L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

C’est en toute discrétion que le ministre de l’immigration à réuni le Conseil d’administration de Frontex, le 20 novembre, près de Tours.

Hortefeux s’est exprimé quant aux objectifs d’une telle réunion, l’organisation, à l’échelle européenne de « charters » pour faciliter l’expulsion des migrants : « Chacun connait la difficulté qu’est susceptible de poser, pratiquement, une reconduite à la frontière d’un clandestin dans un avion de ligne, exploité sur une liaison commerciale et embarquant une clientèle privée.

« Parallèlement, l’affrètement d’aéronefs sous le seul pavillon d’un des États membres est fréquemment source de crispations diplomatiques avec les autorités des pays d’émigration.

« Il nous était donc assez rapidement apparu, c’est du moins la lecture que nous faisions du mandat de l’agence telle qu’il ressort du règlement de 2004, que la création de FRONTEX devait nous permettre d’organiser des opérations de retour groupés.

« Un groupe ad hoc, constitué de représentants des pays les plus directement concernés (France, Autriche, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Pologne, Espagne et Royaume-Uni), s’est réuni pour la première fois il y a quelques jours afin d’envisager les modalités de mise en œuvre de tels retours. »

Jeudi 20 novembre 2008, Hortefeux est venu, à Montlouis-sur-Loire (près de Tours), participer au Conseil d’administration de l’Agence FRONTEX.

Créée en 2004, l’agence européenne Frontex est chargée de coordonner la chasse aux immigrés entre les États de l’Union européenne, mais aussi de mettre en place les camps à l’extérieur de l’Union, comme en Libye, au Maroc, en Ukraine... Il était impensable que cette réunion puisse se dérouler à l’insu de tout le monde, dans un lieu privé : le château de la Bourdaisière.

Visiblement Hortefeux ne tient pas à faire toute la publicité sur l’ensemble de ses projets. Il prévoit d’organiser des charters européens pour pouvoir mieux expulser des sans papiers. En effet, le ministre est bien obligé de constater que les expulsions en utilisant des compagnies aériennes deviennent de plus en plus difficiles d’un point de vue diplomatique, coûtent très chères (20.970€ selon le Sénat), mais aussi, sans doute, en raison des mobilisations qu’elles suscitent à Roissy ou à Orly, par exemple.

Dans cette perspective, le charter prévu le 18 novembre au départ de Londres et devant faire escale à Lille pour expulser à Kaboul des Afghans vivant en Grande Bretagne et en France n’a pu être mis en place. Condamnée en référé par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, la France a refusé, au dernier moment, d’y contribuer.

Hortefeux prévoit également de mettre en place, d’ici 2012, de visas biométriques, en vue de rendre encore plus difficile le passage des frontières de l’Union européenne.

Le Collectif de Soutien aux Demandeurs d’Asile et aux Sans Papiers 37 a organisé un rassemblement le 20 novembre à côté du château de la Bourdaisière. La veille, les autorités faisaient pression sur la mairie de Montlouis pour que le maire (PS) signe un arrêté interdisant la circulation aux abords du château. Un important dispositif (avec hélicoptère) a été mis en place par la gendarmerie.

Une vingtaine de personnes, dont des membres du groupe de la Fédération anarchiste de Tours et de l’association SôS Soutien aux Sans papiers de Paris répondirent à l’appel du collectif : ralentissement de la circulation, distribution de tracts (très bien reçus) aux routiers et aux automobilistes.

Les militant de SôS sans papiers demandèrent une entrevue avec Hortefeux pour lui remettre une lettre de Maurice Rajsfus portant sur la conférence européenne de Vichy des 3 et 4 novembre organisée par Hortefeux. Ils essuyèrent un refus. Des membres du collectif et de SôS sans papiers furent reçus ensuite par le maire de la commune. Il confirma qu’il avait été prévenu de cette réunion au dernier moment, mais ne voulu pas prendre position sur la politique menée par le gouvernement à l’encontre des immigrés.

Nous lui avons rappelé que c’est la gôche qui a légalisé les camps de rétention et que le PS est signataire de l’appel contre l’immigration jetable (être une écurie électorale suppose quelques contradictions !). Nous lui avons donc demandé pourquoi il avait facilité la tenue de la réunion du CA de FRONTEX en signant l’arrêté municipal autorisant les gendarmes à bloquer une bonne partie de sa commune. Il nous a répondu qu’il agissait en tant que maire, et non comme socialiste, devant préserver l’ordre public. Malgré tout, dans un communiqué, il a « exprim[é] son opposition à la politique d’immigration menée par l’actuel gouvernement ». De même, il « s’étonne de l’importance des forces de l’ordre déployées autour du château de la Bourdaisière lors de la venue du ministre ». « La conséquence en a été le blocage de la circulation sur toute une partie sud de la ville, de 8 h à 17 h »

Nous ne sommes pas étonnées de ce déploiement policier. Nous sommes opposées à la politique du gouvernement Sarkofeux et rendront publics les projets inhumains de l’Europe forteresse.

DES PAPIERS POUR TOUS

FERMETURE ET DISPARITION DES CAMPS DE RETENTION

OUVERTURE DES FRONTIERES

LIBERTE DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION

Tours, le 22/11/08

Collectif de Soutien aux Demandeurs d’Asile et aux Sans Papiers

[Sources : Sôs sans-papiers, La Nouvelle République]