travaux les plus durs, remplaçant les
Palestiniens mais proscrits dans leur pays musulman où le seul pays
interdit à l’immigration est...Israël.

Monde - septembre 2007 - Le trafic international des enfants est un
commerce lucratif notamment dans l’Afrique Noire. Il rapporterait près de
10 milliards d’euros par an et 1 200 000 enfants en seraient victimes ; on
les retrouve dans tous les secteurs d’activité y compris la prostitution.

États-unis - 24/11/2007 - L’immigration est un sujet brûlant dans la
course électorale. Dans l’État d’Iowa (Midwest) les « bons citoyens »
s’estiment menacés par l’immigration hispanique qui forme jusqu’au quart
de la population dans certaines villes et 50% des enfants à l’école
publique ; le nombre des immigrés s’est accru de 37% de 2000 à 2005 pour
former en tout 4% de la population de l’État.

septembre 2007- Expulsions :Chaque jour les USA expulsent 200
immigrants illégaux ; 99% recommencent le lendemain. Rien qu’à Tijana,
une des principales portes d’accès du Mexique vers les USA, on décompte
en moyenne 400 morts d’immigrants par an. Le 22 octobre, 24 candidats à
l’immigration se sont noyés au large de l’Etatr d’Oaxaca dans la
Pacifique sud alors qu’ils tentaient de gagner les USA sur un rafiot de
fortune.

Inde - 28/10/2007 - 25 000 paysans sans terre des plus basses castes (
tribaux et intouchables) marchent sur la capitale New Delhi, métayers
touchés par l’industrialisation dans un mouvement Janadesh 2007 ( verdict
du peuple) pour une réforme agraire. En Inde, 60 millions d’enfants
produiraient 20% de la richesse nationale pour produire des marchandises
pour le « commerce équitable » et alors que le travail des enfants est
interdit « légalement » depuis 1986.

23/11/2007- Des affrontements entre les minorités musulmanes et les
bouddhistes à Calcutta ( 15 millions d’habitants) ( un mort, des dizaines
de blessés) contre le gouvernement communiste de l’État du Bengale
Occidentale dans un mouvement de protestation des paysans de Nandigram
dépossédés de leurs terres pour la construction d’une zone économique
spéciale de 9 000 ha. Dans l’État d’Uttar Pradesh , le 28 septembre, les
magasins de la chaîne se supermarchés Reliance sont attaqués par des
milliers de petits commerçants dépossédés par l’invasion de la
distribution « moderne ». La pression de ceux-ci est si forte que le
gouvernement a proscrit toute nouvelle installation de supermarchés .bien
que ceux-ci aient prospéré autour de la capitale New Delhi.

- Grande-Bretagne-1/10/2007-Londres, la capitale est la plaque tournante de
l’exploitation des immigrants. On les trouve partout en pourcentage
variable de l’ensemble des exploités de chaque secteur :
hôtels-restaurants (60%), santé (40%), transports terrestres (40%),
finances (35%), industries (35%), administrations ( 25%), bâtiment (30%),
autres emplois (30%).

OCTOBRE 2007 :

« Matière première non pétrolière ». C’est ainsi qu’un économiste définit
l’immigration des Philippins, premier pays exportateur de force de travail
avec l’Indonésie dans tout le sud asiatique. 8 millions ont été ainsi
exportés, 10% de la population du pays dont les envois représentent 14% du
PNB philippin. Dans beaucoup de ces pays "exportateurs », les envois
financiers sont plus importants que les IDE ou les exportations.

Malaisie -18/9/2007 -10 % de la population du pays est formée de 2
millions d’émigrés légaux et d’un million d’illégaux, en majorité venus de
l’Indonésie proche (1,2 millions légaux et 800 000 illégaux) et dont 300
000 sont employées de maison, de véritables esclaves Plus de 1 000 d’entre
elles fuient chaque années les sévices physiques de leur employeur, 3 ou 4
par jour.

