Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Suite à l’ultimatum lancé par Elie Domota à l’Etat français le 26 octobre, le LKP se prépare à une grève générale illimitée à partir du mardi 14 décembre.
Le 26 octobre 2010, les coordinations syndicales de Guadeloupe, Martinique et Guyane avaient organisé une grève générale simultanée dans les trois régions. Alors que près de 20 000 manifestants avaient défilé dans les rues de Pointe à Pitre, la mobilisation avait été moindre à Fort-de-France et Cayenne. Cette fois, le K5F martiniquais n’a pas lancé d’appel à la grève générale illimitée mais soutient l’intiative du LKP.

Pour Elie Domota, le non respect des accords de fin de conflit de février 2009 et de l’accord Bino, pas plus que le protocole du 4 mars 2009, pousse le LKP à durcir le mouvement. Le leader du LKP dénonce également l’augmentation des prix des produits alimentaires, le yoyo des prix des carburants, la flambée du chômage... mais aussi le refus du dialogue de la part de l’Etat français.


Guadeloupe : grève générale reconductible le 14 décembre 2010

Voici la publication de l’appel à la grève générale reconductible du 14 décembre publié sur le site de l’UGT.ORG, lors de la dernière rencontre nationale des interpro et des interluttes à Nantes.

Travailleurs, Peuple guadeloupéen, depuis le 04 Mars 2009, date de la signature de notre accord général, nous avons réclamé 8 fois la réunion du Comité de Suivi prévu à l’article 165 du protocole ; nous avons manifesté les 1er mai et le 3 octobre 2009, puis les 9 janvier, 1er mai et 26 octobre 2010 pour exiger son entière application.

Plutôt que de nous répondre, ils ont rouvert les vannes de la pwofitasyon :

* Esans ka ogmanté, BINO pa apliké, lisansiman é amand ka tonbé si do a travayè,
* Uisiyé ka kouri dèyè do a ti antrèprènè,
* Adan lékòl...pani mèt lékòl,
* Jaden annou ka prospéré asi bato é asi pòw jarry,
* Lontan plis nonm é fanm Gwadloup ka kontiniyé ba lari chènn, pentiré syèl é révé èvè El Dia blo,
* Yo ka ban nou on jouné pou palé Lang kréyòl annou.

En somme, la Guadeloupe antotyé é Pep Gwadloup an tòch. Alors, nous avons quand même le droit de dire CA SUFFIT ! Nous avons quand même le droit de décider de poursuivre, de renforcer et d’amplifier notre combat jusqu’à la grève générale reconductible.

Nou vlé pou Bon...

* • L’application intégrale de l’Accord Bino négocié de haute lutte avec le patronat, le respect par l’Etat et les collectivités des clauses de l’accord dont ils sont cosignataires, c’est-à-dire l’augmentation réelle des salaires des travailleurs concernés par cet accord.
* • Le respect de toutes les dispositions de notre accord du 04 Mars 2009.

Nou vlé osi...

* • L’arrêt de la répression anti-syndicale qui frappe les dizaines de militants syndicaux, tracassés, traînés devant les tribunaux du pouvoir colonial qui entend se venger de la grève générale de Février - Mars 2009.
* • L’arrêt de l’obligation pour les militants syndicaux de devoir donner leur ADN, ce que les militants de l’UGTG refusent, et avec raison !
* • Le retrait de la loi sur les retraites qui est une attaque inacceptable contre l’ensemble des salariés et une attaque plus grave encore contre les femmes !
* • La prise de mesures pour mise en sécurité sanitaire du Peuple de Guadeloupe (chlordécone, dengue etc..) et le dédommagement des victimes économiques du Chlordécone (Agrikiltè, Péchè).
* • La titularisation de tous les travailleurs en contrats précaires.
* • L’augmentation générale des salaires, pour palier l’augmentation effrénée du coût de la vie, et en particulier l’augmentation des salaires les plus bas.
* • La débaptisation de tous les lieux-dits portant des noms d’esclavagistes, de criminels, de racistes au profit des noms glorieux d’esclaves marrons, révoltés ou de noms évocateurs de la lutte anti-esclavagiste, anticolonialiste, anticapitaliste des travailleurs et du peuple noir, indien ou blanc de notre pays.

TRAVAYÈ, PEP Gwadloup, Annou woupwan chimen a la lit !