L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

Trente neufs occupants de l’église Saint-Curé D’Ars de Forest ont entamé une
grève de la faim le lundi 11 mai pour réclamer leur régularisation. Ce groupe de
sans-papiers occupe l’église Saint-Curé d’Ars à Forest depuis plus de deux ans,
affirme le communiqué.

Au vingt troisième jours de grève de la faim, la bourgmestre de la commune,
Magda De Galan (PS), a écrit un courrier à la ministre de la politique de la
migration et de l’asile Annemie Turtelboom (Open VLD) afin d’attirer son
attention sur cette action.

« Notre administration, les riverains, la communauté paroissiale et tous les acteurs
de terrain ont pu depuis plus de deux ans juger de la faculté d’intégration de ces personnes
dans notre communauté forestoise
indique dans sa lettre la bourgmestre qui
estime que “l’avis de l’autorité locale devrait recevoir plus de poids dans l’appréciation
de la situation des personnes sollicitant une régularisation” ».

Sur les 39 grévistes de la faim, huit ont déjà admis à l’hôpital. La bourgmestre
n’avait encore reçu mardi aucun signal d’alerte de la part des médecins réquisitionnés
par la commune. Les grévistes de la faim dont certains sont fortement
affaiblis, sont déterminés à poursuivre leur action.

« Les politiques ne veulent pas décider du sort des sans-papiers. Nous demandons à
pouvoir rencontrer les autorités mais elles ne se déplacent pas. Pendant plus de deux
ans, nous avons occupé l’église sans résultat. La plupart des occupants étaient opposés
à la grève de la faim mais nous n’avions plus le choix »
a expliqué N’Faly Kaba,
l’un des grévistes de la faim. « Nous sommes pessimistes car presque aucun des grévistes
ne rentre dans les critères de régularisation du projet de circulaire de la ministre.
Demander à un sans-papier de décrocher un travail c’est une mascarade. Nous
n’avons aucun droit. Nous demandons une justice sociale »
a-t-il ajouté.

Leur avocat, Me Georges-Henri Beauthier, dit comprendre le désespoir de ses
clients mais ne pas approuver le principe de la grève de la faim.
« Tout le monde a le droit de disposer de son corps et comme un médecin, nous les
avocats, nous devons les assister. Mon objectif n’est plus qu’ils renoncent à la grève
de la faim mais qu’ils soient entendus et que la ministre réagisse »
a-t-il dit. Me
Beauthier avait demandé aux occupants de l’église d’attendre la circulaire
avant de passer à l’action. « On ne voit rien venir. On leur promet une régularisation
depuis le 10 juin 2007. Tout le monde est favorable à une régularisation, tant du
côté syndical que patronal. Il faut une régularisation avant les vacances
 » poursuit
Me Beauthier.

L’avocat reste convaincu que la négociation reste la meilleure des solutions et
estime que les sans-papiers doivent faire valoir leur droit auprès du gouvernement
et des parlementaires plutôt que de mettre leurs vies en danger. Il a expliqué
que les grévistes de la faim régularisés dans le passé ont en réalité bénéficié
de critères de régularisation existant. Il a reconnu toutefois que des grévistes de
la faim bénéficient parfois d’un traitement prioritaire de leur dossier en fonction
de leur état de santé.

[Source : Belga]