L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

(article de la presse, il Piccolo du 21/05/10)

Enfermés à 40 dans une chambre de 8, ils ont réussi à s’évader du centre de rétention (CIE) de Gradisca, à Gorizia. C’est ainsi qu’a eu lieu la seconde évasion de masse de la structure pour immigrés en à peine deux semaines. L’épisode est arrivé dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 3h du matin.

Encore une fois, des immigrés enfermés en centre de rétention -en grande partie Tunisiens- ont réussi à grimper sur le toit du complexe et à tenter l’évasion en se jetant dans le vide à partir du mur d’enceinte, situé à plus de 4 mètres haut : cette fois, ça a fonctionné pour 17 d’entre eux, qui ont disparu dans la campagne environnante plongée dans l’obscurité. 19 autres ont été en revanche immédiatement repris par les forces de l’ordre.

Dans la nuit du 5 au 6 mai mai, 9 d’entre eux avaient réussi à s’évader. Mais cette fois, en plus du nombre, l’évasion est aussi impressionnante suite à la reconstitution des faits effectuée hier après-midi. Un groupe fourni de sans-papiers, 39 à ce qu’il semble et apparemment « échauffés » depuis plusieurs heures, ont été enfermés dans une chambre d’à peine 8 places afin de limiter les velléités de révolte et -qui sait- d’évasion. Ce choix s’est révélé à double tranchant. Les maghrébins ont réussi à atteindre le toit en forçant une grille, la même que lors de l’évasion d’il y a deux semaines. Il s’agit d’une grille située sur un trou d’aération à l’entrée de la cellule. Ils ont forcé la grille en poussant tous ensemble, chacun son tour, et certainement aussi grâce à une ceinture cachée dans la cellule. De là, ils ont eu accès au toit du centre de rétention et pu rejoindre l’ultime obstacle, en sautant dans le vide avant de courir dans la nuit. Parmi se trouvait aussi le sans-papiers qui s’était cousu la bouche il y a quelques jours en signe de protestation avec du fil et une aiguille. Contrairement aux fois précédentes, cette fois personne ne s’est blessé en sautant du mur. Ce n’est que grâce à l’intervention rapide des gardes qu’une évasion encore plus massive a pu être évitée : « En avoir repris la moitié est déjà un très bon résultat, vu la situation », a déclaré le secrétaire régional de l’administration pénitentiaire (...) ».

Traduit de l’italien de macerie @ Maggio 21, 2010