Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

Si on voulait donner une définition du squat sans en oublier aucun aspects, on pourrait entendre ceci : « occupants sans droit ni titre », « réquisition », « monopolisation indue », « troubles à l’ordre public et nuisances », « dangerosité »… mais aussi ceci : « aire de communication efficace », « régions de significations partagées », « mondes depuis lesquels on imagine son vivre », « lieu des possibles », et encore « biens communs », « mixité », « illégal mais légitime ».

Il existe à l’évidence un décalage entre les craintes et les représentations du citoyen et les réalités de ce qui se déroulent dans ces lieux. Le réseau et le festival FOU (Festival des Ouvertures Utiles, manifestation artistique intersquat) sont nés de cette ambiguïté : lorsque ces espaces intermédiaires adoptent une certaine ouverture et se font espaces d’animation ils sont perçus sur un mode « positif ». Ils rendent accessibles leurs actions et les lieux investis à un large public : ils répondent à un besoin d’espaces libérés, de découverte et de partage tout en proposant des solutions ascendantes.

Ils deviennent aussi des espaces alternatifs de vie et de partage et répondent largement à une demande sociale aujourd’hui non satisfaite et grandissante. Les collectifs qui défendent l’autonomie, la justice, la liberté pour tous, nourrissent ces espaces de créations, d’expérimentations artistique, culturelle et sociale.

Puisque la répression est à l’heure actuelle la réponse collective la plus fréquente à la problématique des squats, (bien qu’on puisse voir évoluer positivement d’autres solutions), et que la France n’a pas forcément adopté la même politique d’indulgence que d’autres Etats, le festival FOU pour sa 3e édition offrira un espace d’échanges et de rencontres avec d’autres lieux européens où se partageront compétences et expériences. Il proposera aussi des forums/débats sur des thèmes récurrents : politique sociale, santé, enjeux politiques, médias, la justice, culture…

Le Festival FOU est donc une invitation culturelle, artistique sans visa, sans vison, sans papier, sans videur, sans mondanité, sans digicode…, mais tout simplement une invitation à la curiosité, à la découverte avec la simplicité et la diversité qui nous construit ici, pour que vous puissiez vous faire votre propre opinion.

Chaque lieu gardera sa couleur, sa particularité et son message pour vous offrir parfois une programmation éclectique, surprenante, ou classique… autour d’expositions, de performances, d’art scénique et urbain, de repas partagés, de musiques…

Malgré tout les intimidations et certaines expulsions imminentes, nous continuerons d’ouvrir nos portes pour ce 3e FOU.

Bienvenue ! Gast ! Welcome ! Benvenuto ! Bienvenida ! Welkom ! Willkommen !

Demandez le programme sur http://festivalfou.blogspot.com