Etats-Unis - 25/8/2007 - Après les grèves des « janitors » latinos (voir
précédents bulletins), ce sont les livreurs de pizzas et autres repas à
domicile. Cela se passe New- York et la plupart sont des immigrants légaux
ou illégaux, souvent Chinois. Surexploités avec de bas salaires (la moitié
du minimum légal), des amendes innombrables (20$ pour un retard de
livraison), licenciés pour bien peu. Ils sont aidés pour résister par une
association « Chinese Staff and Workers Association » La grève a commencé
par 30 livreurs de la chaîne Saigon Grill qui ont mis des piquets devant
les deux restaurants new-yorkais de la chaîne. Ils ont été rejoints par
des centaines d’autres livreurs des 318 restaurants similaires. Comme bien
des 12 millions d’illégaux, ils surmontent leurs craintes et attaquent
avec tous les moyens possible : procès, grèves, piquets, En général, les
patrons cèdent rapidement. Une "Coalition for the Future of American
Workers" (Coalition pour le futur des travailleurs américains) passe dans
la grande presse des annonces tentant de soulever un conflit entre Noirs
et Latinos accusant ces derniers de « prendre le travail des Noirs » et
s’opposant à toute régularisation des immigrants clandestins : "L’amnistie
pour les travailleurs illégaux n’est pas seulement un coup de poing au
visage des noirs américains, c’est un désastre économique"

Dubaï (Emirats arabes) 5/8/2007 - 24 ouvriers asiatiques du bâtiment
expulsés pour avoir osé faire grève pour des augmentations de salaires.

République dominicaine - juillet 2007 - Les « bateyes » sont des bidonvilles
dans lesquels sont parqués des milliers d’Haïtiens immigrés, quasi
prisonniers, sans eau, sans électricité, persécutés par les Dominicains ;
leurs enfants dont on refuse l’enregistrement sont apatrides. Tous sont
pratiquement contraints pour vivre de travailler dans les plantations de
canne à sucre qui puisent dans cette réserve d’esclaves, parents et
enfants (dès que les enfants peuvent manier un outil, ils sont exploités)
travaillant jusqu’à 16 heures par jour pour 3 euros.

France - 15/6/2007 - La chaîne de restaurants Buffalo Grill employait en
connaissance de cause dans des conditions « légales » des immigrés munis de
vrais « faux-papiers ». Sur 4 040 travailleurs de la chaîne, 600 étaient des
immigrés, légaux vrais ou faux. Suite à une dénonciation, la police
intervient et la chaîne s’empresse de licencier les « faux » immigrés
légaux. Le 29 mai, 47 d’entre eux occupent un des restaurants de la chaîne
à Viry-Chatillon (banlieue sud-est de Paris). Après pas mal de péripéties
des régularisations interviennent tant pour leur statut que pour leur
travail.

24/8/2007 - 48 ouvriers polonais en grève. Ils travaillent à la
construction de chalets de luxe dans les Pyrénées-Orientales (Eyne) et
sont abandonnés sans salaires depuis deux mois par une société varoise
SOGEBAT dont le dirigeant douteux est en pleine illégalité. 15 rentrent
en Pologne, les autres obtiennent un contrat.

- 14/6/207 Des travailleurs immigrés espagnols et polonais employés sur un
chantier de construction pour le Nigeria d’une centrale pétrochimique dans
le port de Saint-Nazaire débraient pour des salaires impayés et obtenir
diverses indemnités. Ils ont été recrutés par une société JMR basée à
Braga (Portugal) sous-traitant d’une société française Tufama le
maître-d’oeuvre étant la société française GEA BTT. 4 de ces travailleurs
sont sans contrats, sans fiche de paie et baladés en France au gré des
besoins, ont même travaillé à Paris pour la Défense Nationale. Affaire
réglée par un des gros de la filière.

Afrique du Sud - 6/6 / 2007 — Chaque semaine deux trains partent du camp
de rétention de la banlieue de Johannesburg chargés de 5 à 800 immigrés
clandestins refoulés vers le Mozambique et le Zimbabwe. Ils seront de
retour une semaine plus tard, irrésistiblement attirés par le mirage de la
« réussite économique » de l’Afrique du Sud" rejoignant les 400 000
réguliers et les quelque 6 millions de clandestins sur 44 millions
d’habitants (plus de 15 % de la population).

