Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

“On bouge pas”… “Je suis là, je bouge pas”… “Tuez-nous !”… “Nous pas bouger”… La Mairie aura fini par concéder l’installation des expulsés de la rue des Sorins dans le square place de la République… Le même square de la République d’où il y a un an elle expulsait un groupe de roms, la police leur interdisant de s’arrêter où que ce soit, ni sur le trottoir, ni dans un square... Montreuil, ville modèle…

Pour comprendre ce qui se passe :

http://radio.graphie.free.fr/?p=345

Samedi 13 août : MANIFESTATION DE SOUTIEN

départ square de la République à 10 H 30


En bas de chez moi... par cinemeteque

Soirée de solidarité - Habitants expulsés de la rue des Sorins

Mercredi 10 août 2011 à partir de 19 heures, repas de solidarité avec les habitants des Sorins.

Projection d’une vidéo sur la lutte en cours

Vous pouvez venir dès le début de l’après-midi pour filer un coup de main.

Square de la République, rue Robespierre (face au 54 bis), Montreuil
métro Robespierre (ligne 9)

Point info tous les jours à 18 heures.

Samedi 13 aout : MANIFESTATION DE SOUTIEN

départ square de la République à 10 H 30

CE SOIR ET TOUS LES AUTRES JOURS, À N’IMPORTE QUELLE HEURE : VOUS POUVEZ
AMENER NOURRITURE (huile d’arachide, pâte d’arachide, dattes, riz,
fruits...) COUCHES POUR BÉBÉS, JOUETS (ils ont perdu presque toutes leurs
affaires lors de l’expulsion).

VIDÉO DE L’EXPULSION (attention, images choquantes) :
http://www.dailymotion.com/video/xkae67_en-bas-de-chez-moi_news

TRACT :

CHASSÉS DE PARTOUT, TOUJOURS DEBOUT

L’ancienne usine du 94 rue des Sorins à Montreuil ést devenue depuis 2008 le lieu d’habitation de plus de 300 personnes, jeunes travailleurs, familles avec enfants, avec ou sans papiers. Ils l’avaient occupé pour ne pas dormir dehors. Samedi 30 juillet, à 7 heures du matin, plus 300 policiers et CRS nous en expulsent et occupent le quartier toute la journée.

Alors qu’ils avaient vécu des années sans eau, une convention avait été passée récemment avec la ville et le fournisseur d’eau. Les habitants ont dépensé plus de 10 000 euros pour réaliser des travaux : achat de matériel sanitaire et d’extincteurs, construction de douches et toilettes, approvisionnement d’eau dans tout le bâtiment, installation de sorties de secours. Des démarches étaient en cours avec EDF pour l’arrivée électrique au compteur. À la veille de l’expulsion, ils avaient appelé les responsables de la mairie à venir voir les travaux qu’ils avaient eux-mêmes exigés des habitants. Le lendemain, tôt le matin, ils étaient expulsés.

Lors de l’expulsion, après nous avoir trié entre ceux ayant des papiers et ceux n’en ayant pas, la préfecture, par souci de nous diviser, a proposé des relogements de 15 jours à des familles. Une proposition à laquelle l’assemblée des habitants étaient majoritairement opposée, comme une offense à la forte solidarité qui existe entre nous. Le bras droit du préfet a même osé donner à choisir à l’un de nos délégués entre “l’hôtel dans le silence ou le Mali avec fracas”.

Dans l’après-midi, les habitants expulsés et leurs soutiens ont été pris dans une nasse policière qui les a frappés sans raison. Environ 80 personnes ont été interpellées et 10 d’entre elles placées en centre de rétention, toutes libérées après jugement mais toujours menacés d’expulsion.

Ils ont passé une nuit à la Bourse du travail et la nuit suivante dehors sur la place de la Fraternité (!), dont ils ont été délogés le lendemain à 6h par la police. Ils sont depuis dans le square de la République et n’ont toujours pas récupéré les affaires qu’ils ont du abandonner lors de l’expulsion. Ils ont besoin notamment de tentes pour s’abriter la nuit, et surtout du soutien des habitants de Montreuil afin que la mairie comprenne que la population s’oppose à ses pratiques inhumaines et que les 300 Montreuillois des Sorins obtiennent un logement définitif.