L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Pour la première fois, une équipe de télévision espagnole est parvenue à filmer l’intérieur du Centre d’Internement pour Étrangers (CIE) d’Algeciras.

L’équipe de télévision espagnole est parvenue à filmer le Centre d’Internement pour Étrangers d’Algeciras, bien que l’entrée des CIE soit interdite au public pour mieux « veiller à l’intimité des internés » (dixit le Ministère de l’Intérieur !!). Derrière le langage ministériel, se dissimule une réalité que les caméras ont pu vérifier : celle des « conditions de détention inutilement sévères et carcérales » et d’une « hygiène déplorable » dans le Centre d’Algeciras.

En Espagne , la loi « Droits et Libertés des Étrangers » spécifie que les Centres d’Internement pour Étrangers « n’ont pas de caractère pénitentiaire ». L’immigration n’est pas un délit, ne pas avoir de papiers est considéré comme une faute administrative selon la loi, de la même teneur qu’une amende au code de la route.

Les CIE ont été créés pour « garantir » le retour dans leurs pays des étrangers en situation irrégulière qui se sont vu remettre un ordre d’expulsion. Le délai maximal d’internement actuel est de 40 jours, mais l’Espagne prévoit d’augmenter la rétention à 60 jours, avec la possibilité d’étendre cette durée jusqu’à 18 mois maximum, après l’approbation par le Parlement Européen de la Directive Retour, connue comme « la directive de la honte ».

« Nous nous plaignons du manque d’hygiène », indique le plus jeune des étrangers internés dans les cellules qui servent de chambre dans le CIE d’Algeciras. Le règlement qui régule les Centres d’Internement stipule en son article 14.2 que « les installations et les dépendances devront satisfaire les conditions d’hygiène et être aménagées de sorte que le volume espace, la ventilation, l’eau (…) soient adaptés aux normes d’habitabilité ».Les images des cellules Centre d’Algeciras démontrent que les conditions de l’ancienne prison de la Piñera sont loin d’être adaptées au minimum exigé par la loi.


[Source : réseau migreurop]