L’information au jour le jour sur le quotidien des sans-papiers.

Nous suivre :



Media :
 
Articles :

François Auguste, vice-président
communiste de la Région
Rhône-Alpes, comparaissait le
26 novembre devant le tribunal
correctionnel de Lyon pour
« entrave à la circulation d’un
aéronef ».

Rappel des faits : le 2 décembre 2006,
l’élu s’apprêtait à embarquer sur un
vol Lyon-Paris. À l’aéroport, François
Auguste se voit distribuer un tract
par des militants du RESF.

Les militants
expliquent à chaque passager
qu’une famille kosovare, les Raba, risquent
d’être expulsés dans l’avion où
ils comptent voyager. Cette famille,
installée depuis longtemps en France,
parents d’enfants français scolarisés,
fait alors l’objet d’un soutien important.

Arrivé dans l’avion, l’élu communiste
va voir le commandant de bord
pour lui demander de refuser d’embarquer
les sans-papiers expulsables.

Sans succès. L’élu retourne à sa place
et s’adresse alors aux autres passagers
de l’avion pour les informer de la
situation.

En quelques minutes, appelés par le
commandant de bord, deux policiers
sont sur place et l’embarquent
« manu militari », selon les termes
d’un passager présent.

À l’occasion de sa comparution
devant le tribunal correctionnel de
Lyon, près d’un an plus tard, plusieurs
centaines de personnes sont venues
le soutenir, dont Jean-Jack
Queyranne, le président PS de la
Région. La procureure de la
République a requis 450 euros
d’amendes à l’encontre de l’élu. Le
jugement a été mis en délibéré au 14
janvier prochain.

[Source : Libélyon]