Ile Maurice - 20/2/2997 - 1 000 ouvrières srilankaises sont exploitées
dans l’île par la Compagnie Mauricienne du Textile parmi les 20 000
immigrés oeuvrant dans ce secteur dans l’île. Alors qu’elles « doivent » 280
h de travail par mois, il leur arrive d’en faire 315, parfois de 7h 30 à
23h, n’ayant qu’un dimanche sur deux, non payées en cas de maladie et
logées dans des dortoirs de 40 lits. Au début de leur grève 70 sont
rapatriées d’office, 114 qui s’étaient mises en grèves par solidarité sont
aussi renvoyées mais 438 ont continué la grève pendant 10 jours. Le bureau
srilankais de l’emploi à l’étranger intervient sur l’île et fait pression
pour qu’elles reprennent le travail avec 200$ pour 70 h par semaine.
Celles qui refusent sont rapatriées d’office et barrées ultérieurement de
toute possibilité de travail à l’étranger.

Nigeria - 21/8/2007 - Les « expatriés » sont des immigrés volontaires qui
ont souvent des salaires respectables et des conditions de vie enviables
dans leur « pays d’accueil ». Mais de plus en plus, pour les travailleurs
des sociétés pétrolières, les risques divers tenant tant à l’insécurité
ambiante qu’à l’action politique clandestine contre les prédateurs
capitalistes, ne valent peut-être pas les salaires pas si mirifiques que
cela. Au Nigeria, des groupes clandestins mènent la vie dure aux sociétés
pétrolières (blocage, coupures de pipelines, enlèvements, assassinats
etc.. Total prend bien soin dans ses contrats de travail de mettre une
clause imposant les déplacements sur tous ses sites mondiaux. Total a 50
expatriés européens à Lagos la capitale et 150 à Port Harcourt la capitale
pétrolière du Nigeria, théâtre d’affrontements fréquents entre l’armée et
une guérilla présente tout au long de la côte atlantique riche en pétrole
exploitée sans souci de l’environnement et des populations locales par les
multinationales. Un géologue ayant refusé son expatriation au Nigeria
vient d’être licencié. Les pétroliers ont aussi des problèmes de
recrutement...

Irak -12/9/2007 - Sur 28 millions d’habitants, 4,5 millions (bientôt 5,5),
se sont réfugiés dans les pays voisins ou sont parqués dans des camps à
l’écart des risques de la guerre civile et étrangère, de la violence, de
la corruption et trafics de toutes sortes. Chaque mois 40 à 50 000
quittent le pays.

Chine - 9/8/2007 - Les immigrés de l’intérieur baptisés « migrants » sont
souvent des « volontaires » pour leur exploitation loin de leur village
d’origine, « volontaires » poussés par la misère et autres problèmes
familiaux ; mais d’autres migrations cachées touchent ceux qui se laissent
leurrer par des promesses ou même parfois sont kidnappés, pour devenir
esclaves dans les pires conditions dans des lieux d’exploitation de
l’intérieur, souvent couverts par les autorités locales du parti. C’est ce
qu’a révélé la fuite d’un de ces esclaves qui a réussi à tromper la
vigilance de gardes-chiourmes hommes de mains d’un exploiteur d’une
briqueterie du Shanxi (centre de la Chine) (le patron était le fils du
responsable du Parti local). Ces esclaves devaient travailler sans
relâche, dormant à même le sol, nourris seulement de pain et frappés à
tout moment. L’affaire a fait tant de bruit que le gouvernement central a
dû prendre des sanctions (dont une condamnation à mort). Mais tout laisse
à penser que cette façade de sanctions cache une réalité quotidienne dans
la Chine d’aujourd’hui.

JUIN 2007 :

IRAK - depuis 2004 plus de 35 000 morts dans des affrontements religieux
dans une population qui, comme en Yougoslavie, était largement mêlée. Plus
d’un million de personnes déplacées en Syrie, en Jordanie et dans des
camps à l’intérieur de l’Irak.

France - 4/4/2007 - 19 travailleurs polonais expulsés parce que leur
employeur avait omis de remplir les formalités de « déclaration de
détachement ». 95% des travailleurs du BTP dans cette situation ne sont
pas déclarés et sont sous menace d’être renvoyés dans leur pays d’origine.

