Nous suivre :



Dossiers :
 
Articles :

La mairie du 20e arrondissement a fait expulser, le 6 février 2015, les
derniers habitants du foyer de travailleurs migrants de la rue du
Retrait. Si certain-e-s ont pu être relogés dans divers foyers de la
capitale, d’autres se sont rabattus sur la solidarité entre galériens.
Mais 47 personnes sont à la rue, sans aucune solution, et dorment
dehors, non loin de là, rue de la Bidassoa.

Cette expulsion est expliquée par la reconstruction du foyer, en réalité
la restructuration des foyers dans toute la ville qui consiste à réduire
le nombre de places (pour celui du Retrait, on passera de 209 à 109
lits) et à supprimer les espaces collectifs qui ont toujours été des
lieux de résistances et de solidarité.

Calandra, la maire socialiste du 20e, et ses amis du PCF [1], continuent
leur ligne de « chasse à la pauvreté, le flashball à la main » en
pratiquant leurs politiques antisociales, et refusent de trouver des
solutions pour ces personnes à la rue.

Le site le75020.fr résume la situation :
http://le75020.fr/paris-XXe-75020-20e-arrondissement/vie-locale/solidarite-vie-locale/67157-expulses-du-foyer-de-la-rue-du-retrait-47-maliens-dorment-dans-la-rue.paris-75020-info

On se souvient de l’expulsion du foyer des Mûriers, rue Fernand Léger,
dans ce même quartier de la Banane, où la destruction du bâtiment avait
laissé sur le carreau de nombreux habitants qui avaient passés plusieurs
mois dehors et qui n’avaient jamais eu l’honneur d’une quelconque visite
municipale.

Appel à soutien :
L’Action Antifasciste Paris-Banlieue appelle à soutenir les personnes
expulsées et à venir déposer tout ce qui pourrait leur être utile
(tentes, sacs de couchage, couvertures, vêtements chauds, nourriture) à
la boutique BMG, 10 rue Sorbier.

Notes
[1] C’est certainement dans le 20e que les communistes ont eu leurs
meilleurs poste : entre autres, Jacques Baudrier, ex-adjoint au logement
a été promu grand architecte de la mairie de Paris pour la
restructuration urbaine et président de la SemPariSeine, ou encore, dans
la grande tradition du népotisme, la nomination de la fille de Pierre
Laurent en adjointe à la jeunesse.

* * *

[Source : Paris lutte infos]