Amérique Centrale -3/4/2007 - Immigrés aux USA nombre de jeunes, victimes
de la ségrégation et de la pauvreté tombent dans la criminalité et les
gangs. Après condamnation , ils sont expulsés dans leur pays d’origine,
notamment dans toute l’Amérique Centrale où ils forment de nouvelles
bandes, les maras ou pardillas « Le mara est une famille, une expérience
différente par rapport à ce que nous offre le pays où tous les cadres
sociaux ont volé en éclat. Elle nous apprend le respect et les règles de
solidarité » déclare un membre d’une de ces bandes qui, par ailleurs
s’affrontent violemment Rien qu’au Salvador en 2006, plus de 13 000 jeunes
souvent de moins de trente ans ont été ainsi expulsés des USA ;

Zimbabwe - 3/4/2007 - La misère causée par le chaos économique (inflation
entre 1500 et 4000 %), la corruption, l’insécurité et la répression
politique font que tous ceux qui peuvent émigrer quittent le pays.
L’espérance de vie y est de 31 ans contre 62 ans en 1999 ; Chaque semaine
des centaines émigrent ainsi : 4 millions se sont ainsi réfugiés en
Afrique du Sud. Les grèves uniquement pour les salaires et le paiement des
salaires, presque uniquement dans les services publics sont réprimées et
chacun se débrouille dans une économie largement uniquement de
subsistance. Le salaire d’un enseignant lui permet seulement d’acheter 4
bananes et demie chaque jour.

France - 6/4/2007 - Des sans papiers du 9e collectif occupaient depuis
le 10 février des locaux de la Bourse du Travail à Paris notamment pour
éveiller l’attention sur la conditions de ces travailleurs les plus
exploités et obtenir la solidarité des syndicats, occupant légaux des
lieux. Ce qu’ils ont obtenu c’est d’être expulsés la 6 avril par les gros
bras policiers des syndicats reconnus CGT, CFDT et FO. Quelle différence
avec les expulsions par les flics des églises (les lieux d’asile il y a
des siècles) occupées par les mêmes sans-papiers

- 16/3/2007 - Solidarité prolétarienne - 23 immigrés maliens munis de
vrais faux papiers travaillant depuis des mois voire des années tout à
fait légalement en CDI à la Coopel (600 travailleurs, conditionnement agro
alimentaire) à Montfort-sur-Meu (5 000 habitants en Bretagne). La
découverte de la filière qui leur avait procuré les faux papiers a fait
débarquer le 28 février à 4h30 du matin 50 flics et entamer une procédure
d’expulsion. Toute la population locale s’est mobilisée (manifestations,
pétitions, interventions) pour faire rapporter cette mesure avec une
réintégration légale.

Allemagne - 16/3/2007 - Une même baisse du niveau de vie entraîne une
irruption de violence chez les plus démunis. A Berlin on constate la même
évolution que dans les banlieues françaises dans la population immigrée.
Chômage et échec scolaire (un enfant d’immigré sur 5 sort du cycle
scolaire sans diplôme) sont les facteurs d’une augmentation de la
délinquance (plus 5% en 2006), du recours aux armes (plus 31%), des
violences scolaires (plus 76%). Des sections spéciales ont été créées pour
les mineurs récidivistes.

Monde - On ne compte plus ceux qui laissent leur vie en tentant de
rejoindre une moins grande misère que celle de leur pays d’origine. On
compte parfois les cadavres repêchés (comme ces 19 corps d’Africains près
de Malte) ou ces 80 morts ou disparus dans le naufrage d’un bateau de
clandestins Haïtiens Et on ne compte pas non plus ceux qui empruntent des
voies terrestres rançonnés, pressurés par les gangs de passeurs et qui
parfois meurent en cours de route de mauvais traitements.

République Tchèque - 5/4/2007 - Plus de 400 nord-coréennes - migrant « 
volontaires » importées pour être exploitées notamment dans le textile
sont pratiquement dans des situations d’esclaves, étroitement surveillées
par les services diplomatiques coréens du Nord et pratiquement coupées de
la population. Les remous provoqués par la révélation de ces pratiques ont
conduit le gouvernement tchèque à renoncer à poursuivre cette politique
d’immigration qu’il avait cautionnée pour pallier le manque de
main-d’œuvre. Mais on peut faire confiance aux capitalistes et aux
connivences politiques pour trouver un biais pour poursuivre cette
exploitation esclavagiste.